Accéder au contenu principal

Analyses

L'Egypte, pays des pharaons et de l'ambition

Connue avant tout pour ses trésors archéologiques reflétant l’enracinement de sa civilisation à travers les siècles, l’Egypte a à cœur de développer un de ses moteurs économiques, le tourisme, et notamment de diversifier son offre, après avoir traversé des crises politiques et sécuritaires.

La République arabe d’Egypte adoptant un régime semi-présidentiel est dirigée par Abdel Fattah Al Sissi, investi le 8 juin 2014. Ce pays de près de 95 millions d’habitants a une densité de 83 habitants au kilomètre carré, sachant que 95% de la superficie de l’Egypte est désertique (France Diplomatie, 2017). En revanche, la densité dans le delta et la Vallée du Nil est estimée à 1500 hab/km². Avec 0,691 à l’indice de développement humain (IDH), l’Egypte se classe au 114e rang. 

Au fil de l’histoire, le pays sera marqué par l’inauguration du canal de Suez en 1869, par Nasser premier ministre en 1954 puis président 1956, ayant mené une politique de nationalisations, ou encore la révolution égyptienne commencée en janvier 2011 pour des réformes politiques et sociales, ayant mené à la démission du président Hosni Moubarak. 

Economie et commerce

Le Produit Intérieur Brut (PIB) du pays s’élève à 336,3 milliards d’euros selon la Banque mondiale en 2016. Il résulte d’une économie diversifiée et structurée autour des secteurs manufacturiers, extractifs, agricoles, forestiers et de la pêche, du commerce de gros et de détail et de l’immobilier. A la suite d’une modernisation de son économie dans le courant des années 2000, l’Egypte a connu des taux de croissance records : 7% entre 2005 et 2008, selon l’Ambassade de France en Egypte. La crise financière de 2008 puis la chute du président Moubarak en 2011 ont engendré une instabilité politique ayant affaibli l’économie. Les principaux clients économiques et commerciaux de l’Egypte sont les Emirats arabes unis, l’Arabie Saoudite, l’Italie, l’Allemagne, la Turquie, les Etats-Unis. Ses principaux fournisseurs sont la Chine, les Etats-Unis, l’Arabie Saoudite, la Turquie, la Russie, l’Allemagne et l’Italie. 

Le ministère du tourisme vise à attirer 20 millions de touristes, soit 26 milliards de dollars, d’ici 2020

Le secteur touristique a été particulièrement touché durant les années qui ont suivi la révolution de 2011, mais les premiers signes de redressement ont été visibles à partir de 2014.

 Le ministère du tourisme vise à attirer 20 millions de touristes, soit 26 milliards de dollars, vers 2020. Pour ce faire, le gouvernement prévoit d’élargir l’offre touristique à savoir le tourisme de groupe, le tourisme balnéaire, le tourisme culturel, certaines activités spécifiques (golf, yachting, soins de santé, aventure, sports), le renforcement des contrôles de qualité et des capacités, et souhaite développer des infrastructures et élargir le spectre en misant également sur le tourisme d’affaires. 

L’Etat souhaite aussi cibler davantage les visiteurs en provenance d’Asie et du Moyen-Orient à l’aide de campagnes marketing.  Le pays veut également inciter les investissements dans l’hôtellerie et dans certains services comme le shopping et les infrastructures liées. L’Egypte a aussi pour ambition de mener cette croissance avec des principes liés au développement durable. Toutes ces activités seront mises en valeur par une campagne promotionnelle internationale afin d’accroître la notoriété de l’Egypte. 

Avec environ 28 millions d’actifs, l’Egypte considère avoir acquis une main-d’œuvre instruite et qualifiée.

“ Le pays a récemment adopté un plan de réforme pour assurer la viabilité budgétaire et renforcer ainsi la confiance des investisseurs

Le pays revendique un réseau d’infrastructures développé. Trois réseaux de téléphonie mobile indépendants couvrent près de 100% des terres habitées du pays. Le haut débit (par fil câblé) est facilement disponible dans les centres urbains. Les 15 ports commerciaux du pays servent de base pour les exportations et les importations, tandis qu’un réseau aéroportuaire en expansion transporte les passagers ainsi que les marchandises. L’aéroport égyptien Air Cargo compte actuellement trois terminaux de fret pour les textiles, les légumes et de nombreux produits industriels. Le pays est également doté d’un réseau établi de chemins de fer et de routes. Précisément, le réseau routier s’étend sur 108,784 kilomètres, le réseau ferroviaire s’étale sur 9,570 kilomètres et enfin le pays dispose de 12 aéroports principaux : Le Caire (CAI), Louxor (LXR), Charm-el-Cheikh (SSH), Assiout (ATZ), Marsa Alam (RMF), Abou Simbel (ABS), Assouan (ASW), Hurghada (HRG), Marsa Matruh (MUH), Borg El Arab (HBE), Sohag (HMB) et Alexandrie (ALY).

L’Egypte possède une abondance de ressources naturelles (pétrole, gaz naturel, minerai de fer, phosphates, manganèse, pierre à chaux, gypse, talc, amiante, plomb, zinc). Grâce aux accords commerciaux bilatéraux ou multilatéraux avec les Amériques, l’Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique, l’Egypte a accès à plusieurs marchés et donne des avantages aux producteurs égyptiens qui les approvisionnent. L’Egypte bénéficie de la présence du canal de Suez considéré comme le plus court « chemin » entre l’est et l’ouest en raison de sa situation géographique unique. Près de 8% des flux maritimes mondiaux traversent le canal de Suez chaque année. 

Le pays a récemment adopté un plan de réforme pour assurer la viabilité budgétaire et renforcer ainsi la confiance des investisseurs. Le gouvernement a mis en place une stratégie de promotion intensive fondée sur la réforme des entreprises, l’attraction d’investissements directs depuis l’étranger et une attention particulière portée aux investisseurs comme par exemple : un « Comité des contrats » pour résoudre tout conflit pouvant survenir entre les investisseurs et différents organismes gouvernementaux en rapport avec des contrats commerciaux, la modification de la loi sur l’investissement pour permettre la réconciliation entre les deux parties etc. Côté fiscalité, les impôts sur les sociétés sont plafonnés à 22,5%. 

Projets nationaux

Le projet du nouveau canal de Suez a été inauguré en 2015 et a permis une nouvelle voie sur 35 km longeant le canal existant et l’élargissement et approfondissement d’un tronçon sur 37 autres kilomètres. 

En 2018, le ministère des Transports égyptien a annoncé le lancement du projet de train électrique express Alexandrie-Le Caire-Assouan. La première phase du projet de train express sera reliée au réseau ferroviaire actuel avec le train Borg El-Arab afin de relier Alexandrie au Caire. La deuxième phase du projet consistera en la mise à jour de l’étude de la ligne Gizeh-Assiout-LouxorAssouan suite aux nombreux projets de développement de l’Etat. En ce début d’année, le pays veut aussi entamer le plus grand projet de traitement et de dessalement d’eau de son histoire. Estimé à environ 3,96 milliards de dollars, cet investissement a pour objectif d’assurer à la population un approvisionnement permanent en eau potable.

Afin de faire face au surpeuplement du Caire, une nouvelle capitale administrative « Future City » est en cours de construction. Elle est située à 45 kilomètres à l’est du Caire entre les routes de Suez et d’Ain Sokhna. Etendue sur 170km², elle prévoit d’être opérationnelle à partir de 2019 et pourra accueillir 6 millions d’habitants. La capitale abritera le quartier gouvernemental mais aussi des hôtels de luxe, des quartiers résidentiels, un aéroport moderne, une tour de 345 mètres etc. Malgré la volonté des autorités d’en faire une ville intelligente munie de technologies modernes, le projet ne fait pas l’unanimité auprès des habitants et compte peu d’investisseurs.

D’autres projets ont également été annoncés : le projet national pour le développement du Sinaï (plus de 6 milliards de dollars), le projet du Triangle d’Or pour faire de cette région une nouvelle capitale industrielle,  le projet national pour le développement de la haute Egypte (500 millions de dollars), le projet du plateau El-Galala avec la construction de la ville et d’une route principale, l’université du Roi Abdallah ainsi qu’une station balnéaire sur le Golfe de Suez ; le projet de développement de la côte nord avec la ville nouvelle d’El-Alamein, la mise en place d’une grande zone touristique et la construction d’une centrale nucléaire à El-Dabaa. Une nouvelle route en plein désert menant au site de la nouvelle capitale administrative d’Egypte.

Tourisme

Le tourisme en Egypte représente près de 7% du PIB, porté à 11,3% si on ajoute les contributions indirectes

L’Egypte est un pays réputé pour son grand patrimoine antique. Le plateau de Gizeh abrite en particulier la pyramide de Khéops ainsi que le Sphinx, Alexandrie est mythique pour son phare qui fut détruit en 1303, Louxor pour son temple et sa vallée des rois. L’Egypte propose aussi une multitude d’activités sportives et ludiques : des randonnées dans la nature et dans le désert, des balades près des côtes de la Mer Rouge ou du Sinaï, le long du Nil, de la plongée sous-marine ainsi que du golf, de la pêche etc.

Le tourisme en Egypte représente près de 7% direct du PIB, porté à 11,3% si on ajoute les contributions indirectes, telles que les services de voyage. La part des restaurants et des hôtels constitue 3,5%. Le tourisme est également un des secteurs générateurs d’emplois directs et indirects représentant 12,6% du volume total de l’emploi dans l’État. Selon le ministère du tourisme citant la Banque centrale, un touriste dépense en moyenne 76,7 dollars par jour, hormis les Égyptiens entrants. Le tourisme européen représente près de 70% du volume touristique, suivi des Arabes, entre 15% et 17%, devant les Russes.

En octobre 2015, le crash de l’Airbus A321 a eu un impact négatif sur le secteur du tourisme. En réaction, le gouvernement a décidé, en début 2016, d’allouer 32 millions de dollars au ministère du tourisme, afin de renforcer les points de contrôle et d’équiper les aéroports de caméras supplémentaires.

Acteurs locaux principaux

Parmi les grands acteurs du tourisme en Egypte, on compte premièrement The Egyptian General Co. For Tourism & Hotels (EGOTH) créée en 1976. Filiale de The Holding Company, la société appartient au gouvernement égyptien et détient une croisière sur le Nil ainsi que plusieurs établissements internationaux : 14 hôtels présents notamment à Louxor, Le Caire, Gizeh ou encore Alexandrie et comprenant entre autres les marques Marriott et Sofitel. La capacité hôtelière du groupe s’élève à 3 760 chambres environ. L’entreprise possède également des terrains, affectés à des projets de développement hôtelier et touristique.

Le Golden Pyramids Plaza (Cité des Etoiles) est une société égyptienne spécialisée dans le divertissement et l’hôtellerie. Il opère par la gestion du complexe de divertissement CityStars Heliopolis Cairo, des centres commerciaux, des immeubles de bureaux et compte dans son portefeuille trois hôtels internationaux : lnterContinental Cairo Citystars, Holiday Inn Cairo Citystars et Staybridge Hotel. 

Etablie en 1977, l’entreprise EMECO est quant à elle une agence de voyages et leader en tant que Destination Management Company en Egypte. Elle gère des services de voyage, des croisières, des transports et des divisions aériennes. MISR Travel est l’un des plus anciens voyagistes en Egypte et au MoyenOrient. L’entreprise a été fondée par l’économiste égyptien Talaat Harb en 1934.

ORASCOM Development Holding AG est un important promoteur de destinations entièrement intégrées qui propose des hôtels, des villas, des appartements privés, des installations de loisirs et diverses infrastructures. Il offre un portefeuille diversifié de 
destinations mondiales couvrant l’Egypte, les Emirats Arabes Unis, Oman, le Maroc, le Monténégro, la Suisse et le Royaume-Uni. Le groupe exploite au total 35 hôtels comprenant 8 016 chambres. 

Le Groupe REMCO est une société cotée à la bourse égyptienne depuis 1998. Le groupe comprend 8 entreprises dont les projets portent sur des complexes hôteliers, des zones commerciales, des logements, résidences, hôtels autonomes et lieux de divertissement. REMCO sélectionne et acquiert des terrains et conçoit notamment leur développement.

Le groupe TRAVCO né il y a près de 30 ans, est propriétaire et opère la plus grande flotte de croisières sur le Nil, une importante collection d’hôtels et resorts, une myriade de services de transports terrestres, maritimes et aériens. Le groupe cherche à se développer de plus en plus au-delà de ses frontières.

Cette archive de plus d'un mois est réservée aux abonnés Premium et Club

Accédez à l'ensemble des contenus et profitez des avantages abonnés

J'en profite

Déjà inscrit ?

Un article

Achetez l'article

Un pack de 10 articles

Achetez le pack
Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter pour la candidature.

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?