Access the main content

News

Belmond prêt à dégager $1 milliard pour doubler son parc

L'ex-Orient Express Hotels, devenu Belmond, a tenu sa réunion annuelle des analystes et investisseurs début juin à New York. Roeland Vos, CEO depuis deux ans, a dévoilé le plan stratégique 2020 qui a pour objectif de doubler la rentabilité et doubler l'offre hôtelière, en dégageant sur fonds propres plus d'un milliard de dollars.

Créé il y a 40 ans avec l'acquisition de l'hôtel Cipriani à Venise, le groupe Orient Express Hotels & Trains affiche désormais une nouvelle identité, Belmond, un chiffre d'affaires de $562 millions en 2015, une marge brute (Ebitda) de $120 millions pour une quarantaine d'établissements (prix moyen groupe $856), 35 hôtels et camps de safaris, 6 trains de luxe et 3 bateaux de croisière, la très grande majorité en propriété ou location.Arrivé aux commandes en juin 2014, l'ex-patron de Starwood Hotels EMEA, Roeland Vos, a exposé à la communauté financière son ambition pour l'horizon 2020. Elle se résume à deux objectifs chiffrés : doubler l'Ebidta et doubler le portefeuille par acquisition ou location. Il a d'ailleurs récemment annoncé le lancement d'un nouveau train de luxe, au Pérou, reliant régulièrement le site du Machu Pichu au lac Tikicaca. Roeland Vos a fait la démonstration aux analystes qu'il avait les moyens de ses ambitions, d'abord en améliorant l'efficacité de la gestion des établissements pour gagner quelques points de marge à périmètre constant, et ensuite en élargissant largement le périmètre pour offrir une collection exceptionnelle d'établissements de grand luxe sur tous les continents. Il a fixé la feuille de route pour l'équipe de 5 développeurs qui parcourt le monde pour renforcer le fanion Belmond en Europe, en Asie, au Moyen-Orient et aux Amériques, en visant des établissements de 50 à 100 chambres pour un prix d'acquisition de $500 000 à $800 000 par clef, sans négliger les opportunités de contrats de gestion. L'objectif est d'atteindre un nouveau seuil de 80 à 97 établissements en opération avant la fin 2020, via entre 15 et 20 acquisitions, entre 22 et 33 contrats de gestion, entre 2 à 6 nouveaux trains et quelques contrats opportunistes de franchise. L'objectif du groupe est également de contenir son endettement, il envisage ce doublement du portefeuille en jouant sur trois leviers la génération de cash flow ($450 à 475 millions), la dette à long terme ($390 à 430 millions) et la cession de quelques actifs non stratégiques ($175 à 250 millions). Au total, Belmond doit pouvoir mobiliser entre $1 milliard et 1,15 milliard pour atteindre le nouveau seuil.

Loading...

Vous avez consulté 10 content. Go back home page or en haut de la page.

Access next article.

Sign up to add topics in favorite. Sign up to add categories in favorite. Sign up to add content in favorite. Register for free to vote for the application.

Already signed up? Already signed up? Already signed up? Already registered?