Accéder au contenu principal

Actualités

L'Arabie saoudite affine son projet de la mer Rouge

Destination majeure de la région, la mer Rouge est un axe important du développement touristique de l'Arabie saoudite. Célèbre pour ses spots de plongée, elle offre aux voyageurs des paysages uniques, entre mer, désert et archipels d'îles. Ce développement touristique s'inscrit toutefois dans un plan plus vaste : l'après-pétrole.

Deuxième plus grand pays du monde arabe après l'Algérie, l'Arabie saoudite possède de nombreux atouts d'un point de vue touristique. Que ce soit pour son patrimoine historique, culturel ou naturel, les possibilités de développement sont nombreuses.

Ainsi, le Red Sea Project, un projet ambitieux centré sur le développement durable, s'inscrit parfaitement dans cette politique de modernisation. Annoncé en 2017 par le prince héritier saoudien Mohammad bin Salman, celui-ci s'étend sur 28 000 kilomètres carrés le long de la côte ouest de l'Arabie saoudite et comprend un archipel de plus de 90 îles préservées, selon The Red Sea Development Company (TRSDC), une société détenue par le Fonds d'investissement public saoudien en charge du projet.

Dans le cadre de ce projet, le complexe Desert Rock sera construit sur la côte de la mer Rouge, à l'intérieur d'une montagne au milieu d'un paysage désertique, et comprendra 48 villas et 12 suites d'hôtel. Il disposera d'un spa de luxe, d'une salle de sport, d'espaces gastronomiques, d'une oasis sous forme de lagon et proposera des activités telles que des excursions, des véhicules tout-terrain, etc.

Comme l'explique Chad Oppenheim, fondateur d'Oppenheim Architecture, le cabinet responsable du projet :

Notre intention initiale lors de la conception de la station était de construire en tenant compte du terrain, sans construire directement dessus, et de prendre en compte les éléments naturels étonnants qui existent déjà sur le site, amplifiant ainsi sa beauté naturelle.

Face à une telle conception, il est légitime de s'interroger sur sa durabilité. En effet, que ce soit en termes de surface, de besoins énergétiques ou de pollution, tout centre de villégiature devrait faire pâle figure face à un tel mastodonte. Cependant, les intentions du TRSDC semblent être bien différentes :

John Pagano, PDG de The Red Sea Development Company, déclare :

Offrir une expérience immersive, luxueuse et respectueuse de l'environnement à nos visiteurs a été une priorité absolue pour nous depuis le lancement de notre projet. Nous sommes impatients d'accueillir nos tout premiers clients et de leur offrir un séjour vraiment unique et mémorable.

Le luxe et la durabilité sont en effet deux concepts qui vont de pair. Une expérience hôtelière durable et immersive s'accompagne souvent de coûts très élevés. Que ce soit pour l'énergie, les déchets, le transport, la nourriture, ... l'écologie coûte cher.  Lorsqu'il séjourne sur place, c'est le voyageur qui paie cette différence. Ainsi, ce projet de développement de la côte de la Mer Rouge s'adressera à une clientèle très aisée.

 Avec plus de 600 contrats signés à ce jour, pour une valeur de près de 17 milliards de SAR (4,5 milliards de dollars), le projet a déjà franchi des étapes importantes et sa première phase de développement devrait être achevée d'ici 2023. Par exemple, la pépinière paysagère de 100 hectares, qui fournira plus de 15 millions de plantes pour la destination, est désormais pleinement opérationnelle. 

Mais les besoins d'un complexe aussi gigantesque pourraient rapidement devenir un problème, notamment pour la gestion de l'eau. Bien que des méthodes de récupération soient prévues, la région souffre d'un manque d'eau constant.

Les projets de modernisation sont nombreux en Arabie Saoudite. Qu'il s'agisse du projet de la mer Rouge, de la ville ultra-connectée et zéro carbone The Line - NEOM, au milieu du désert ou du méga projet de divertissement Qiddiya, qui sera implanté à Riyad, le pays prépare l'après-pétrole en faisant du tourisme l'un de ses futurs piliers économiques.

Le pays travaille également au développement d'une nouvelle destination appelée Al Ula, située dans le nord-ouest. Al Ula est un site archéologique récemment inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco pour sa richesse, c'est en fait le premier site classé par l'Unesco dans le pays. Le site commence tout juste à se développer pour devenir une destination touristique majeure et reste pour l'instant un lieu confidentiel, loin du tourisme de masse. Mais l'ambition est de le transformer en une destination touristique mondiale majeure grâce à son aspect culturel unique. 

Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter pour la candidature.

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?