Accéder au contenu principal

Entretiens

Nicolas Déchavanne, Vacances Bleues : "la force tranquille"

Après une année 2016 compliquée par les attentats, le groupe français Vacances Bleues retrouve le sourire avec de nombreux développements à venir et un CA en progression. Hospitality ON fait le point avec Nicolas Déchavanne, Président du Directoire du groupe, qui se fait l’apôtre d’une «croissance mesurée» à la rentrée 2017.

Quel bilan tirez-vous de l’année 2016 et des six premiers mois de 2017 ?

Les attentats de Paris et de Nice de 2016 nous ont fragilisés : trois de nos établissements sont situés à Paris ou en région parisienne, et nous en avons un sur la Promenade des Anglais. Ce sont quatre hôtels très importants en termes d’activité et de rentabilité, et le bilan des attentats se chiffre en perte nette de 4 millions d’euros de CA en 2016. Nous avons, sur 2017, des relais de croissances forts : l’international a été un levier dynamique, que l’on compte encore accentuer en 2018. Pour les groupes, nous avons restructuré notre équipe de vente B2B et MICE (meilleure mutualisation) ce qui nous a permis d’enregistrer une belle performance. Nous avons également lancé une campagne Télé (janvier, février) qui nous a généré du trafic téléphonique et web et des concrétisations en CA. Notre site internet, totalement repensé sur 2017 nous apporte également du CA additionnel (+ 25% à date) et la progression continuera sur 2018.Vous témoignez d’un certain enthousiasme pour la rentrée 2017.

Quelles sont vos actualités et votre stratégie pour les mois à venir ?

Nous signons une croissance de près de 7% sur l’exercice 2017. C’est le fruit d’une croissance organique et de l’acquisition de sites. Cela fait plusieurs années que notre groupe structure son développement, et quatre ouvertures sont prévues pour 2018, notamment celle du Splendid, à Dax (150 clés, 14 salles de séminaires, et un spa de 1800m2, ouv. avril 2018). C’est une période difficile pour l’hôtellerie touristique, à laquelle certains opérateurs n’ont pas su résister : Vacances Bleues a réussi à convaincre des investisseurs de suivre nos projets de développement. Nous ne cherchons pas une croissance trop rapide et génératrice de risque. Nous restons un opérateur modeste, qui préfère une croissance mesurée. En somme, on n’est pas des flambeurs !Vous vous appuyez notamment sur une politique RSE forte, une de vos valeurs-clés.

Comment se traduit-elle dans votre stratégie ?

Vacances Bleues a été créée en 1971, à Marseille, sous la forme d’une association dite loi de 1901. Nous sommes devenus une SA en 1998, mais l’ADN associatif est resté très fort chez nous. Nos valeurs sont ancrées dans le social et le sociétal ; cette dimension est notre facteur de différenciation. Le point fort de l’entreprise, c’est l’accueil, et nous avons la volonté de créer du lien avec les clients mais aussi au sein des équipes. Nous favorisons les liens intergénérationnels avec des activités partagées entre grands-parents / parents et petits-enfants. Par ailleurs, nous sommes très ancrés sur les territoires où nous sommes implantés, (nous gérons certains de nos établissements depuis plus de 40 ans) et développons les activités et les achats en local : nous sommes par exemple partenaires de maraîchers, d’artisans locaux et proposons des lieux de vie qui profitent aux habitants locaux (restaurants, bars, activités…).

Quel a été le défi majeur que vous avez rencontré ? Quelle est votre vision de l’avenir ?

Le monde du tourisme vit un bouleversement majeur, et dans ce contexte, l’hôtellerie doit changer ou va mourir. Nous avons vu Booking capter les marges et les clients, et les services peer-to-peer, Airbnb en tête, prendre le relais, bien que leur impact reste difficile à estimer. Les modes de consommation, de distribution, les attentes des clients évoluent : il faut savoir repenser son modèle économique. Par exemple – cela rebondit sur la question du RSE – nous mettons en place des voitures électriques dans certains de nos établissements. Elles répondent à une demande de mobilité de nos clients, pas forcément exprimée, qui se traduit sur le territoire local. Cette initiative constitue une alternative ludique, économique et écologique en libre-service dans nos établissements.

 

 

 

    Accédez gratuitement à la suite de l'article

    Créez votre compte et accédez à de nombreux contenus exclusifs

    J'en profite

    Déjà inscrit ?

    Chargement...

    Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

    Accéder à l'article suivant.

    Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour Vote pour la candidature.

    Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?