Access the main content

Reports

Attentats, grèves et inondations auront-ils raison de l'effet "Euro 2016" sur l'hôtellerie française ?

Demain sera donné le coup d'envoi de l’Euro 2016 de Football, qui dev(r)ait attirer près de 7 millions de visiteurs internationaux en France, dont 2,5 assistant aux matchs de leurs sélections. De quoi donner un coup de pouce aux performances hôtelières après des mois difficiles. Pourtant, à début juin de nombreux hôteliers français n'avaient pas toujours observé de hausse significative des réservations, et beaucoup craignent désormais de ne pas enregistrer le gain d’activité originellement espéré, même si des nuances significative sont à noter sur certains marchés. Et certains espèrent encore que les réservations de dernière minute puissent inverser la tendance. Mais globalement le pessimisme domine, et le diagnostic sur les causes est largement partagé. Une enquête Hospitality ON.

A la veille de la compétition, les hôteliers ne sont pas aussi enthousiastes qu'ils auraient pu l'être, quant aux retombées positives que cet évènement pourrait avoir sur leur activité. Selon un sondage Olakala pour Hospitality On réalisé la première semaine de juin, ils se montrent même plutôt pessimistes. Ainsi, 50% des hôteliers français indiquent n'avoir observé "aucune hausse de leurs réservations" pour l'Euro, par rapport à la même période de 2015. Même s'il est logique que les hôtels situés dans hors des villes-hôtels et camps de base soient moins impactés par l'événement (même si les clientèles des pôles majeurs auraient théoriquement pu en partie s'y reporter, si la fréquentation actuelle avait été meilleure), un nombre important d'hôtels parisiens et franciliens déclarent également n'avoir pas enregistré d'augmentation de réservations, alors que la capitale accueillera les matches majeurs de la compétition. 20% des hôteliers gardent cependant davantage espoir, déclarant ne pas avoir encore enregistré de hausse de réservations. Situés dans les villes hôtes, ils espèrent que celle-ci se produira dans les prochains jours, grâce aux réservations de dernière minute.Au total, les hôteliers interrogés sont donc moins de 30% à avoir noté une progression de leurs réservations pour l'Euro. Parmi eux, la moitié considèrent que celle-ci n'a été que modérée. Ceux qui ont enregistré une hausse nette, voire très nette, de leurs réservations par rapport à 2015, se trouvent notamment à Nice, Toulouse, Bordeaux et Lille.A date de début juin, observez-vous une hausse de vos réservations pour l’Euro 2016, en comparaison avec la même période l’an dernier ?Cette morosité de l'activité, principalement en Ile-de-France, s'explique en partie par les répercussions des attentats de novembre, et de ceux de Bruxelles en mars. Ainsi, selon 54,7% des hôteliers interrogés, les attaques terroristes ont affecté "nettement" ou "très nettement", leurs réservations pour l'Euro. Ceci est le cas pour l'ensemble des hôteliers parisiens et franciliens interrogés, ainsi que pour certains établissements situés dans les villes hôtes, qui n'ont pas vu non plus de hausse de leurs réservations. 23,2% des répondants -tous situés en province- estiment également que les attaques terroristes ont eu un léger impact sur leurs réservations. Au total, plus des trois quarts des hôteliers attribuent en partie à l'effet post-attentats l'absence de regain de réservations attendu avec l'Euro. L'état d'urgence prolongé et le risque terroriste menaçant la France ont en effet fait fuir ces derniers mois une partie des clientèles étrangères, notamment extra-européennes, tels que les Asiatique et les Américains. Ceci a particulièrement affecté l'activité des hôtels franciliens, ou d'autres agglomérations comme celles de la Côte d'Azur, accueillant de nombreux touristes étrangers. De plus, la menace qui pèse sur la compétition n'incite pas les supporters à venir en masse en France et dans les villes-hôtes. Le questionnement au sujet du maintien des fans zones a été révélateur des inquiétudes sécuritaires qui entourent l'événement. Ainsi, les seuls hôteliers interrogés n'attribuant aucun impact aux attentats sur leurs réservations (21%) sont localisés en province et principalement hors des grandes agglomérations. Les attentats du mois de novembre à Paris et de mars à Bruxelles ont-ils, selon vous, eu un impact sur vos réservations pour l’Euro 2016 ?Le contexte social actuel a également un impact considéré majeur sur l'activité hôtelière. La quasi-totalité des répondants (93%) affirment ainsi que la contestation contre la loi travail, les grèves et manifestations organisées partout dans le pays, ont affecté les réservations pour l'Euro. Ce constat est partagé par les hôteliers de toutes les villes, le mouvement social étant généralisé dans le pays. Il vient ainsi "aggraver l'effet post-attentats auprès des clientèles étrangères, qui ont une perception dégradée de la France". Les clientèles domestiques, notamment d'affaires, sont aussi touchées par les blocages dans le domaine des transports, ferroviaire et routier. Selon une enquête réalisée par le groupe Choice Hotels auprès de son réseau français, un tiers des établissements ont ainsi ressenti un impact négatif sur leur activité (à hauteur de 1 000 à 6 000 € par hôtel) de la crise du carburant. Si les réservations des clientèles individuelles et de loisirs ont globalement été maintenues, celles des clients d'affaires ont été plus nettement affectées par les blocages.Même si le gouvernement espère clôturer le conflit avant le début des festivités, l'incertitude se maintient : la SNCF n'a pas encore suspendu ses grèves, et les éboueurs ont pris le relais dans certains quartiers de la capitale. Ajouté à cela, les inondations récentes qui ont touché Paris et plusieurs départements français, ainsi que la persistance du mauvais temps, ont également été défavorables à l'activité touristique.La contestation contre le projet de loi El Khomri et le contexte social tendu de ces dernières semaines ont-ils, selon vous, eu un impact sur vos réservations pour l’Euro 2016 ?Ces inquiétudes s'inscrivent ainsi dans un début d'année particulièrement morose pour l'hôtellerie française, notamment à Paris et en Île-de-France. Sur les quatre premiers mois de l'année, le RevPAR national est ainsi en baisse de 4%, seule la province affichant une progression.Pour autant, malgré la faiblesse de la demande, les hausse de tarifs devraient tout de même impacter positivement le chiffre d'affaires sur les destinations concernées. En ce qui concerne la fréquentation, les espoirs des hôteliers reposent à présent sur les réservations de dernière minute : quelques jours avant le début de la compétition, 50% des interrogés les attendaient en augmentation à l'approche et pendant la compétition. Cela permettra-t-il de changer la tendance ?Pour savoir si ces espoirs se sont révélés fondés et auront amené le regain d'activité espéré durant l'Euro, et pour mesurer les impacts réels constatés de l'Euro 2016 en termes de fréquentation, prix et chiffre d'affaires, Hospitality ON va, via un dispositif réalisé en partenariat avec HotelCompset, vous permettre de suivre les performances hôtelières journalières dans les villes-hôtes et agglomérations avec camps de base, tout au long de la compétition. Alors, à bientôt dans nos colonnes !

Vous aimerez aussi :

Register for free access to the rest of this article

Register for an account to access exclusive content

Register

Already registered?

Loading...

Vous avez consulté 10 content. Go back home page or en haut de la page.

Access next article.

Sign up to add topics in favorite. Sign up to add categories in favorite. Sign up to add content in favorite. Register for free to vote for the application.

Already signed up? Already signed up? Already signed up? Already registered?