Accéder au contenu principal

Analyses

Strasbourg, les hôteliers maintiennent leur activité

Dans un contexte morose pour l’hôtellerie française, la ville de Strasbourg tire son épingle du jeu et maintient son activité. Après une fin d’année 2012 correcte pour les hôteliers strasbourgeois, les performances du premier trimestre de 2013 s’annoncent plus mitigées, mais avec une tendance générale à la stabilité, selon les données publiées par MKG Hospitality.

Dans son ensemble, l’évolution de l’activité hôtelière de la ville de Strasbourg est sur une courbe croissante. Sur les douze derniers mois, à compter de mars 2013, le RevPAR de la ville enregistre une amélioration de 4,3%, due au cumule de la hausse de 1,1 point des taux d’occupation et de celle de 2,1% des prix moyens, selon les données publiées par MKG Hospitality. La progression s’explique notamment par le dynamisme de l’activité traditionnellement constaté par les hôteliers au cours des derniers mois de l’année (de septembre à décembre), grâce au calendrier évènementiel et aux festivités de fin d’année. En décembre 2012, les taux d’occupation de la ville ont ainsi dépassé les 80%. « La tendance sur les 12 derniers mois est plutôt à la stabilité et nous ne nous plaignons pas au vu de ce qu’il se passe ailleurs », déclare Véronique Anton-Siegel, directrice de l’hôtel Best Western Monopole Métropole. Si la tendance générale est également à la hausse sur les trois premiers mois de l’année 2013, les résultats sont plus mitigés. La période se caractérise par la faiblesse de l’activité affaires et ses conséquences pour l’hôtellerie moyen de gamme et haut de gamme. Sur le seul mois de mars, le midscale se maintient, avec une amélioration de 1,3% de RevPAR, alors que le revenu par chambre disponible du haut de gamme chute de 6,5%. « Sur les trois premiers mois de l’année, nous avons eu moins de congrès que l’an dernier et la période a été plutôt difficile pour nous, à l’exception du mois de février, au cours duquel le tournage de l’émission de TF1, Splash, a apporté quelque 900 nuitées aux hôtels de la ville. Les performances du mois de mars ont été plutôt faibles pour nous avec un taux d’occupation autour de 52% », explique Patrick Libs, directeur de l’hôtel Mercure Strasbourg Palais des Congrès. La stabilité de l’activité hôtelière sur la période est alors à mettre sur le compte des performances du segment économique, qui a attiré une clientèle loisirs. « En ce qui nous concerne, nous avons réussi à maintenir notre activité grâce à une politique tarifaire agressive et la clientèle loisirs à permis de rattraper la faiblesse du tourisme d’affaires et de maintenir les taux d’occupation », constate Véronique Anton-Siegel. Les hôteliers sont mitigés en ce qui concerne leur activité sur les prochains mois, avec une visibilité extrêmement faible pour certains. Les travaux annoncés du Palais des Congrès devraient geler l’activité affaires au cours des prochaines années, empêchant la ville d’accueillir des évènements d’envergure et réduisant le nombre de congrès organisés, alors que la longueur des week-ends de mai n’a pas forcement été favorable à tous les hôteliers, poussant les clients les plus aisés à partir à l’étranger.

Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter pour la candidature.

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?