Accéder au contenu principal

Actualités

Préparer la reprise du tourisme en France

Si une date de déconfinement a été annoncée, elle ne concerne pas une grande partie des professionnels du tourisme pour qui les contours de la reprise restent flous. Si les hôtels peuvent ouvrir ce n'est pas le cas des restaurants, cafés, parcs d'attractions, festivals, congrès et autres évènements sportifs. Le gouvernement reste aux côtés des professionnels du secteur, retour sur le plan d'action qui a été mis en marche.

Des outils de soutien toujours effectifs et largement sollicités :

Après avoir confirmé l'annulation d'une partie des charges pour les entreprise touristiques, le gouvernement poursuit son accompagnement aux côtés des professionnels du secteur.

Suite aux informations remontées par les professionnels du tourisme, la loi de finance rectificative a été adoptée dans la nuit de samedi à dimanche pour un ajustement du fond de solidarité désormais plafonné à 5000 € y compris pour les entreprises en redressement judiciaire ou en procédure de sauvegarde. 
Le GNI avait informé l'état que 42% de ses adhérents étaient toujours en attente de réponse de la part de leurs organismes financiers sur les prêts garantis par l'Etat. Une circulaire a donc été diffusée demandant aux banques un retour sous 5 jours pour permettre aux emprunteurs de saisir le médiateur du crédit. En cas de réponse négative des organismes prêteurs, un fonds de 500 millions d'euros a été abondé par l'Etat à destination des PME.

Le cas particulier des parcs zoologiques, qui doivent soigner et nourrir les animaux, a été évoqué permettant l'adoption d'un amendement qui débloque 19 millions d'euros d'aides pour financer les frais de nourrissage et de litière des animaux.

27 000 entreprises du tourisme (contre 19 000 la semaine précédente) ont déposé une demande de prêt garanti par l'état. 2,4 milliards d'euros ont été accordés et 1,1 milliard sont en cours d'instruction.

16% des entreprises bénéficiant du chômage partiel sont dans le secteur du tourisme. La mesure sera étendue dans le temps pour le secteur tant que l'activité touristique n'aura pas repris.

Un médiateur national des loyers sera prochainement nommé pour trouver des solutions entre bailleurs et preneurs.

Interrogé sur les aides aux professionnels du tourisme a long terme, Jean-Baptiste Lemoyne a dit privilégier des solutions sur des fonds propres avec l'appel à des fonds d'investissements. La plupart des professionnels n'anticipant pas un retour à la rentabilité avant 2023, difficile dans ces conditions d'honorer le remboursement des avances de trésorerie.

Au niveau européen, Thierry Breton Commissaire au marché intérieur plaide devant les parlementaires européens pour un "plan Marshall du tourisme européen" qu'il déclare comme premier secteur touché et dernier à se relever suite à la crise du Covid 19. Cela signifierait allouer entre 20 et 25% du fonds d'aide européen envisagé pour soutenir la reprise des économies des états membres. Il plaide également pour la tenue d'un sommet européen du tourisme en septembre où il sera question de réinventer le tourisme sur le Vieux Continent.

Une participation active des professionnels du secteur

Depuis le début de la crise, chaque semaine, le Comité de Filière Tourisme se réunit autour du Secrétaire d'Etat Jean-Baptiste Lemoyne pour échanger et faire remonter les besoins. Comme préalablement annoncé, le Comité de Filière Tourisme a pour rôle de préparer la conférence interministériel du tourisme qui se tiendra dans les 10 premiers jours du mois de mai. C'est à ce moment là que les modalités de reprise pour le secteur pourront être édictées. 

En attendant, la gestion de la crise se fait par la concertation avec un travail quotidien de son bureau :

  • Roland Héguy, président UMIH
  • Marie-Reine Fischer, présidente déléguée d'ADN Tourisme
  • Sven Boinet, président d’Alliance France tourisme
  • Didier Chenet , GNI président de la commission emploi, formation
  • Nicolas Dayot, FNHPA président de la commission développement durable
  • Laurent Queige, Welcome City Lab président de la commission numérique
  • Valérie Boned, secrétaire général Les Entreprises du voyage, présidente de la commission réglementation,compétitivité

Christina Mantei président d'Atout France et Georges Rudas président de l'IFT font également partie du collège de représentants.

Adjoint de personnes qualifiées nommées par Jean Baptiste Lemoyne : 

  • Sébastien Bazin, CEO du groupe Accor sur les questions de normes sanitaires
  • Philippe Bélaval président du Centre des Monuments Nationaux
  • Gérard Brémond, président du Groupe PVCP
  • Philippe Etchebest, chef étoilé, Meilleur Ouvrier de France
  • Olivier Gignon PDG , GL Events
  • Maryline Martin, PDG de Guédelon

Tous ont la responsabilité de travailler autour du gouvernement pour structurer la reprise en s'appuyant sur les touristes français qui pour certains partiront de toute façon en vacances. L'accent sera mis également sur le tourisme social. L'UNAT et l'ANCV travaillant sur ces questions.

Les conditions sanitaires d'exploitation seront la clés de la reprise. Accor et B&B Hôtel ont pris les devant s'associant des cabinets de certification pour mettre en place des normes de certification. Le mouvement devra faire tache d'huile et permettre d'harmoniser les règles sanitaires au niveau national, voire européen et mondial.

Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter for the application .

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?