Accéder au contenu principal

Tendances

Décembre 2015 : En Europe, de fortes disparités selon les marchés hôteliers

Sur le dernier mois de l’année 2015, certains marchés européens regroupant une part importante de l’offre hôtelière du continent ont été fortement touchés par l’impact des attentats du 13 novembre à Paris, entraînant une stagnation de l’activité hôtelière européenne malgré le dynamisme du secteur dans plusieurs pays et sur les marchés secondaires.

La tendance de l'hôtellerie européenne est à la stagnation sur le mois de décembre, avec une évolution nulle du Revenu par chambre disponible (RevPAR), qui s'élève à 48,9 euros. En effet, l'amélioration de 1,7% du prix moyen, à 85 euros, a tout juste compensé le retrait de 1 point du taux d'occupation, qui est descendu à 57,5%. Ce phénomène cache l'impact très marqué des attentats du 13 novembre sur un nombre restreint de marchés qui pèsent lourd dans l'offre de chaînes européenne, alors qu'un nombre important de destinations moins représentées à l'échelle continentale se sont démarquées par une croissance à deux chiffres de leur RevPAR. En termes de catégories hôtelières, le haut de gamme a joué un rôle clé dans le maintien des performances avec une évolution positive de son RevPAR (+0,5%). L'économique a également été en mesure d'enregistrer un niveau similaire à celui de l'an dernier de ses résultats (+0,1%), chose que n'ont pas réussi les segments budget (-1,1%) et midscale (-0,6%). Résultats mensuels des chaînes hôtelières par catégorie Décembre 2015Alors qu'elles avaient été atténuées en novembre par la venue de nombreux chefs d'Etats mondiaux pour la Cop21, les conséquences des attentats se sont davantage faites ressentir en décembre sur l'activité hôtelière française (-7,4% de RevPAR). Outre Paris, directement touchée par les suppressions de réservations, Lyon a souffert de l'annulation de sa traditionnelle Fête des Lumières, décidée au lendemain des attaques terroristes. Londres a également été touchée par les répercussions des évènements parisiens, et clôture le mois avec un recul de 2,8% de son RevPAR. Compte tenu du poids majeur de l'agglomération londonienne sur le marché hôtelier, ce recul compense la dynamique toujours très positive des villes secondaires britanniques, conduisant à une croissance limitée du RevPAR au pays de Sa très gracieuse majesté (+0,8% en décembre). L'impact des évènements a été particulièrement marqué sur la Belgique(-18,2% de RevPAR sur le mois), même si le pays tire un bilan positif de l'année 2015 (+4,5% sur 12 mois). En Allemagne, les évolutions d'activité en décembre ont été variables selon les villes (baisse du RevPAR de 5% à Munich, hausse de +1,6% à Berlin, stagnation à Francfort...). Globalement à l'échelle du pays, même si la croissance a été moins soutenue que les mois précédents, le pays a réussi à maintenir une évolution positive de son activité avec un RevPAR en hausse de 2% en décembre 2015. Mais à la suite des évènements de la nuit du Nouvel An, en Allemagne également le contexte sécuritaire s'est invité à la table des enjeux pour l'activité touristique des prochaines semaines.Résultats mensuels des chaînes hôtelières par pays Décembre 2015Si l'hôtellerie grecque (-0,6% de RevPAR) a continué de faire face à une situation compliquée, notamment en ce qui concerne la question des migrants, les autres destinations européennes ont généralement bien tiré leur épingle du jeu sur la période. L'l'hôtellerie du Luxembourg (+13,1% de RevPAR) a, par exemple, continué de tirer partie de la présidence de l'Union Européenne du pays pour le dernier mois de son mandat. La République Tchèque (+14,8% de RevPAR), l'Espagne (+13,3% de RevPAR), la Pologne (+11,3% de RevPAR) et les Pays-Bas (+10,6% de RevPAR) sont d'autres destinations qui ont enregistré une progression à deux chiffres de leurs performances sur la période. Fait notable, aux Pays-Bas comme en Espagne ce sont les destinations "secondaires" qui enregistrent les meilleures évolutions de performances ce mois-ci, témoignant de l'amélioration du contexte hôtelier domestique, sous l'effet du rebond de leurs économies, tandis que les marchés urbains majeurs ont été ce mois-ci pénalisés par leur plus forte exposition aux clientèles longue distance, rendues frileuses par les tensions sécuritaires en Europe.Si la tendance consolidée dans l'hôtellerie européenne est ainsi à la stagnation, les différents marchés ont donc été sur des tendances très diverses en ce mois de décembre 2015.

Cet article est réservé aux abonnés

Accédez à l'ensemble des contenus et profitez des avantages abonnés

J'en profite

Déjà inscrit ?

Un article

Achetez l'article

Un pack de 10 articles

Achetez le pack
Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour Vote pour la candidature.

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?