Access the main content

Analysis

Mondial de l’automobile 2016 : des performances en perte de vitesse pour l’hôtellerie parisienne

Dix jours après le lancement du Mondial de l’Automobile, qui se déroule cette année du 1er au 16 octobre 2016, le premier bilan pour les hôtels parisiens est plus que mitigé. Les résultats sont au point mort, marqués par une tendance généralisée des indicateurs à la baisse. La dégradation est forte par rapport à l’édition 2014 et par rapport à l’année 2015, sans Mondial de l’Auto.

Pour le Mondial de l’Automobile 2016, les hôteliers parisiens peinent à prendre de la vitesse. Les performances enregistrées sont négatives tous indicateurs confondus par rapport à la précédente édition qui s’était tenue en octobre 2014. Selon les données publiées le baromètre HotelCompset de MKG Consulting, le taux d’occupation reste sous la barre des 90% pour l’inauguration du salon, jour le plus fréquenté. Les visiteurs ne semblent pas au rendez-vous, une désaffection qui se traduit par une chute du prix moyen, à 192,1 euros. Des niveaux bien en deçà de ceux observés en 2014.Variation des indicateurs par rapport à la même période d’octobre 2014 et d’octobre 2015Sur les neuf premiers jours du salon, le taux d’occupation moyen s’établit à 82,2%, en baisse de 9,6 points et le prix moyen atteint péniblement 192,1 euros, en chute de 18,5%. Dès lors, l’indicateur de performance, RevPAR (Revenu par chambre disponible) affiche une baisse de 27% par rapport à la période de référence de 2014, à 157,8€. Les performances sont d’autant plus inquiétantes que les résultats enregistrés cette année sont dégradés, y compris par rapport à la même période de l’an passé, en l’absence du Mondial de l’Auto, avec un RevPAR en baisse de 21,2%.A l’échelle de Paris intra-muros, les performances des hôteliers poursuivent le recul amorcé il y a pratiquement dix-huit mois. Outre le climat sécuritaire qui s’est instauré dans le pays, de nature plutôt conjoncturel, des phénomènes de fond n’appellent pas vraiment à l’optimisme : certains constructeurs n’estiment plus vital d’être présents sur un salon quand les nouveautés sont distillées toute l’année (Ford, Volvo, Lotus, Mazda, Bentley, Rolls-Royce, ­Aston-Martin, Lamborghini ou encore Bugatti) et quand le Mondial de Paris est concurrencé par d’autres salons internationaux en vogue. Selon Georges Panayotis, Président MKG et Hospitality ON : «La baisse que nous observons actuellement n’est pas uniquement due à la conjoncture. Des éléments d’ordre structurel qui affectent à la fois l’offre et la demande sont également à prendre en compte. On peut s’interroger sur les moyens mis en place au niveau des autorités publiques afin de renforcer la compétitivité des hôteliers face à d’autres formes d’hébergement marchand. La concurrence s’intensifie et l’industrie hôtelière doit faire preuve de davantage d’innovation et d’attractivité. Il faut noter aussi que la situation en France est affectée par la persistance de la morosité économique alors que nos voisins allemands et britanniques font preuve d’un plus grand dynamisme, et arrivent à mieux gérer les ruptures de modèle économique qu’ils subissent également.»

Register for free access to the rest of this article

Register for an account to access exclusive content

Register

Already registered?

Loading...

Vous avez consulté 10 content. Go back home page or en haut de la page.

Access next article.

Sign up to add topics in favorite. Sign up to add categories in favorite. Sign up to add content in favorite. Register for free to vote for the application.

Already signed up? Already signed up? Already signed up? Already registered?