Accéder au contenu principal

Actualités

GLF : après les attaques terroristes, quelle(s) réaction(s) possible(s) pour l'hôtellerie internationale ?

Lors du Global Lodging Forum, cinq professionnels de l'hôtellerie ont évoqué l'impact des attaques terroristes sur leur activité. Issus des marchés allemands, belges, français et turcs, ces acteurs de l'hôtellerie nous font part de leurs témoignages et proposent des réponses face à cette menace.

Gaston Gellens, General Director, Radisson Blu Royal Hotel Brussels "A Bruxelles nous avons assisté à la fermeture de nombreux établissements et notamment d’hôtels indépendants. Il est impressionnant d'observer le temps nécessaire à la reprise. Le segment affaires est moins impacté que le segment loisirs mais cela dépend des marchés sources. Les marchés américains et asiatiques sont les plus rétissants. Après les événements, notre clientèle nous a posé de nombreuses questions quant à la sécurité. C’est une préoccupation à laquelle les hôteliers doivent faire face et y répondre. En Belgique, la réaction du gouvernement a été positive. Plusieurs mesures favorables ont été mises en place pour les hôteliers. La sécurité est une affaire de perception. Nous ne pouvons malheureusement pas tout prévoir. Nous devons insister et convaincre les voyageurs que nous avons renforcé nos mesures de sécurité. Il faut aussi davantage promouvoir la destination ; c’est tout ce que nous pouvons faire actuellement. Nous devons continuer à nous approprier les opportunités qui découlent du marché touristique."Michel Jauslin, Area Vice President Operations, Hyatt France"L’impact du terrorisme est très fort selon les hôtels et les segments ; dans le luxe l’impact est beaucoup plus fort que sur les segments 3 et 4 étoiles. On observe aussi que la clientèle loisirs est plus impactée que la clientèle affaires. La communication s’effectue de manière indirecte : sous forme de présence et de contrôles renforcés. La réaction doit être visible. Il faut se préparer et avoir une méthodologie. On propose des formations à nos employés pour leur apprendre à réagir rapidement en cas d’alerte. Aujourd’hui, le risque terroriste est plutôt bien assimilé. Paris doit en revanche faire des efforts sur d’autres domaines tels que les vols à l’arraché ou encore le manque de contrôle entre les aéroports et les hôtels – les touristes sont plus inquiétés par cela. Après la tragédie de Nice nous avons observé une réadaptation sur le prix ; nous avons toujours pu tenir le volume à condition de réajuster le prix. Les êtres humains sont dotés d’une forte capacité d’adaptation, et nous allons apprendre à vivre avec ces problèmes."

Salim Nazaraly, CEO, Orea Management

"Sur le marché parisien, l’impact du terrorisme a été important et sur une période assez longue. Paris était une destination tranquille, qui bénéficiait d’une bonne activité hôtelière et les hôteliers parisiens se sont retrouvés du jour au lendemain face à une baisse considérable du nombre de touristes. Les clientèles de loisirs, les chinois et les japonais (suite à des restrictions de visas…) ont été les clientèles les plus touchées ; et les médias ont insisté sur le côté dramatique. Nos gouvernants ont mis en place des mesures par rapport aux besoins de la population locale. Pour notre industrie, l’instauration de l’état d’urgence a donné une image négative de la destination, celle d’un état globalement en guerre, ce qui n’est pas rassurant pour le touriste. L’impact s’est également ressenti au niveau des salons parisiens. Il faut arriver à dédramatiser ces événements et à promouvoir notre destination de façon différente, en appuyant sur les points positifs, en insistant sur le plaisir et le rêve véhiculés. Le tourisme est un moyen de découvrir l’autre. Il faut partager les différentes civilisations et avancer dans ce sens-là."

Torsten Schultze, General Director, Deutsche Hospitality, Berlin "Berlin a sans doute été une exception en comparaison avec ce que nous avions vécu avant. Cela s’explique sans doute par le type d’attentat que nous avons vécu corrélé avec la réaction des autorités. La communication a permis d’atténuer l’impact en montrant que tout était sous contrôle. Grâce à l’image qui a été véhiculée, l’impact économique était minime. Des manifestations ont eu lieu en Allemagne mais elles étaient encadrées et ont diffusé un message clair : notre culture est plus forte que leurs actes. Je pense qu’il faut rester mesurer quant à la communication sur la sécurité ; cela insiste sur le fait qu’il y a un risque et qu’il faut en avoir peur. Il faut au contraire montrer que nous allons vivre comme auparavant, que nous sommes une société libre. Après les attentats, la population est retournée dans la rue pour montrer qu’elle n’avait pas peur. C’est un signal positif qui a été perçu à l’étranger."Fatih Senuslu, General Director, Intercontinental Istanbul"A Istanbul la situation est particulièrement difficile. Le RevPAR y a chuté de plus de 40%. Le contexte politique joue également sur le comportement des investisseurs. Nous n’attendons pas d’amélioration de la situation avant 2020. La communication est essentielle aussi bien avec le personnel hôtelier et les clients qu'avec le gouvernement. Il faut que les employés soient en alerte et qu’il y ait des mesures de sécurité claires à donner aux clients. Pour le moment il est trop tôt pour lancer une campagne de promotion dans notre destination car la situation n’est pas stable - des attentats surviennent une à deux fois par mois. La baisse des prix a permis de capter une partie de la clientèle, mais principalement celle en provenance du Moyen-Orient. Ce n’est pas un facteur d’attractivité pour les clientèles américaines et asiatiques. Nous devons rester optimistes quant à l’avenir, mais la paix reste un élément essentiel dans notre industrie."

Vous aimerez aussi :

Cet article est réservé aux abonnés

Accédez à l'ensemble des contenus et profitez des avantages abonnés

J'en profite

Déjà inscrit ?

Un article

Achetez l'article

Un pack de 10 articles

Achetez le pack
Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Register for free to Vote pour la candidature.

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?