Accéder au contenu principal

Tendances

Mai 2016 : Bilan morose (mais pas si loin de la ligne de flottaison) pour l'hôtellerie française

Les hôteliers français ayant dû faire face aux dix plaies d'Egypte (grèves des transports, météo exécrable, crues & inondations, effets calendaires, perception d'un risque sécuritaire...) en ce "moche" mois de mai 2016, les indicateurs d'activité s'inscrivent logiquement en recul. Le bilan est toutefois moins négatif qu'il n'y paraît : l'hémorragie s'est un peu atténuée à Paris et surtout en périphérie francilienne, et la Province continue en parallèle sur sa forte dynamique de croissance, un facteur encourageant à l'approche de l'Euro.

Avec un Revenu par chambre disponible (RevPAR) en baisse de 1,6% à l'échelle nationale en comparaison de mai 2015, l'hôtellerie française peine encore à sortir la tête de l'eau. Les indicateurs des catégories économique et super-économique sont cependant en légère hausse, avec des RevPAR en rebond de respectivement 3,2% et 2,6%. Globalement, le taux d'occupation du mois se stabilise à 68,6%, avec une faible variation de 0,1 point par rapport à l'an dernier. Le prix moyen connait en revanche une baisse de 1,7% s'expliquant notamment par les mauvaises performances des établissements haut de gamme (-1,9%) qui rencontrent des difficultés pour attirer une clientèle internationale sensible au climat actuel de l'Hexagone, une situation imputable à différents facteurs dont la perception du risque sécuritaire (à la suite des attentats de novembre 2015 et indirectement de Bruxelles en début d'année) les grèves qui ont impacté les transports, le calendrier des jours fériés, et une météo exécrable accompagnée de crues et d'inondations, en plus de l'effet plus structurel de la récente montée en puissance des hébergements collaboratifs.Dans ce contexte, la dernière édition de Roland-Garros qui s'est tenue du 16 mai au 5 juin n'a malheureusement pas permis à la capitale d'améliorer son RevPAR, une nouvelle fois en forte baisse de 13,6% sur le mois. La tendance est cependant moins sombre que le mois dernier, avec une baisse de 20,3%. Une chute qui s'observe de façon plus modérée dans le reste de l'île-de-France, avec un RevPAR en baisse de 1,9%. Les autres régions françaises semblent démontrer une meilleure endurance face à la situation actuelle, et présentent même pour beaucoup des résultats positifs. La 69ème édition du Festival de Cannes, qui s'est tenue du 11 au 22 mai, a sans doute participé à l'amélioration des résultats de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur. En région, les établissements hôteliers sont parvenus à augmenter à la fois leurs taux d'occupation (+2,8 points) et leurs prix moyens (+1,7%) pour parvenir à une amélioration de leur RevPar de 6,2%.À l'échelle nationale, la tendance enclenchée depuis le début de l'année s'est prolongée en ce mois de mai, avec un RevPAR en recul de 4,3% par rapport à l'année dernière. Les catégories haut de gamme et milieu de gamme restent les plus touchées (-6,9% depuis le début de l'année). Depuis le mois de janvier, le RevPAR des hôtels parisiens continue de baisser pour atteindre une baisse de -13,6%, contre -7,7% dans le reste de l'Île-de-France.Dans les autres régions métropolitaines, la conjoncture semble plus favorable ces cinq derniers mois pour les établissements de toutes les catégories, et en particulier pour le segment économique qui affiche un RevPAR en hausse de 4,9%, porté principalement par une forte hausse de taux d'occupation (+1,5 points), avec un prix moyen relativement stable (+0,8%).Certaines villes sont ainsi parvenues à tirer leur épingle du jeu en mai 2016 : cela fut notamment le cas pour Dunkerque, qui a observé une amélioration sensible de son RevPar (+32,5%), avec un taux d'occupation en hausse de 16,8% et un prix moyen également en hausse de 3,8%. Cette embellie s'explique en partie grâce à l'organisation du Zoom Festival qui s'est déroulé du 12 au 16 mai (et avait déjà accueilli près de 5 000 spectateurs en 2015). Clermont-Ferrand se place également en tête de peloton, avec un RevPar en rebond de 30,7%. Cette tendance devrait se confirmer au mois de juin pour la capitale auvergnate, avec l'organisation du festival de musique Europavox du 1er au 5 juin. En revanche, la Rochelle accuse un RevPAR en baisse de 10,1%, du fait de des taux d'occupation en baisse de 6,1%. Ces résultats devraient cependant s'améliorer en juillet avec la programmation de nombreux festivals, tels que le Festival International du Film de la Rochelle ou évidemment les Francofolies.Espérons que la hausse des performances touristiques en Province qui s'observe actuellement avec l'organisation de l'Euro 2016 permettra de redonner quelques couleurs au bilan hôtelier du mois de juin, et surtout que la perception du risque sécuritaire en France par les touristes recule enfin si l'évènement se déroule sans encombre. Cela ouvrirait alors la voie au retour tant attendu des visiteurs à Paris et en Île-de-France.

Lire aussi :

Cette archive de plus d'un mois est réservée aux abonnés Premium et Club

Accédez à l'ensemble des contenus et profitez des avantages abonnés

J'en profite

Déjà inscrit ?

Un article

Achetez l'article

Un pack de 10 articles

Achetez le pack
Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter pour la candidature.

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?