Accéder au contenu principal

Actualités

Copenhague : La Petite Sirène boit la tasse

Copenhague fait aujourd’hui la une des médias. Il y a quelques semaines, Barack Obama,le président Lula, le roi Juan Carlos et le Premier ministre Yukio Hatoyama ont fait le déplacement vers la capitale danoise pour défendre les couleurs de leurs villes respectives, candidates à l’accueil des Jeux Olympiques 2016. Bientôt, des centaines de chefs d’Etats, de ministres, de hauts fonctionnaires, d’experts écologistes et tous les journalistes qui les suivent se retrouveront pour le très attendu sommet de l’ONU sur les changements climatiques. Le nom de Copenhague revient sans arrêt dans les conversations, mais est-ce suffisant pour rétablir une situation hôtelière qui s’est gravement détériorée ?

En l’espace de quelques mois, la capitale danoise aura vu défiler les Grands de ce monde, figurant largement dans les gros titres de la presse internationale. Elle a bien besoin de ce coup de projecteur et de ce surcroît d’activité car la situation de son hôtellerie est loin d’être florissante. Pour autant, il semble que l’agitation médiatique et internationale autour de Copenhague ne donnera qu’un coup d’arrêt temporaire à la dégringolade du RevPAR depuis des mois. Alors que le trafic touristique et Affaires a fortement diminué, les projets de nouvelles implantations continuent de fleurir, véritable chronique d’une surcapacité annoncée.Outre l’activité congrès, le deuxième axe de développement touristique se concentre sur le marché des croisières. Une récente association avec Malmöe se traduit par une vaste ambition, constituer une nouvelle destination incontournable des navires de croisière qui sillonnent la mer Baltique. Ainsi, en 2008, 310 bateaux de croisière y sont passés, pour un total de 580 000 passagers, ce qui fait de Copenhague la première destination de croisières en Europe.L’euphorie des récentes années fastes a incité les développeurs à s’intéresser à une ville réputée dynamique et principale métropole de Scandinavie. Mais le retour de bâton avec le début de la crise internationale a été particulièrement sévère. La capitale danoise totalise environ 1,7 million d’habitants, mais elle anime une région plus vaste, l’Øresund de 3,6 millions d’habitants qui déborde sur la Suède voisine. Depuis la création d’un lien fixe avec la Suède et le Danemark, ouvert en 2000, le parc hôtelier actuel de Copenhague, un peu plus de 13 000 chambres, est complété par les 28 000 chambres disponibles autour de Malmöe distant d’une heure et demi de Copenhague. Ce qui représente un apport indispensable pour les grandes réunions internationales est aussi une concurrence potentielle en période creuse. L’an passé, la région d’Øresund a totalisé quelque 6,7 millions de nuitées, dont 5,3 pour la seule ville de Copenhague, mais le chiffre est désormais en chute libre.D’une année sur l’autre, entre le début 2008 et les premiers mois de 2009, le chiffre d’affaires hôtelier s’est effondré de plus de 20 %. Selon la société Soliditet, qui vérifie la solidité financière des entreprises danoises, la moitié des 422 établissements hôteliers passés au crible a enregistré une perte d’exploitation sur le dernier exercice fiscal. Pour la firme d’analyse, plus d’une centaine ne sont pas éligibles à des prêts bancaires, compte tenu de la fragilité de leur bilan, et une cinquantaine ont besoin d’apporter de sérieuses garanties. Si la situation ne s’améliore pas rapidement, elle prédit même qu’un tiers des hôtels de Copenhague pourrait déposer le bilan dans les toutes prochaines années. Le président régional d’Horesta, organisation professionnelle des hôteliers-restaurateurs danois, Jens Zimmer Christensen confirme : “Les hôteliers traversent une période très difficile et nous nous attendons à de nombreuses défaillances, même si nous ne pouvons pas mesurer l’ampleur à ce jour”.Et tout semble indiquer que l’avenir n’est pas des plus sereins. Alors même que le nombre de voyageurs d’affaires et de touristes se réduit comme peau de chagrin, la construction de nouveaux établissements n’a pas été stoppée. Le pipeline hôtelier confirmé pour les deux ans à venir se monte déjà à près de 4 000 nouvelles chambres, à travers huit projets de grande taille, dont près de 2 000 chambres dans le nouveau quartier d’affaires d’Ørestad.Au nombre des projets les plus avancés, celui du groupe familial Arp-Hansen Hotel, qui se présente déjà comme l’un des premiers opérateurs de la ville avec un portefeuille en activité de 1 700 chambres à travers 9 établissements. Il a entrepris la construction d’un ensemble de trois hôtels de catégories complémentaires sur un même site en centre ville, à proximité de la gare centrale, qui totalisera à lui seul 1 300 chambres. Le premier hôtel devrait ouvrir avant la fin de l’année sous l’enseigne Wakeup Copenhagen, un établissement “low cost” de 510 chambres. Il sera suivi par les deux autres au rythme du chantier pharaonique dirigé par Kim Utzon, architecte de renom. Ils seront adossés au Tivoli Congress Center, nouveau centre des congrès de 4 000 places de la ville, une arme destinée à imposer Copenhague sur le circuit international des villes de congrès.A quelques kilomètres du centre ville, à Ørestad, l’architecte Daniel Libeskind livrait en juillet dernier la première tranche de son Cabinn Metro, un hotel original en 2*, qui comptera 710 chambres une fois terminé à la fin de l’année. Dans le même quartier, à proximité du Bella Center et ses 63 salles de conférences et 4 auditoriums, IHG va ouvrir son Crowne Plaza Copenhagen Towers en 4* de 366 chambres, associé à un son propre centre de congrès de 3 500 m2. Autre projet spectaculaire dans ce nouveau quartier, le Bella Hotel de 814 chambres, dont l’ouverture est prévue pour le 1er trimestre 2011. Le Radisson Scandinavia n’entend pas se faire ravir le titre de plus grand hôtel du pays et a déjà prévu de rajouter des étages supplémentaires et 460 chambres, doublant par la même occasion ses capacités d’accueil de congrès.On l’aura compris, les édiles de Copenhague misent très largement sur l’activité congrès pour remplir ces nouveaux établissements. Il est vrai que les deux dernières années peuvent lui donner raison. Avec 104 congrès internationaux répertoriés en 2008, Copenhague a devancé pour une fois Londres et Amsterdam, se situant au 9e rang mondial des congrès des grandes associations médicales ou scientifiques. Et 2009 se présente comme une année record, selon Steen Jakobsen, directeur des congrès à l’Office du tourisme et des congrès Wonderful Copenhagen : “15 des congrès qui nous allons accueillir en 2009 rassembleront de 2 000 à 15 000 participants”. La ville joue la carte de la diversité, de la proximité des hôtels et de la facilité d’accès avec l’aéroport le plus actif d’Europe du Nord avec 265 000 mouvements d’avions. Un nouveau terminal a été inauguré en 2008, ce qui a permis d’augmenter la capacité de traitement du nombre de passagers. Il dépasse aujourd’hui les 28 millions de passagers en provenance de 127 destinations mondiales. Principale compagnie, la SAS, membre de la Star Alliance, a développé ainsi des partenariats avec 60 autres compagnies.De plus, la technologie très présente, les télécommunications efficaces, la sécurité démontrée par un faible taux de criminalité dans une ville réputée pour sa gastronomie et sa vie culturelle achèvent d’assurer la promotion de la candidature de Copenhague dans le cercle des grandes manifestations. Mais Claus Allerup de Solidet tire une sérieuse sonnette d’alarme : « Après une année 2009 exceptionnelle en termes de grands congrès, les hôteliers doivent s’attendre à une série d’années bien plus calmes qui vont se traduire par un véritable bain de sang ».La ville pourtant ne renonce pas à s’équiper davantage. Son conseil municipal a confié à la société allemande AEG le projet d’un nouveau complexe multi fonctionnel de 15 000 m2 dans le Sud du quartier. Pour Lars Bernhard Jørgensen, directeur général de Wonderful Copenhagen, l’équipement était indispensable : “nous allons enfin pouvoir concourir pour des congrès encore plus grands et des événements sportifs et culturels de dimension internationale”. La nouvelle Arène devrait être opérationnelle en juillet 2013. Le pari est risqué compte tenu de la dégradation du marché, mais il peut payer si la situation se retourne rapidement et si les hôteliers de Copenhague n’ont pas été mis sur les genoux entre temps. Pour parfaire leur stratégie, les Danois cherchent occuper davantage de places au sein des bureaux d’associations professionnelles comme l’International Congress and Convention Association ou l’International Association of Professional Congress Organisers.Outre l’activité congrès, le deuxième axe de développement touristique se concentre sur le marché des croisières. Une récente association avec Malmöe se traduit par une vaste ambition, constituer une nouvelle destination incontournable des navires de croisière qui sillonnent la mer Baltique. Ainsi, en 2008, 310 bateaux de croisière y sont passés, pour un total de 580 000 passagers, ce qui fait de Copenhague la première destination de croisières en Europe.

Cette archive de plus d'un mois est réservée aux abonnés Premium et Club

Accédez à l'ensemble des contenus et profitez des avantages abonnés

J'en profite

Déjà inscrit ?

Un article

Achetez l'article

Un pack de 10 articles

Achetez le pack
Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter for the application .

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?