Accéder au contenu principal

Tendances

Hôtellerie de Luxe & Palaces français en 2015 : des tendances d'activité très différentes

Si l’activité de l’hôtellerie de luxe et des palaces a tiré les performances de l’industrie sur l’ensemble du territoire en 2015, la situation du marché est très contrastée selon les gammes et les espaces. Les données publiées par MKG Hospitality montrent ainsi une baisse d’activité dans la capitale et pour les palaces, tandis que la Côte d'Azur et les hôtels de luxe en station enregistrent des gains significatifs.

Habituellement zone géographique motrice pour le secteur, en 2015 Paris était en retrait par rapport aux autres marchés et a tiré les performances du luxe et des palaces vers le bas. Les hôtels de luxe et les palaces de la capitale ont en effet terminé l'année avec un recul de 3,8% de leur RevPAR, dû à la baisse de 3,7 points de leur taux d'occupation et en dépit de l'amélioration de 1% de leur prix moyen. Il faut dire que l'activité de l'hôtellerie de luxe parisienne a été fortement touchée par l'impact des attentats, de janvier d'abord, mais surtout de novembre. Atténué sur le mois de novembre considéré dans son ensemble (-1,1% de RevPAR) du fait de la venue d'un nombre importants de chef d'Etats mondiaux avant et pour l'ouverture de la Cop21 le 30 novembre, cet impact a été très marqué en décembre avec une chute de 27,7% du RevPAR des hôtels cinq étoiles et des palaces parisiens. Au cours de l'année écoulée, les leviers de l'activité hôtelière de luxe à l'échelle nationale ont donc été les établissements de la Côte d'Azur et des autres secteurs, principalement dans les stations de littoral et de montagne (Courchevel, La Baule, Deauville, etc.) et grandes métropoles de province. Les adresses prestigieuses de la Côte d'Azur ont ainsi enregistré une progression de 12% de leur RevPAR sur la période, tirée par la croissance de 2,3 points du taux d'occupation et de 7,8% du prix moyen. Leur activité a atteint des sommets sur le mois de juillet, avec un bond de 57,3% de leur RevPAR, grâce à la venue du roi d'Arabie Saoudite et de ses délégations nombreuses sur la Croisette. L'impact de leur visite a par ailleurs été renforcé par le décalage du Ramadan (lire notre article), qui a bénéficié à toute l'hôtellerie en juillet, et particulièrement aux segments supérieurs. Hors Côte d'Azur et hors Paris, les autres établissements de luxe et palaces français ont terminé 2015 avec une hausse de 6,3% de leur RevPAR, un résultat solide. Ces prochaines années, l'hôtellerie de luxe française devrait gagner en capacité, notamment dans la capitale avec les ouvertures et réouvertures attendues des hôtels Ritz, Crillon, Lutetia, Cheval Blanc et Fauchon. L'activité du marché s'en fera-t-elle ressentir ? L'évolution de la demande, notamment de celle provenant des économies émergentes, devrait jouer un rôle d'autant plus important pour le déterminer.

Vous aimerez aussi :

Accédez gratuitement à la suite de l'article

Créez votre compte et accédez à de nombreux contenus exclusifs

J'en profite

Déjà inscrit ?

Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter pour la candidature.

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?