Access the main content

Reports

La promotion des destinations touristiques françaises, inefficiente ?

Une enquête réalisée par Hospitality-On et Olakala auprès des hôteliers révèle que ceux-ci sont plutôt insatisfaits des actions de communication réalisées par les collectivités locales sur leur destination. Leur opinion de l'échelon administratif le plus pertinent pour communiquer est partagée : même si le pays touristique est celui qui globalement rassemble le plus de suffrages, au final c'est d'abord le "nom" grand public de la destination qui tend à s'imposer comme l'échelon local adéquat de communication.

D'après les résultats d'une enquête menée par Hospitality ON auprès des professionnels du secteur sur leur perception de l'action des organismes locaux de promotion des destinations, seuls 21% des hôteliers interrogés jugent "efficaces" ou "très efficaces" les actions de communication locale mises en œuvre pour la destination. 19% ont des avis réservés mais tout de même positifs, évaluant les actions de communication comme étant " plutôt efficaces ", tandis que la majorité des interrogés (60%) les considèrent à l'inverse moyennement voire pas du tout efficaces. La perception des actions de communication des organismes publics locaux est donc essentiellement négative. Certains organismes départementaux ou régionaux se voient parfois reprocher de ne communiquer que sur les principaux sites touristiques et villes de la destination, au détriment de villes d'importance moindre, les hôteliers ne se sentant ainsi pas concernés directement par la promotion qui est réalisée. Les hôteliers regrettent également le manque de moyens mis en œuvre par les offices de tourisme, ou encore la diversité des acteurs intervenant en matière de communication, susceptible de générer des problèmes de concertation entre les différents échelons et un manque de mutualisation des actions. Les hôteliers souhaiteraient également que les différents échelons publics travaillent plus en concertation avec les acteurs privés locaux du tourisme (dont eux-mêmes), afin d'assurer une meilleure communication sur l'offre globale de la destination.Interrogés sur l'échelon administratif le plus adapté pour communiquer, 40% des hôteliers jugent le pays touristique (et son Office de Tourisme) comme niveau le plus pertinent pour communiquer sur la destination. La région apparaît comme un échelon pertinent pour ce rôle aux yeux de 27% des interrogés, tandis que le département ne recueille que 15% des suffrages, et l'agglomération ou la commune 15% considérés ensemble. Mais dans le détail, le profil d'échelon considéré comme le plus pertinent dépend fortement des territoires d'implantation des hôtels. En milieu rural, le pays touristique est plébiscité par 6 hôteliers sur 10, les autres étant partagés entre région et département. Assez logiquement, les hôteliers en milieu rural considèrent ainsi que la commune ou la communauté de commune ne sont pas des échelons de communication pertinents pour eux. A l'inverse, les hôteliers des grandes métropoles considèrent généralement l'agglomération ou la commune comme l'échelon le plus pertinent lorsqu'ils sont à l'intérieur de celle-ci, tandis que les hôteliers plus éloignés de la ville-centre (par exemple en Ile-de-France hors Paris et petite couronne, ou dans l'arrière-pays de la Côte d'Azur) préfèrent de nouveau la région ou le pays touristique, qui leur permet de bénéficier de l'attractivité de la vile-centre. Dans les stations de montagne et du littoral ainsi que dans les villes moyennes de province, les opinions sont très divisées : 3 sur 10 jugent que la région est le meilleur échelon, 3 sur 10 le pays touristique, le reste se départageant entre département, agglomération et commune.Ainsi, il apparaît qu'au final il n'existe pas d'échelon unique adapté de manière uniforme à toutes les réalités locales. Derrière ces différences se dessine toutefois un fil conducteur : l'échelon généralement déclaré comme le plus pertinent par les hôteliers est celui qui correspondra au "nom" grand public de leur destination d'implantation : Paris et ses environs, Nice/Cannes et la Côte d'Azur, Lyon ou Marseille et leurs alentours, le Val de Loire, la Provence ou la Camargue, le Bordelais, la Champagne, l'Alsace, la Normandie, les Vosges... Autant de réalités touristiques locales qui correspondent à des échelons administratifs différents.Compte tenu de cette hétérogénéité du territoire français, et si la bonne démarche pour allouer au mieux les budgets de communication entre les différentes structures publiques n'était pas finalement de faire en amont des enquêtes sur la notoriété auprès des professionnels et du grand public, pour déterminer ce que l'on vend vraiment ?

Vous aimerez aussi :

Loading...

Vous avez consulté 10 content. Go back home page or en haut de la page.

Access next article.

Sign up to add topics in favorite. Sign up to add categories in favorite. Sign up to add content in favorite. Register for free to vote for the application.

Already signed up? Already signed up? Already signed up? Already registered?