Accéder au contenu principal

Tendances

L'été bat son plein pour l'hôtellerie française au mois d'août

Avec un peu plus de 67% de taux d’occupation, soit 2 points de plus qu’en 2012, le mois d’août 2013 ne faiblit pas par rapport à l’an passé.

Avec un peu plus de 67% de taux d'occupation, soit 2 points de plus qu'en 2012, le mois d'août 2013 ne faiblit pas par rapport à l'an passé. Les prix moyens augmentent également de 2,1% sur l'ensemble du territoire, notamment en raison de la qualité de la clientèle. Au bout du compte la progression de ces deux indicateurs d'activité conduit à une croissance du Revenu par chambre disponible de plus de 5% pour l'ensemble de la France. Les catégories économiques sont sous la moyenne nationale malgré leur progression respective, sauf pour le 0 étoiles, montrant une nouvelle fois que les déplacements affaires et la fréquentation de la clientèle domestique sont en recul sur cette période estivale. Avec une progression de tous ses indicateurs, taux d'occupations, prix moyens, et donc RevPAR à près de 12%, l'hôtellerie haut de gamme reste sans surprise le moteur principal de la croissance de l'activité hôtelière, et profite du dynamisme des clientèles étrangères. Cette poussée d'activité fait l'unanimité sur l'ensemble du territoire national, tant à Paris et en région parisienne qu'en Province. Si la capitale accuse un léger recul de 0,2% de ses prix moyens, ce dernier est vite compensé par la hausse de 3,4 points des taux d'occupation, qui permet une augmentation de 4,3% de RevPAR, dont la valeur est naturellement située bien au dessus de la moyenne nationale. La Province affiche elle aussi des indicateurs au vert, boostée par l'activité de la saison estivale et des évènements à l'échelle régionale comme Marseille Provence 2013, dont le succès battait son plein cet été après un démarrage difficile. L'amélioration de 1,4 point des taux d'occupation, vient s'ajouter à la hausse de 4,3% des prix moyens, pour une progression de 6,5% de RevPAR. Enfin, les destinations qui profitent de l'apport international sortent résolument leur épingle du jeu. Sur une plus longue période, incluant tout le premier semestre, l'Office du tourisme de Paris a constaté une diminution de la clientèle française de plus de 8%, compensée par une présence accrue de clientèle étrangère, plus de 9%. L'apport des BRIC est toujours très sensible, quand les clientèles européennes du Benelux et du Sud font nettement défaut. Si l'activité hôtelière du 1er semestre 2013 a, en effet, légèrement diminué de 1,1% en termes d'arrivées par rapport au 1er semestre 2012, elle est stable par rapport au niveau d'avant crise (0,0% par rapport au 1er semestre 2007).

Cette archive de plus d'un mois est réservée aux abonnés Premium et Club

Accédez à l'ensemble des contenus et profitez des avantages abonnés

J'en profite

Déjà inscrit ?

Un article

Achetez l'article

Un pack de 10 articles

Achetez le pack
Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter pour la candidature.

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?