Access the main content

Trends

Décembre 2015 : l’heure n’était pas à la fête pour les hôteliers français

La fin d’année aura été marquée par les conséquences des attentats du mois de novembre sur la fréquentation touristique de la France. Freinés par la menace terroriste, les visiteurs étrangers ont en effet été moins nombreux à se rendre sur le territoire, touchant l’activité hôtelière de plein fouet.

Les hôteliers français ont ainsi terminé le mois de décembre avec un recul de 3,3 points de leur taux d'occupation, à 52,3%, notamment en raison de la présence moins accrue des clientèles internationales. Cumulé à la baisse de 1,5% du prix moyen, il est à l'origine de la chute de 7,4% du Revenu par chambre disponible (RevPAR) sur la période, par rapport au mois de décembre 2014. Principalement dû à la faible présence des touristes étrangers en France, le recul de l'activité hôtelière s'est davantage fait ressentir sur le segment haut de gamme, où la baisse de RevPAR atteint les 12%. Suivent ensuite les catégories moyen de gamme (-7% de RevPAR), économique (-3,7%) et super-économique (-3,4%). Résultats mensuels des chaînes hôtelières par catégorie Décembre 2015En décembre, tout le territoire français a ressenti l'impact des attentats sur l'activité hôtelière, Paris en première ligne. Si les conséquences de l'évènement tragique ont été atténuées par l'organisation de la Cop21 début décembre, des hôteliers de la région capitale ont néanmoins terminé le mois avec une chute de 12% de RevPAR en Ile-de-France et de 17,4% à Paris intramuros, avec des baisses particulièrement marquées entre Noël et Nouvel An. L'hôtellerie en province a également ressenti les craintes des touristes au lendemain des attentats, qui se sont traduites par une chute de RevPAR toutefois moins marquée (-2,5%) que dans la capitale. La situation diffère en réalité fortement selon les territoires. Lyon a enregistré la plus forte de baisse de RevPAR du mois de décembre (-22,8%) en raison de l'annulation de sa traditionnelle Fête de Lumières, qui (cumulée à l'absence du salon Pollutec cette année) a entraîné un très net recul du taux d'occupation (-6 points) et du prix moyen (-14,6%) de ses établissements. Les villes du Nord-Est, normalement très visitées à cette époque pour leurs marchés de Noël réputés, ont également observé une baisse de leur activité touristique. Les hôteliers de Strasbourg, par exemple, ont accusé une baisse de 6,2% de RevPAR, en raison du retrait de 5,1 points du taux d'occupation. Parmi les agglomérations françaises majeures, seules Rennes, Nantes et Marseille ont été en mesure de maintenir une évolution positive de leurs performances en décembre. Résultats mensuels des chaînes hôtelières par catégorie et par ville - Décembre 2015Les résultats du mois de décembre viennent donc assombrir le bilan de l'ensemble de l'année 2015 pour l'hôtellerie française, qui sera dévoilé dès demain, le mardi 19 janvier, par MKG Hospitality.

Lire aussi :

  • Marchés de Noël : fréquentation en baisse dans les hôtels de l'Est
  • France : baisse des réservations confirmée en cette fin d'année 2015
  • Lyon : l'annulation de la Fête des Lumières plonge l'hôtellerie dans le noir
  • Attentats Paris : comment évolue la situation des hôtels en France jour après jour ?
  • Annulation de la Fête des Lumières de Lyon, qu'en est-il des autres évènements ?
  • La Cop21 envoie une bouffée d'air frais sur l'hôtellerie

This article is reserved for subscribers only

Access all content and enjoy the benefits of subscription membership

Register

Already signed up?

An article

Buy the article

A pack of 10 articles

Buy the pack
Loading...

Vous avez consulté 10 content. Go back home page or en haut de la page.

Access next article.

Sign up to add topics in favorite. Sign up to add categories in favorite. Sign up to add content in favorite. Sign in for free to vote for the application.

Already signed up? Already signed up? Already signed up? Already registered?