Accéder au contenu principal

Analyses

Lyon : l’annulation de la Fête des Lumières plonge l'hôtellerie dans le noir

Annulée au lendemain des attentats qui ont frappé Paris le 13 novembre dernier, pour des raisons sécuritaires évidentes, la Fête des Lumières a marqué l’hôtellerie lyonnaise par son absence. Les performances de l’agglomération, traditionnellement à d'excellents niveaux à cette période de l'année, ont entamé leur chute plusieurs jours avant la date prévue de l'évènement.

Alors qu'elle avait attiré les foules en 2014, permettant une nouvelle progression de 7,8% du Revenu par chambre disponible (RevPAR) des hôtels lyonnais, l'annulation de la Fête des Lumières a eu un impact direct sur le secteur cette année. Les performances des établissements ont entamé leur chute plusieurs jours avant le lancement prévu des festivités (selon les données récoltées quotidiennement par MKG Hospitality), marquant notamment l'absence des délégations internationales qui se rendent habituellement dans la ville pour l'évènement. Sur la période qui s'étend du 1er au 6 décembre, les hôteliers ont accusé une baisse de 19 points de leur taux d'occupation par rapport à l'an dernier. Elle s'est accompagnée du recul de 29,6% du prix moyen, engendrant une chute de 44,1% du RevPAR sur la semaine. Au vu des performances observées quotidiennement, la baisse des résultats s'est accélérée à l'approche de la date prévue de l'ouverture de la Fête des Lumières. Alors que la chute du RevPAR avoisinait les 35% en début de semaine, elle a dépassé les 50% sur la journée du 5 décembre : Evolution des performances hôtelières lyonnaises Du 1er au 6 décembre 2015, par rapport au même jour de semaine en 2014Cette année, la décision a également été prise de remplacer l'évènement par un hommage aux victimes des attentats parisiens le 8 décembre, date traditionnelle de fermeture de la Fête des Lumières. Pour chacune d'entre elles, un lumignon apparaîtra sur l'une des façades de la tour Incity et les Lyonnais sont appelés à en disposer d'autres partout dans la ville. Par ailleurs, l'œuvre les Regards de Daniel Knipper, prévue au programme initial, a été maintenue et les prénoms des victimes y seront insérés en hommage. Autant de moments riches en émotion pour les lyonnais et visiteurs présents.Il faut aussi, pour apporter une note plus lumineuse dans ce contexte sombre, souligner que cette annulation permet de se rendre pleinement compte de l'apport spécifique de cette manifestation à l'hôtellerie lyonnaise, et d'en mesurer le succès qui s'est construit édition après édition. La Fête des Lumières a fait de la métropole une destination de loisirs majeure sur ce week-end de décembre devenu un rendez-vous "traditionnel", et ce alors qu'il s'agit d'un mois creux et que la clientèle loisirs était historiquement moins présente à Lyon que dans d'autres métropoles françaises.

Lire aussi :

Accédez gratuitement à la suite de l'article

Créez votre compte et accédez à de nombreux contenus exclusifs

J'en profite

Déjà inscrit ?

Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter pour la candidature.

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?