Access the main content

Trends

A Toulon, l'hôtellerie ne reste pas en rade

Le parc hôtelier de l'agglomération toulonnaise a évolué en 2015, plusieurs établissements de chaînes étant venus renforcer l'offre existante. Ces premiers remous précèdent l'arrivée d'une nouvelle vague, le parc hôtelier haut de gamme de la ville étant appelé à bientôt s'étoffer de quelques nouveaux navires amiraux.

Troisième ville de Provence-Alpes-Côte d’Azur, Toulon rassemble à elle seule près de 164 000 habitants au sein d'une agglomération de 425 000 habitants. Elle est le plus grand port militaire français, et l’activité économique de la préfecture du Var concerne aussi les administrations, le tourisme, le commerce et la recherche. Toulon est un important pôle de transport maritime, étant notamment le premier port français pour la desserte de la Corse : la compagnie Corsica Ferries y est implantée depuis 2001, et a été rejointe par la SNCM depuis 2012. Enfin, à proximité de la ville-centre se trouvent plusieurs destinations littorales populaires auprès des vacanciers adeptes des plages de la Côte d'Azur : Hyères, La Seyne-sur-Mer, Saint-Cyr-sur-Mer, ou encore Bandol.L'agglomération toulonnaise se distingue par un parc hôtelier particulièrement bien fourni : on y dénombre aujourd’hui 122 hôtels, dont près du quart est affilié à un groupe hôtelier, pour 4 547 chambres. En règle générale, les établissements de chaînes offrent toutefois une capacité beaucoup plus significative que leurs homologues indépendants, puisqu’ils concentrent à eux seuls la moitié du parc hôtelier toulonnais (48,5%), avec 2 204 chambres en opération au 1er janvier 2016. A Toulon même, l’hôtellerie de chaîne est particulièrement concentrée dans les segments économiques, reflétant un environnement plus focalisé sur la clientèle affaires que nombre de ses voisines de la Côte d’Azur. Aux alentours de la ville, le long des destinations de la Côte d'Azur, le parc hôtelier monte en gamme : c'est notamment le cas à Bandol, Hyères, Sanary-sur-Mer, Saint-Cyr-sur-Mer ou La Ciotat. Dans l'ensemble de l'agglomération, la segmentation du parc par catégorie se répartit comme suit : 25,3% de la capacité totale pour le segment budget, 38,1% pour l'hôtellerie économique, 28,8% en milieu de gamme, et enfin 7,8% en ce qui concerne les établissements haut de gamme.Toulon et ses alentours ont gagné quelques adresses hôtelières en 2015 : sur le segment économique, l'établissement de 49 chambres Brit Hotel Parc Azur à Ollioules a rouvert après des travaux de rénovation complète. L'enseigne Brit hotel signe ainsi son entrée dans l'agglomération. Sur ce même segment, l'hôtel Holiday Inn Express Toulon Sainte-Musse a ouvert à proximité du complexe sportif Léo Lagrange et de l'Hôpital Sainte-Musse. Avec 81 chambres, il s’agit du second établissement opéré par le groupe IHG dans la préfecture du Var. En milieu de gamme, deux adresses indépendantes de modeste capacité ont par ailleurs ouvert leurs portes à Bandol et La Ciotat, offrant au total 36 chambres.Si Toulon compte plusieurs résidences de tourisme haut de gamme, seule une chaîne hôtelière est présente dans cette catégorie : Dolce (groupe Wyndham), avec le  Dolce Frégate Provence, un établissement de 163 chambres situé à Saint-Cyr-sur-Mer qui a gagné près de 30 chambres récemment et dont les rénovations se sont achevées en mars 2016.L’hôtellerie toulonnaise devrait s’engager en direction d’une véritable métamorphose dans cette catégorie, avec plusieurs projets de développement d’adresses haut de gamme à travers l’agglomération. A travers un projet porté par Altaréa-Cogedim, OKKO Hotels devrait ouvrir après rénovation une adresse quatre étoiles dans l’ancien siège de Toulon Provence Méditerranée, un bâtiment construit en 1969 labellisé « Patrimoine du XXème siècle ». Faisant suite à l’ajout d’ailes latérales aux bâtiments et s’accompagnant de la création de logements et d’espaces commerciaux, cet hôtel de 98 chambres devrait voir le jour fin 2017 à quelques enjambées de la Place de la Liberté. En ce qui concerne les établissements indépendants, plusieurs projets devraient là encore enrichir l’offre haut de gamme toulonnaise, en particulier dans le centre et aux abords de la célèbre rade de la ville : l’ancien évêché sera transformé en établissement quatre étoiles de 48 chambres dès l’année prochaine, tandis que dans la même catégorie, un hôtel de 64 chambres devrait s’installer début 2017 place Monsenergue, en face de l’Arsenal. Fermé depuis les années 90, l’hôtel La Tour Blanche devrait quant à lui renaître de ses cendres en tant qu’établissement trois ou quatre étoiles après rénovation : il pourrait comporter jusqu’à 90 chambres, idéalement situées sur les pentes du Mont Faron.

Lire aussi :

Register for free access to the rest of this article

Register for an account to access exclusive content

Register

Already registered?

Loading...

Vous avez consulté 10 content. Go back home page or en haut de la page.

Access next article.

Sign up to add topics in favorite. Sign up to add categories in favorite. Sign up to add content in favorite. Register for free to vote for the application.

Already signed up? Already signed up? Already signed up? Already registered?