Accéder au contenu principal

Tendances

Juillet 2017 : Début d'été timide pour les hôteliers français, de bonnes perspectives

En France, le premier mois d'été a été marqué par une baisse des prix impactant négativement les performances hôtelières, en particulier en Province, mais une fréquentation en hausse. Après deux années difficiles, Paris et sa région se refont une santé et tirent les résultats du pays vers le haut. Certaines grandes métropoles sortent également du lot ; d'autres souffrent de la comparaison avec l'Euro 2016. Globalement, la saison estivale a commencé timidement mais sûrement.

Si notre analyse préliminaire des performances de l'été 2017 tire un premier bilan positif en France, celui-ci s'avère en partie dû à la remontée des performances durant la première quinzaine d'Août. Sur le seul mois de Juillet, les résultats sont en effet restés plus modérés à l’échelle du pays : malgré une progression +3,7 points du taux d'occupation, le RevPAR (Revenu par chambre disponible) a crû de seulement +1,9% comparativement à l'année précédente, du fait d’une baisse de -3,1% des prix moyens. Cette tendance concerne en particulier la catégorie haut de gamme qui enregistre un repli de son RevPAR, à hauteur de -1,2%. Si la fréquentation a été solide, les prix ont nettement reculé (TO : +4,1 pts ; PM : -6,3%).Ce sont avant tout les hôteliers de province qui pâtissent de ce ralentissement de la croissance, imputable notamment à la comparaison avec l’Euro 2016 (qui s'achevait le 10 juillet) qui avait contribué à booster les performances à Marseille, Lyon, Lille et Bordeaux. Comparé à l’année précédente, le RevPAR de juillet a donc légèrement fléchi en Province (-0,9%), du fait d’une faible progression du taux d’occupation (+1,9 points) et des prix moyens en baisse de -3,4%. Comme à l’échelle nationale, le haut de gamme est le segment le plus touché par la chute des prix moyens (-8,4%) qui vient impacter l’évolution du RevPAR (-4,0%).Cette tendance à la baisse se ressent en particulier en Méditerranée, qui a par ailleurs été pénalisée par les conflits géopolitiques au Moyen Orient. Les effets s'en sont fait particulièrement ressentir en catégorie haut de gamme sur la Côte d'Azur, notamment de Cannes au Var. Marseille et Montpellier sont également dans le rouge, avec des RevPAR respectivement en baisse de -3,1% et -2,8%, là aussi du fait de l’évolution négative des prix moyens. Fortement affaiblie par les attentats du 14 juillet 2016, la ville de Nice a tout de même pu s’appuyer sur le retour de sa clientèle cette année (TO : +3,4 points) qui permet au RevPAR de repartir à la hausse (+3,7%).Toutes les régions ne sont toutefois pas concernées par la baisse d’activité. Les hôteliers Grenoblois (RevPAR: +24,4%) ont pu par exemple tirer parti du Tour de France, dont certaines étapes étaient situées dans des villages à proximité. A l'inverse, la Normandie a rétropédalé en l'absence du Tour, dont elle avait accueilli le Grand Départ l'an dernier.Malgré une météo capricieuse, la ville de Toulouse enregistre également une hausse très solide de son RevPAR (+15,8%), avec un taux d’occupation en progression de +5,7 points, ce qui témoigne du gain de popularité de la destination, et de l'effet bénéfique des récentes ouvertures de nouvelles lignes aériennes. Un dynamique comparable est à l'ouvre à Rennes (RevPAR: +11,1%) qui a bénéficié du lancement le 1er juillet dernier la ligne ferroviaire grande vitesse la reliant à la capitale. Avec un RevPAR en hausse de +4,9%, Paris signe de son côté une belle performance, marquée par un retour de sa clientèle (TO :+7,4 points),, en particulier internationale, qui compense le nouveau recul des prix moyens (-4,4%). Les signaux sont également au vert pour les établissements hôteliers en Ile de France hors Paris, qui voient leur RevPAR croître de +9,5% grâce à un taux d’occupation en rebond de 7,4 points et en dépit de prix moyens en repli de -1,3%. Que ce soit Paris ou la région, cette dynamique haussière concerne en particulier les établissements économiques et milieu de gamme.Malgré ces disparités, les premières estimations du mois d’Août annoncent une embellie générale du fait de prix qui reviennent à la normale ou sur une tendance haussière, et de la poursuite des gains de fréquentation. Paris et l’Ile de France redeviennent les moteurs du tourisme national, tandis que certaines métropoles de province –Toulouse, Rennes notamment– continuent de faire une belle saison estivale. Par ailleurs, la tendance générale est positive depuis le début de l’année (RevPAR : +2,3%). De quoi mobiliser les troupes en vue des Jeux Olympiques 2024

Vous aimerez aussi :

  • Juin 2017 : un bilan contrasté pour l'hôtellerie en France 
  • Mai 2017: en France, le temps suspend son vol 
  • Avril 2017: les hôteliers français regagnent en vitalité 
  • Mars 2017: l'hôtellerie française de nouveau en croissance 
  • Février 2017: La reprise de l'hôtellerie française se confirme
  • Janvier 2017 : L'hôtellerie française retrouve le moral, l'activité repart

Cette archive de plus d'un mois est réservée aux abonnés Premium et Club

Accédez à l'ensemble des contenus et profitez des avantages abonnés

J'en profite

Déjà inscrit ?

Un article

Achetez l'article

Un pack de 10 articles

Achetez le pack
Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter pour la candidature.

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?