Accéder au contenu principal

Analyses

Attentats Paris : l’impact sur l’hôtellerie se prolonge, les professionnels inquiets

Alors que l’effet négatif des attentats de Madrid et de Londres sur l’activité des hôteliers s’était estompé en l’espace de quelques semaines, la profession se montre plus soucieuse quant aux conséquences des récentes attaques terroristes dans la capitale française, qui semblent se prolonger.

[Mise à jour du 15/02] Au lendemain des attentats survenus à Paris le 7 janvier et des assauts donnés contre les terroristes retranchés, les touristes désertent les hôtels de la capitale sans revenir. Les données observées par MKG Hospitality montrent en effet un recul de leur fréquentation, de 1,7 points de taux d'occupation au mois de janvier. L'absence des clients s'est immédiatement traduite par une contraction du prix moyen, qui a ensuite été compensée par la remontée du prix moyen et du RevPAR à la fin du mois de janvier, sous l'effet notamment de la présence de grands évènements (Salon Maison & Objet et surtout Fashion Week).Evolution jour par jour du taux d'occupation, des prix moyens et du RevPAR à Paris (janvier 2015)

Les conséquences des actes terroristes sur l'hôtellerie parisienne sont à rapprocher de l'impact observé à Madrid en 2004 et à Londres en 2005. Les évènements malheureux qui ont touché la capitale espagnole le 11 mars 2004 avaient entraîné une baisse de 3,6 points du taux d'occupation des hôteliers et de 2,2% du prix moyens sur l'ensemble du mois. Alors que la baisse s'était estompée en l'espace de quelques semaines, le recul du RevPAR n'était pas allé au-delà des 7,1%. A Londres, si les hôteliers avaient souffert d'un recul similaire de leur fréquentation au lendemain des attaques du 7 juillet 2005, ils avaient néanmoins été en mesure de maintenir leur prix moyen, atténuant l'impact des attentats sur leur RevPAR (-3,8% sur le mois). Il est important de noter que dans les cas londonien et madrilène, les terroristes s'en étaient pris au train et au métro, entraînant une paralysie des transports les jours suivants.Evolutions mensuelles des performances hôtelières à Londres, Madrid et Paris suite aux attentats

Si l'impact économique sur le mois de janvier 2015 est resté limité à Paris, les professionnels s'inquiètent de la durée possible de l'impact psychologique. Plus d'une semaine après les attentats, le sentiment d'insécurité dans la capitale persistait et continuait de dissuader les touristes. Georges Panayotis, président et fondateur de MKG Hospitality, tire la sonnette d'alarme : "Quand on voit les images de drapeaux français brulés diffusées sur les chaînes d'information internationales, cela ne contribue pas à rassurer les touristes en ce qui concerne le risque d'attentats à Paris. Je pense que l'image de la France est dégradée, voire boycottée, et que si les touristes ne se sentent pas en sécurité ils iront tout simplement ailleurs". Inquiet, le président du Groupe MKG espère néanmoins que les effets s'estomperont environ deux à trois semaines après les évènements, comme ce fut le cas à Toulouse, à Londres et Madrid.

Vous aimerez aussi :

Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter pour la candidature.

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?