Accéder au contenu principal

Analyses

Les palaces parisiens ressentent l’effet "Ramadan"

Comme chaque année l’absence des clientèles moyen-orientales se fait ressentir sur l’activité des hôtels de luxe de la capitale à l’approche et pendant la période du jeûne musulman.

En 2014, l'effet Ramadan se fait une nouvelle fois ressentir sur l'activité des palaces parisiens en empiétant sur la saison estivale. Les données observées par MKG Hospitality montrent ainsi que les établissements de luxe de la capitale ont accusé une chute de leurs performances à l'approche du Ramadan, qui correspond au départ des clients moyen-orientaux avant le début du jeûne musulman. Le Revenu par chambre disponible des palaces parisiens a en effet entamé sa baisse aux alentours du 26 juin, soit une semaine avant le commencement du Ramadan le 30 juin, avec des pics pouvant dépasser les -20% sur certains jours. Ce phénomène est le résultat de la baisse des taux d'occupations, suivie de près par la diminution des prix moyens à l'approche et en période de Ramadan. En effet, alors que les taux d'occupation estivaux des palaces hors période de Ramadan atteignent les 91,5%, ils s'établissent à 86,9% pendant le jeûne. De même pour les prix moyens qui sont de près de 1 100 euros hors Ramadan et de 1 000 euros pendant. Ils révèlent notamment que les délégations moyen-orientales laissent leur place à une clientèle au pouvoir d'achat moins fort. Ce mouvement implique une remontée du Revenu par chambre disponible par rapport à l'an dernier observable à partir du 6 juillet, correspondant au départ en 2013 des clientèles moyen-orientales pour le Ramadan. A partir de cette date, la comparaison d'une année sur l'autre des performances hôtelière se fait en l'absence des délégations du Moyen-Orient. "En 2014, le retour des clients musulmans à la fin du Ramadan devrait se traduire par un rebond de l'activité des palaces au mois d'août. On peut néanmoins se demander si ces derniers ne vont pas favoriser en premier lieu la Côte d'Azur pour leur séjour estival de villégiature, avant de retourner dans la capitale. Le rebond d'activité serait alors plus marqué sur la Riviera qu'à Paris, comme ce fût le cas en 2013", déclare Georges Panayotis, président et fondateur de MKG Group.

Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter pour la candidature.

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?