Accéder au contenu principal

Enquêtes

Shutdown pour le tourisme aux Etats Unis

Après seize jours de fermeture du gouvernement, ou Shutdown, le président Barack Obama a signé dans la nuit de mercredi à jeudi, le texte mettant fin à la crise budgétaire et permettant aux fonctionnaires américains de reprendre leur travail. Engendrant la fermeture de sites touristiques par centaines et troublant l’organisation aux frontières, la crise a réduit de manière considérable les flux de voyageurs dans le pays, coupant les vivres à l’industrie touristique et hôtelière, qui a du prendre elle-même les choses en main.

L'information selon laquelle de nombreux sites touristiques avaient été fermés en raison du Shutdown s'est rapidement propagée à l'international, empêchant le bon déroulement des séjours des touristes, qui ont soudain vu leurs vacances tomber à l'eau. Mieux avertis des conséquences de la fermeture gouvernementale sur le tourisme, tant en ce qui concerne les sites à visiter que la disponibilité des services de transports et de visas, d'autres ont choisi d'annuler ou de reporter leur déplacement. L'industrie touristique américaine a ainsi été frappée de plein fouet par l'arrêt des principales attractions du pays et l'absence de client dans les hôtels situés à proximité. La consternation des touristes "Le gouvernement a fermé temporairement la Statue de la Liberté et Ellis Island. Participez à notre tour d'une heure pour visiter les sites touristiques du port", pouvaient on lire sur les pancartes des réceptifs dans le port de New York. Si les touristes avaient été avertis de la fermeture du gouvernement, la plupart ne s'attendait pas à de telles conséquences sur l'activité touristique. C'est arrivés sur place que les voyageurs en provenance du continent comme des autres rives de l'Atlantique ont pris conscience d'avoir payé inutilement des tickets de musée ou autre sites, comme la Statue de la Liberté qui accueille chaque jour près de 8 000 personnes. Mais le Shutdown a affecté le secteur de manière bien plus profonde : plus de 400 sites ont été fermés dans tout le pays pendant près de trois semaines en raison de l'absence de financement du gouvernement. Que ce soit Ellis Island, Alcatraz, des musées, des galeries, des monuments, des parcs nationaux ou des zoos, tous ont éteint leurs lumières et verrouiller leurs grilles. Les campeurs, alors installés dans les parcs nationaux, ont même du évacuer les lieux en moins de deux jours. Après New York, Washington est une autre des grandes villes fortement touchées, ayant fermé 19 musées et galeries dirigée par la Smithsonian Institution, ainsi que le National Zoo. Les parcs nationaux et l'hôtellerie sont deux des secteurs qui ont été fortement affectés par cette crise gouvernementale. Selon la National Parks Conservation Association, les parcs nationaux américains attirent près de 300 millions de visiteurs par an, et ont du refouler pas moins de 750 000 personnes chaque jour de leur fermeture. L'American Hotel & Lodging Association estime que les pertes en termes de dépenses des visiteurs dans les zones des parcs nationaux s'élèvent à 76 millions de dollars journaliers, et celles de l'ensemble des hôtels du pays à plus de 8 millions de dollars quotidiens. Les conséquences de la crise ne se sont pas limitées au secteur du tourisme de loisirs, mais se sont également étendues au tourisme d'affaires. Selon une enquête de la Global Business Travel Association, 50% des voyageurs affaires interrogés ont déclaré avoir annulé leur réservation en raison du Shutdown. L'US Travel Association estime ainsi à 152 millions de dollars les pertes pour l'ensemble des activités liées au voyage, et notamment l'industrie hôtelière. Les hôteliers américains en action L'hémorragie causée par le Shutdown dans l'économie américaine a poussé l'American Hotel & Lodging Association, dès le 10e jour de fermeture, à adresser une lettre au président Barack Obama et au Congrès pour demander "un accord immédiat pour financer le gouvernement et établir une fiabilité de l'économie afin de permettre une croissance continue". Selon les termes de la lettre, l'incertitude économique a compromis "la capacité de l'industrie de l'hébergement à embaucher, se développer et contribuer à la bonne santé de l'économie". Parmi les signataires de la lettre figurent les groupes Hyatt Hotels & Resorts, Hilton Worldwide, InterContinental Hotels Group, Marriott International, Starwood Hotels & Resorts, Loews Hotels et Best Western International. De plus, dans une déclaration séparée, la présidente et directrice de l'association, Katherine Lugar, avait déclaré : "L'hôtellerie est un moteur économique majeur et un créateur d'emplois pour le pays, et la capacité de l'industrie à poursuivre sa croissance est paralysée par l'inaction de nos politiques", avant de conclure "l'Administration, la Chambre des Représentants et du Sénat doivent agir rapidement dans l'intérêt de la nation toute entière et mettre fin à cette fermeture". "L'industrie du voyage et du tourisme est un élément essentiel pour l'économie américaine, créant des emplois pour des millions de personnes et générant des revenus pour les propriétaires de nombreuses petites entreprises et autres entités vitales, mais également pour le gouvernement. Nous nous engageons à suivre la situation du Shutdown de près et ses impacts à court et long termes sur l'industrie hôtelière", a déclaré la communication du groupe InterContinental, contactée par Hospitality ON. Cela signifie que la reprise après la crise ne fait que commencer et, pour y arriver, IHG travaille afin de redorer l'image de la destination en s'assurant "que les voyageurs canadiens et étrangers sont en mesure de continuer à voyager de manière confortable". Le soleil se lève à nouveau sur les parcs nationaux Peu avant la réouverture des sites touristiques par le gouvernement, ce 17 octobre 2013, certains monuments avaient déjà pu reprendre leur activité. Le National Park Service avait passé un accord avec l'Etat de New York, auquel il a fait un don de 370 000 milliards de dollars pour pouvoir rester opérationnel et compenser ses pertes commerciales. Grâce à cette entente, Liberty Island et Ground Zero Memorial ont rouvert leurs portes, mais ce ne fût pas le cas d'Ellis Island pour la plus grande déception des touristes. Le National Paks Service a également annoncé des accords avec les Etats de l'Arizona, du Colorado et de l'Utha pour la réouverture de plusieurs sites touristiques, comme le Grand Canyon moyennant 651 000 dollars, Rocky Mountains pour 362 000 dollars, et huit autres parcs et monuments pour 1,6 millions de dollars. L'association n'a en revanche pas été en mesure de rouvrir des sites comme le parc national de Yosemite ou Alcatraz, pour lesquels il aura fallu attendre la fin du Shutdown. L'incapacité du gouvernement américain à résoudre ses désaccords idéologiques à plongé l'intégralité du pays dans une impasse pendant 17 jours, touchant tous les secteurs d'activité et pas uniquement les employés du gouvernement. Les conséquences du Shutdown ont également eu des répercussions de l'autre côté de l'Atlantique, notamment en France avec la fermeture de onze cimetières américains, gérés par l'American Battle Monument Commission. L'impact de la crise sur l'industrie hôtelière et son environnement, montrent une nouvelle fois son importance dans l'économie nationale et internationale.

Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter pour la candidature.

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?