Accéder au contenu principal

Analyses

Les températures estivales ne font pas remonter les indicateurs hôteliers

Alors que le mois de juillet est sur le point de s’achever, les performances de l’hôtellerie française restent dans le rouge sur la première moitié de la saison et un sentiment d’inquiétude se fait ressentir auprès des professionnels.

L'activité hôtelière en France est en retrait sur la première moitié de la saison estivale 2014, en comparaison avec juillet 2013. Selon les données publiées par MKG Hospitality, la fréquentation des établissements est en berne sur les 26 premiers jours du mois, avec une baisse de 1,2 point des taux d'occupation, alors que les prix moyens hors taxes restent fortement impactés par la difficulté à répercuter dans le prix de vente la hausse du taux de TVA appliqué à l'hôtellerie-restauration au 1er janvier 2014, et reculent une nouvelle fois de 1,9%. Le chiffre d'affaires par chambre disponible des hôteliers chute ainsi de 3,4% sur la période. Depuis quelques temps, on constate une réduction de la saison estivale qui se concentre davantage sur la dernière quinzaine de juillet et la première d'août. De plus, l'importance que prennent les réservations de dernière minute joue sur les prix moyens, en permettant aux clients de bénéficier de tarifs moins élevés. Georges Panayotis, président et fondateur de MKG Group, explique également : "La baisse de pouvoir d'achat des ménages se fait davantage ressentir en été, alors que les clientèles loisirs sont majoritaires dans les hôtels. L'impact sur les prix moyens est d'autant plus important cette année qu'elles sont davantage attentives à leur budget au vu de la morosité ambiante". Toujours selon les données de MKG Hospitality, la tendance à la baisse des performances est plus marquée dans les catégories économiques, plus dépendantes à la présence des clientèles françaises, que dans le haut de gamme qui reste en mesure de maintenir sa fréquentation (+1 point de taux d'occupation) grâce à une plus grande part de clients étrangers. Les hôteliers de Province (-4,9% de chiffre d'affaires par chambre disponible) souffrent davantage que ceux de la Capitale (-1,1% de chiffre d'affaires par chambre disponible). Les résultats d'un sondage réalisé par Hospitality ON, avec Olakala, renforcent la morosité ambiante alors que 69% des hôteliers interrogés affichent un bilan négatif pour le mois de juillet, par rapport à la même période l'an dernier. "Notre taux d'occupation baisse de 3% et les prix moyens chutent également. Ceci est notamment dû au fait que tout le monde est à la recherche des meilleurs prix", explique Bernadette Ndjokeu, responsable de l'hôtel Kyriad Gare de l'Est. Pour d'autres, la baisse est davantage périodique : "Notre taux d'occupation et nos prix sont moins bons en raison d'une seconde quinzaine de juillet catastrophique", déclare Benoît Breton, directeur de l'hôtel Le 20 Prieuré de Paris. Devant les résultats du mois de juillet, les hôteliers interrogés se montrent également inquiets pour le reste de la saison. 73% des répondants au sondage s'attendent ainsi à une nouvelle baisse de leurs performances sur le mois d'août, alors que seulement 6% espèrent faire mieux que l'an dernier. La grande majorité s'accorde également sur son manque de visibilité pour la saison, à l'image de Brigitte Luciani, directrice de l'hôtel Les Bains de Mer de Bénodet : "On ne peut pas savoir quels seront les résultats avant la fin du mois d'août car nous n'avons aucune visibilité et les gens réservent davantage à la dernière minute". Même son de cloche au sein de la résidence Adagio Toulouse Jolimont, qui a néanmoins réalisé un bon mois de juillet en raison d'évènements ponctuels : "Nous avons très peu de visibilité sur le mois d'août, nous verrons en fonction des réservations de dernière minute et de la météo qui jouera un rôle important". En ce qui concerne la saison dans son ensemble, la grande majorité des hôteliers sondés, soit 60%, espèrent la terminer avec un taux d'occupation moyen compris en 50% et 70%. En revanche, pour 19%, il sera inférieur à 50% et pour 21% il sera supérieur à 70%. "Nous verrons comment se porte notre activité au mois d'août avec les réservations de dernière minute ; la tendance est plutôt positive mais on ne sait pas si l'activité sera meilleure que l'an dernier", conclut Isabelle Deydier directrice de l'hôtel Castelet des Alpilles à Saint-Rémy-de-Provence.

Accédez gratuitement à la suite de l'article

Créez votre compte et accédez à de nombreux contenus exclusifs

J'en profite

Déjà inscrit ?

Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour Vote pour la candidature.

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?