Access the main content

News

Égypte : un musée d'archéologie sous-marine pour relancer le tourisme

Déjà évoqué il y a vingt ans, le projet avait été mis en veille suite aux troubles politiques de ces dernières années. Le gouvernement égyptien semble aujourd'hui prêt à le relancer, soucieux de dynamiser le stratégique secteur touristique. Proposé dès 2008, le design de la Fondation Jacques Rougerie promet un "voyage sous-marin dans les cités englouties de la baie d'Alexandrie," qui permettra aux visiteurs d'admirer des trésors submergés depuis 1 400 ans.

Le Ministre égyptien des Antiquités a annoncé en septembre dernier la reprise du projet, soutenu notamment par l'Unesco. D'après le responsable des activités sous-marines du Ministère, Mohamed Abd El-Maguid, "avoir un tel musée attirera de nombreux touristes qui aideront à relancer l'économie." Conçu par la Fondation Jacques Rougerie, les plans de ce Musée d'archéologie sous-marine surprennent par leur design novateur, et leur ambition assumée. Situé à sept mètres de profondeur dans la baie d'Alexandrie, il devrait permettre à ses visiteurs de contempler 2 500 œuvres antiques, sur le site où se trouvaient autrefois le célèbre phare de la cité ou le palais de la reine Cléopâtre.Le musée sera composé de quatre bâtiments partiellement submergés en forme de felouques (bâteau traditionnel du Nil), reliés entre eux par des canaux sous-marins. Jacques Rougerie estime les délais de construction de l'édifice à deux ans, sans compter les études de faisabilité et la planification du projet. Alors que l'Égypte dénombre pas moins de 37 musées d'antiquité en surface, ce nouveau concept devrait attirer de nombreux curieux, soit 3 millions par an d'après les premières prévisions, tout en permettant aux autorités d'assurer la protection de la baie d'Alexandrie et des nombreux trésors qu'elle renferme.Le coût de construction de ce musée amphibie de 22 000 mètres carrés est estimé à 150 millions de dollars. D'après Mohamed Abd El-Maguid, les études de faisabilité devraient démarrer dès que sera assuré le financement du projet. Le gouvernement égyptien devra probablement s'en remettre à des investisseurs privés en raison des difficultés financières que connaît le pays. Des groupes chinois seraient notamment intéressés par la reprise du projet.

Vous aimerez aussi :

  • L'Égypte s'inquiète pour son tourisme
  • Un projet de resort à 4 milliards de dollars à Charm el-Cheikh ?
  • FRHI Hotels & Resorts poursuit son développement pharaonique en Égypte
  • W Hotels arrive sur le marché égyptien
  • Nouveau coup dur pour les hôteliers égyptiens
  • Les touristes sont de retour en Egypte
  • De nouvelles ambitions pour le tourisme égyptien
Loading...

Vous avez consulté 10 content. Go back home page or en haut de la page.

Access next article.

Sign up to add topics in favorite. Sign up to add categories in favorite. Sign up to add content in favorite. Sign in for free to vote for the application.

Already signed up? Already signed up? Already signed up? Already registered?