Accéder au contenu principal

Entretiens

Portrait de Marie Balmain, Responsable du Développement Durable chez Pierre & Vacances: De l’utopie à l’opérationnel

• Depuis cinq ans, Marie Balmain est en charge du Développement Durable au sein du groupe Pierre & Vacances-Center Parcs, une nouvelle direction qui soutient la démarche pionnière du groupe dans ce domaine. • Confrontée aux réflexions altermondialistes lors de ses études en Californie, Marie a pris l’option de faire passer ses convictions pour un développement plus harmonieux dans le monde de l’entreprise sans chercher la confrontation brutale. • Aujourd’hui, si la pédagogie fait encore partie de son travail, elle a la chance de le voir se concrétiser dans des réalisations qui répondent directement aux attentes de la clientèle, à l’engagement de l’entreprise dans un modèle rentable.

Vexée par la réflexion de son professeur d’anglais qui la trouvait bien médiocre, Marie Balmain s’inscrit dans un programme d’échange qui devait l’immerger un an dans une université américaine. Et puis l’atmosphère de la Californie, le contact avec la vie de campus l’incitent à prolonger son séjour. “J’ai négocié avec mes parents pour faire mes études ici et profiter d’une approche plus ouverte et plus polyvalente des études aux Etats-Unis”. Depuis longtemps, Marie veut se consacrer à l’aide aux pays en voie de développement et rêve d’intégrer la Banque Mondiale pour suivre ses programmes dans le monde. Elle passera cinq années pour décrocher un Bachelor of Arts en Business Economics. Touchée par la prise de conscience altermondialiste, elle n’arrive pas à épouser la violence des manifestations de masse et préfère une approche plus réaliste. “Le courant altermondialiste a le mérite de faire prendre conscience des enjeux en matière de développement et de responsabilité sociale, mais je préfère la révolution de l’intérieur du système en le faisant évoluer plutôt que chercher la confrontation”.-1997 : Arrivée en Californie pour suivre des cours d’anglais intensif -2002 : Décroche son Bachelor of Arts en Business Economics à l’Université de Californie, Santa Barbara -2002 : Agence Utopies, agence conseil en responsabilité sociale et environnementale -2003 : Création du groupe de travail Entreprises & Construction Durable -2004 : Création de l’agence Graines de Changement -2004 : Parution de "Un métier pour la planète.. et surtout pour moi", Guide pratique des métiers du développement durable -2005 : Groupe Pierre & Vacances-Center Parcs, Responsable du développement durableSon diplôme en poche, elle est confrontée en France à la dure réalité du marché du travail. A part un stage dans une ONG de Genève, le parcours vers la Banque Mondiale s’éloigne. Elle répond à l’annonce de stage d’une jeune agence, Utopies, fondée par Elisabeth Laville, qui accompagne les entreprises dans leur démarche de développement durable. “Ma formation économique et le fait que je sois bilingue m’ont qualifiée alors que je découvrais ce secteur de la responsabilité sociale et environnementale de l’entreprise. Le nom même de l’agence était un clin d’oeil au second degré pour montrer aux clients qu’au-delà des discours on pouvait passer à l’acte et concrétiser une démarche de développement durable”.Elle découvre un univers passionnant où les bonnes intentions peuvent se transformer en démarche opérationnelle. Elle travaille ainsi pour un petit tour-opérateur suisse qui met en place la première proposition de compensation carbone pour les voyages de ses clients. Mais son projet le plus important est la création et l'animation d’un groupe de travail autour de la problématique de la construction durable pour les entreprises. “Pour que les choses avancent, nous avons vite vu qu’il fallait que tous les acteurs se retrouvent autour de la table : les promoteurs, les maîtres d’ouvrage, les constructeurs, les fabricants de matériaux pour échanger sur l’évolution des techniques, les réglementations, … Il fallait avant tout éduquer, échanger, dynamiser. Ce groupe se réunit tous les trois mois et il fonctionne encore", raconte Marie Balmain, qui côtoie à cette occasion des responsables du groupe Pierre & Vacances Center Parcs, plutôt en pointe sur le sujet. “Quand j’ai appris que le groupe voulait créer un poste de responsable du Développement durable, j’ai postulé”.Passer du conseil et de l’accompagnement à la concrétisation dans un véritable projet d’entreprise a de quoi la séduire d’autant que le président Gérard Brémond est convaincu de l’intérêt de la démarche. “Il y a six ou sept ans, seuls quelques présidents inspirés considéraient que la valeur citoyenne de l’entreprise est aussi importante que sa valeur marchande. Aujourd’hui, la loi, les investisseurs et les consommateurs eux-mêmes demandent des comptes aux entreprises sur leur comportement environnemental. Même si certaines se contentent de communiquer sur leurs bonnes pratiques, elles sont prises désormais dans un mouvement et ne peuvent plus être trop en décalage par rapport à leur message écolo”. Marie Balmain n’arrive pourtant pas en pays conquis et met à profit son expérience de la pédagogie et de l’accompagnement pour faire passer le message du développement durable dans toutes les strates de l’entreprise. “Ma première mission a été de faire prendre conscience en interne de l’impact positif de la démarche de développement durable pour l’entreprise sur notre activité et surtout de montrer qu’il y a des solutions alternatives qui sont vertueuses pour la planète, tout en étant rentables”. Cela se traduit notamment au sein de Pierre & Vacances par un plan d’action adopté en 2008, et soutenu par la présidence. “Ce fut un élément déclencheur qui a lancé une vraie dynamique. Pierre & Vacances avait initié un partenariat avec le WWF, essentiellement pour passer des messages aux clients sur les gestes responsables. Désormais l’entreprise s’attacha à faire évoluer ses propres pratiques et faire la démonstration en même temps aux clients qu’un produit touristique responsable et écologique ne veut pas dire rudimentaire et spartiate”.Travaillant étroitement avec les directions opérationnelles, sa mission englobe autant l’approche environnementale que la responsabilité sociale. “C’est hyper motivant car le rôle de notre petite équipe est très transversal. Nous travaillons avec les acteurs de l’immobilier et du tourisme mais aussi les fonctions transverses tels que les achats ou la direction des ressources humaines”. Sa première satisfaction est sans doute que le développement durable s’ancre progressivement comme une évidence, largement partagée. “Quand on construit les nouveaux Center Parcs, ce n’est même plus une option, encore moins une mode”.Auteur avec Elisabeth Laville d’un guide pratique des métiers du développement durable, et co-fondatrice d’une agence de communication tournée vers le grand public, Graines de changement, Marie Balmain se consacre aujourd'hui presqu'entièrement à sa tâche dans le groupe Pierre & Vacances Center Parcs, mais elle suit de loin l’évolution positive des offres de formations dans le domaine. “Mon souhait n’est pas qu’il y ait des spécialistes du développement durable, mais que chaque corps de métier intègre cette dimension, et l’applique dans sa propre vision, que ce soit les architectes, les opérationnels de l’exploitation, les responsables commerciaux. C’est un enjeu évident pour les entreprises que je ne vois pas remettre en question par ce qu’il va dans le sens de l’histoire”.Marie Balmain en quelques dates...

Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter for the application .

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?