Accéder au contenu principal

Actualités

Cette crise va-t-elle créer des opportunités ?

Comme dans toute crise, il y aura des gagnants et des perdants. L’arrêt de certains projets n’est d’ailleurs pas une si mauvaise nouvelle sur certains marchés. Le ralentissement du développement pourrait enlever de la pression sur les hôtels en place dans une période de forte concurrence. Mais la situation actuelle recèle certaines inconnues qui peuvent se transformer en opportunités à court ou moyen terme si certains investisseurs immobiliers, fragilisés, devaient avoir à accélérer leurs sorties et mettre des établissements de choix sur le marché.

Autre question qui se pose après les rapprochements entre organismes bancaires : par exemple, qu’adviendra-t-il des actifs auparavant détenus par Lehman Brothers s’ils n’entrent pas dans la stratégie de portefeuille du nouveau propriétaire Barclays ? Pour des investisseurs disposant de suffisamment de réserves financières, les temps sont propices aux bonnes affaires.L’ampleur de cette baisse est imprévisible à ce jour. Elle dépend aussi du sang-froid que sauront garder les groupes hôteliers face à l’évolution de la situation. S’il est difficile de tirer des plans sur la comète à l’horizon 2010, s’attendre à une poursuite d’une croissance soutenue des prix moyens hôteliers semble illusoire.Cycles hôteliers une baisse des prix moyens inéluctable La politique tarifaire hôtelière est sensible à l’indicateur du taux d’occupation, dont la baisse régulière préfigure une situation plus tendue. C’est le cas depuis le début de l’année 2008. En France, le phénomène était marginal jusqu’en juillet dernier (1,3 point de baisse), compte tenu de la très bonne résistance de l’activité hôtelière en région parisienne. La baisse est plus sensible au mois d’août 2008 (- 3 points) et l’accélération du phénomène est constatée en septembre (-2,8 points).L’activité hôtelière suit un cycle en quatre phases, analysées lors des Global Lodging Forum et des présentations de MKG Hospitality : -# Marché porteur dynamique : hausse des taux d’occupation entraînant une hausse des prix moyens -# Stabilisation de la demande : baisse des taux d’occupation parallèlement à la hausse des prix moyens -# Guerre commerciale en période de faible activité : baisse des prix moyens et baisse des taux d’occupation -# Phase de redressement et de reconquête de clientèle : hausse des taux d’occupation et baisse des prix moyens.La variation du cycle est d’autant plus importante que l’on monte en gamme dans les catégories hôtelières. L’hôtellerie économique est par nature plus résiliente en s’appuyant sur le marché domestique. Les informations recueillies à ce stade de l’année laissent penser que la phase 2 est amorcée.Cette situation va naturellement déclencher une réflexion en profondeur sur la stratégie commerciale qui devrait modérer, voire stopper, la progression des prix moyens enregistrée ces derniers mois. Il y a tout lieu de penser que les prix moyens vont entamer une phase de "décrue" comme ce fut le cas dans les années 2002 et 2003, dans les catégories supérieures notamment, plus affectées par la baisse de fréquentation.L’ampleur de cette baisse est imprévisible à ce jour. Elle dépend aussi du sang-froid que sauront garder les groupes hôteliers face à l’évolution de la situation. S’il est difficile de tirer des plans sur la comète à l’horizon 2010, s’attendre à une poursuite d’une croissance soutenue des prix moyens hôteliers semble illusoire.

Cette archive de plus d'un mois est réservée aux abonnés Premium et Club

Accédez à l'ensemble des contenus et profitez des avantages abonnés

J'en profite

Déjà inscrit ?

Un article

Achetez l'article

Un pack de 10 articles

Achetez le pack
Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter for the application .

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?