Accéder au contenu principal

Tendances

Mars 2017 : l’hôtellerie française de nouveau en croissance

L’hôtellerie française a prolongé en mars la dynamique haussière enclenchée depuis le début de l’année 2017. Toutes les catégories et l’ensemble du territoire enregistrent une hausse des performances, même si ce n'est pas au même rythme. Le premier trimestre se termine donc sur un bilan positif... cela va-t-il durer ?

A l’échelle de la France, les hôteliers enregistrent de nouveau ce mois-ci des performances en croissance : leur RevPAR (revenu par chambre disponible) est en hausse de +2,0% comparativement au mois de mars 2016. Ce résultat s’explique par un taux d’occupation en rebond de +1,8 points qui compense un prix moyen encore en léger repli de -0,8%. La catégorie milieu de gamme bénéficie du plus fort rebond : son RevPAR gagne +3,1%. Mais globalement, toutes les catégories hôtelières affichent un taux d’occupation en hausse et un prix moyen en recul. Cette observation traduit toujours le léger regain de confiance à l’égard de la destination France comparativement à l’année 2016 (marquée par une méfiance notamment de la part des clientèles étrangères long-courrier après les attentats de Paris et de Nice et le climat d’insécurité qui en découlait). La baisse du prix moyen –toutefois limitée– montre aussi le temps de latence de celui-ci : les clients qui avaient réservé à l'avance ont pu bénéficier des baisses de prix pratiquées depuis plusieurs mois maintenant, et compte tenu des niveaux d'occupation encore faibles relativement au reste de l'Europe (et la concurrence croissante des hébergements alternatifs) les hôteliers évitent encore de rehausser trop fortement leurs prix.Mars 2017 : Résultats mensuels des chaînes hôtelières par catégorieLes établissements parisiens enregistrent des tendances en hausse. Leur RevPAR progresse de +4,4% sur le mois par rapport à l'an dernier. La catégorie milieu de gamme affiche la meilleure performance (RevPAR : +5,9%). La capitale affiche en revanche un prix moyen en baisse de -1,0% ; le recul de cet indicateur est là aussi partagé par l’ensemble des catégories hôtelières. Les performances des hôtels haut de gamme & luxe sont tirées à la hausse par leur taux d’occupation (TO : +3,3 points) permettant de compenser un prix moyen en très léger recul de -0,2%. L’Île-de-France enregistre des résultats similaires ; les hôteliers affichent un RevPAR en augmentation de +4,1%. Rappelons que la capitale a accueilli plusieurs événements importants à cette période tels que le Salon de l’Agriculture (qui se tenait jusqu’au 5 mars), la Fashion Week (jusqu’au 8 mars) ou encore le Salon du Livre (24-27 mars) qui ont pu contribuer au regain d’activité.En régions, les professionnels du secteur enregistrent des tendances relativement stables comparativement au mois de mars 2016 ; leur RevPAR croît de +0,4%. Cette tendance s’explique par un taux d’occupation en légère hausse de +0,5 points mais un prix moyen en légère baisse de -0,5%. Notons que la base de comparaison était déjà assez positive en 2016 pour ces hôteliers de Province ; la stabilité de leurs performances indique ainsi un maintien de leur activité dans une dynamique de croissance.Globalement, sur les trois premiers mois de l’année 2017, le secteur bénéficie de performances en hausse par rapport à la même période en 2017. Les hôteliers enregistrent un RevPAR en croissance de +5,1% sur le trimestre, leur taux d’occupation étant en progression de +3,1 points et leur prix moyen en repli de -0,5%. Paris enregistre des résultats en net rebond (+8,7% de RevPAR) et l’Île-de-France (hors Paris) enregistre également un regain d’activité (RevPAR : +5,0%). En régions, la tendance reste aussi à la hausse (RevPAR : +3,4%), alors que la base de comparaison pour 2016 était positive. Si la reprise semble bien enclenchée début 2017, espérons que l’acte terroriste survenu le 20 avril sur les Champs-Elysées ne soit pas un nouveau coup de frein vis-à-vis de la destination France... d'autant que le deuxième trimestre était de toute façon attendu comme l'un des plus compliqués à passer en 2017 pour l'hôtellerie française, entre attentisme pré-électoral, un calendrier chargé entre les élections et ponts de mai, et la comparaison avec l'Euro 2016 qui avait fortement dynamisé les métropoles de Province. Pour l'hôtellerie comme pour le reste, beaucoup va se jouer dans les jours et semaines à venir...

Vous aimerez aussi :

Cet article est réservé aux abonnés

Accédez à l'ensemble des contenus et profitez des avantages abonnés

J'en profite

Déjà inscrit ?

Un article

Achetez l'article

Un pack de 10 articles

Achetez le pack
Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Register for free to Vote pour la candidature.

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?