Accéder au contenu principal

Tendances

2015 en Europe: la croissance hôtelière se poursuit, portée par les pays du Sud et les PECO

La tendance positive observée en 2014 s'est poursuivie au cours de l'année dernière pour l'hôtellerie européenne, qui enregistre une croissance de 4,8% de son Revenu par chambre disponible (RevPAR). Une nouvelle fois, ce sont en particulier les pays du sud du continent et de l'Europe centrale qui, grâce au fort rebond de leur activité, auront soutenu la croissance des performances annuelles sur le continent. Allemagne et Royaume-Uni sont également toujours sur une tendance positive, tandis que la France stagne encore.

L'hôtellerie européenne poursuit sur sa lancée positive en enregistrant une croissance marquée en 2015, signe que le continent demeure une place forte pour l'activité des chaînes hôtelières, et ce malgré des tensions croissantes du point de vue sécuritaire. Les hôtels du continent ont vu leur taux d'occupation progresser de 1,1 points l'an dernier, accompagné d'une augmentation significative des prix moyens (+3,2%). La combinaison de ces deux facteurs aura permis au Revenu par chambre disponible (RevPAR) des établissements européens de confirmer les bons résultats entrevus ces dernières années, avec une hausse de 4,8% à l'échelle continentale. Une performance sur la pente ascendante, puisque la progression de l'indicateur était de 3,8% en 2014.Le taux d'occupation des hôtels européens s'est élevé à 69,7% l'an dernier. Avec une progression de 5% du nombre de touristes internationaux par rapport à 2014 -pour un total de 609 millions d'arrivées- l'Europe aura pleinement bénéficié de l'embellie du tourisme mondial, et de différents facteurs structurels (évolution du coût du transport notamment aérien avec la chute des prix du pétrole, parité euro/dollar, amélioration de la consommation domestique et du pouvoir d'achat des ménages dans certains pays d'Europe...) qui devraient continuer à soutenir l'activité hôtelière ces prochaines années, selon les prévisions MKG 2016-2017. Les prix moyens dans l'hôtellerie de chaîne progressent et dépassent désormais les 90 euros hors taxes. La hausse constatée fait suite à la reprise économique dans une partie des pays membres de l'Union européenne, notamment en Europe centrale et dans la Péninsule ibérique.Si le RevPAR est en augmentation dans l'ensemble des segments hôteliers en comparaison de 2014, ce sont une nouvelle fois les établissements des catégories haut de gamme qui ont porté la croissance hôtelière. Ces deniers enregistrent en effet une croissance de 6,4% de leur RevPAR en 2015, avec une progression des prix moyens de 4,2% - à l'échelle du continent, leur montant s'élève à 126,4 euros hors taxes sur les douze mois de l'année. Le segment haut de gamme et luxe confirme donc son statut de moteur de l'industrie hôtelière européenne. Avec un taux d'occupation moyen de 70%, les hôtels de la catégorie ont le vent en poupe - l'indicateur enregistre une hausse de 1,5 points en comparaison de 2014.Résultats annuels des chaînes hôtelières par catégorie 2015Les pays du pourtour méditerranéen auront su tirer profit du bel été qu'aura connu l'industrie touristique dans la région, marqué par des températures particulièrement élevées. Le RevPAR aura connu une croissance à double chiffre au sud du continent ; la progression de l'indicateur est de 11,6% en Italie, de 12,5% en Espagne, et de 13,5% au Portugal. Ces destinations ont aussi bénéficié d'un effet de report depuis d'autres pays du littoral méditerranéen, tels que la Tunisie, l'Égypte ou la Turquie, dans lesquels la situation sécuritaire aura sévèrement fragilisé la fréquentation de la clientèle internationale. Le taux d'occupation a notamment progressé de 3,4 points dans les hôtels de chaîne espagnols, et de 3,7 points dans les établissements portugais. Avec une forte progression des prix moyens (4,6%), la Grèce enregistre elle aussi une forte hausse de son RevPAR en comparaison de 2014, puisque ce dernier a gagné près de 5,5%.En termes de hausse de la fréquentation, le record continental revient néanmoins aux destinations d'Europe centrale. La Pologne s'affirme en 2015 comme le champion européen du genre, avec une progression du taux d'occupation de 4,9 points. Mais la République Tchèque et la Hongrie ne sont pas en reste, puisque l'indicateur y enregistre respectivement une hausse de 4,2 et 3,4 points. Dans ces deux pays, les bons chiffres de la fréquentation des hôtels s'accompagnent d'une forte croissance des prix moyens, de 7,3% dans les établissements tchèques et de 8,9% dans leurs homologues hongrois, signe du redressement de l'activité économique dans les pays du groupe de Visegrád. Ces derniers enregistrent parmi les plus forts taux de croissance du RevPAR sur l'ensemble du continent : la progression de l'indicateur atteint 9,9% en Pologne, et 14,3% en Hongrie comme en République Tchèque.Résultats annuels des chaînes hôtelières par pays 2015Alors que la tendance est généralement positive pour la plupart des hôteliers européens, plusieurs destinations se distinguent par des performances au-dessus de la moyenne en 2015. Les hôtels britanniques ne désemplissent pas, avec un taux d'occupation qui s'élève désormais à 79,2%, la meilleure performance européenne sur l'année dernière. Après de forte hausses à Londres ces dernières années, ce sont les marchés secondaires qui ont pris le relais pour y tirer la croissance en 2015, tandis que la capitale britannique ralentissait sous les effets d'une importante hausse de l'offre hôtelière et des répercussions des attentats de Paris sur ses propes risques sécuritaires. Le taux d'occupation atteint 76% sur le marché hôtelier luxembourgeois, où le RevPAR a progressé de 17,1% grâce à une hausse des prix moyens de 15,5% : grâce à la présidence tournante du Conseil de l'UE, les établissements du Grand-Duché enregistrent la plus forte croissance du continent vis-à-vis de ces deux indicateurs. Avec une progression soutenue du taux d'occupation et de leurs tarifs, les opérateurs hôteliers des Pays-Bas devraient eux aussi conserver un bon souvenir de 2015 : le RevPAR national enregistre ainsi une hausse de 8,1% sur l'année.En 2015, les établissements français ont une nouvelle fois tiré vers le bas les performances de l'hôtellerie européenne. Il faut dire que le secteur a été éprouvé par un contexte particulièrement difficile, marqué par les attaques terroristes de janvier et décembre, et par la méfiance subséquente suscitée chez une partie de la clientèle internationale. Alors que la reprise tarde à s'y affirmer, les hôtels français ont aussi souffert de la morosité de l'économie hexagonale. La France est le seul pays européen où le taux d'occupation est en régression sur l'année, avec un repli de 0,3 point. Alors que les prix moyens n'ont que faiblement progressé (+0,5%), les hôtels du pays n'ont guère profité de l'embellie continentale. La hausse du RevPAR national est la plus faible enregistrée sur le continent, puisqu'elle s'élève à 0,1% sur l'année 2015. Alors que l'indicateur était en recul en 2014 (-0,2%), cette quasi-stagnation laisse cependant entrevoir quelques motifs d'espoir. Si l'hôtellerie parisienne a profondément souffert suite aux attaques terroristes qui ont frappé la capitale, les performances demeurent en effet encourageantes dans une partie des régions françaises.Bien que certaines incertitudes demeurent, l'année 2016 s'annonce favorablement pour l'hôtellerie du continent. Les prévisions économiques de l'Union Européenne anticipent une nouvelle amélioration de la croissance du PIB de ses États-membres, accompagnée d'une baisse du chômage à l'échelle du continent. De plus, les destinations européennes font office de valeur sûre pour le tourisme international, avec notamment une perception qui reste positive du point de vue de la sécurité; par ailleurs les coûts du transport sont au plus bas. Restent néanmoins plusieurs interrogations majeures : les tensions politiques et sécuritaires, l'évolution de la crise économique en Russie ou au Brésil qui ont vu fortement diminuer le pouvoir d'achat de leurs touristes, et l'amplitude du ralentissement de la croissance des clientèles asiatiques au sein des hôtels européens, alors que celles-ci sont devenues l'un des principaux moteurs de la hausse d'activité (dans les destinations majeures) ces dernières années.Cet article est tiré du dossier complet du Bilan Hôtelier 2015/2016 en Europe, à paraître prochainement. Pour en bénéficier, abonnez-vous! Ou approfondissez votre analyse (détails d'offre & demande par région, villes & segments, parc complet des agglomérations majeures, classements des opérateurs...) avec l'European Hospitality Report.

Vous aimerez aussi :

Accédez gratuitement à la suite de l'article

Créez votre compte et accédez à de nombreux contenus exclusifs

J'en profite

Déjà inscrit ?

Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Register for free to Vote pour la candidature.

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?