Accéder au contenu principal

Actualités

En avril 2013, pas d’embellie pour l’hôtellerie française

En avril, les performances de l’hôtellerie française sont à l'image de la météo et s’installent un peu plus dans le cycle de baisse débuté au cours du mois de mars.

Les prix moyens peinent à remonter la pente après avoir lâché prise en mars dernier, devant la pression exercée par la diminution du pouvoir d’achat des Français et les restrictions budgétaires des entreprises. En baisse de 0,4% sur la période, ils ne permettent pas de rattraper la chute de 1,9 point des taux d’occupation. Le Revenu par chambre disponible de l’Hexagone accuse ainsi une baisse de 3,1%. La morosité gagne l’ensemble des catégories hôtelières, du Budget au haut de gamme. Si la plupart réussissent à maintenir leurs prix moyens sur la période, cela ne suffit pas à compenser la baisse générale des taux d’occupation. Tous les marchés sont sur le même pied d’égalité en termes d’évolution de leurs performances et enregistrent une chute de RevPAR d’intensité presque similaire, comprise entre 2,1% dans la catégorie deux étoiles et 3,2% dans la catégorie quatre étoiles. La chute des performances hôtelières est de mise dans l’ensemble des régions françaises.Même les hôteliers parisiens n’arrivent plus à résisiter à la baisse du pouvoir d’achat des Français et celle des budgets alloués aux voyages d’affaires. La capitale voit l’évolution des résultats de son hôtellerie passée sous la barre du zéro malgré le maintien de ses prix moyens à 154,8 euros, soit 1,1% de plus que l’an dernier. Le Revenu par chambre disponible parisien chute alors de 0,4%. L’activité affaires de la capitale et la résistence de la clientèle internationale permet néanmoins au segment haut de gamme de résister, avec une amélioration de 2,3% de son RevPAR, due à la hausse de 3% des prix moyens. L’Ile-de-France sombre, quant à elle, dans la dépression avec un Revenu par chambre disponible en baisse de 3%. Dans le reste de la France, le ralentissement de l’activité se généralise. La mauvaise météo du mois d’avril n’a pas permis à l’hôtellerie de loisirs de rattraper les résultats négatifs de l’hôtellerie affaires enregistrés au cours des vacances scolaires. Les hôteliers de la Province accusent ainsi une chute de 2,8% de leur Revenu par chambre disponible, due au cumule de la baisse de 1,6 point des taux d’occupation et de 0,1% des prix moyens.

Cette archive de plus d'un mois est réservée aux abonnés Premium et Club

Accédez à l'ensemble des contenus et profitez des avantages abonnés

J'en profite

Déjà inscrit ?

Un article

Achetez l'article

Un pack de 10 articles

Achetez le pack
Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter pour la candidature.

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?