Access the main content

News

Bilan 2016 des performances hôtelières en Europe: hôteliers qui pleurent et hôteliers qui rient

En 2016, les disparités de tendances d’activité hôtelière ont été considérables entre les pays européens. Tandis que certains étaient endeuillés par des attentats ayant fortement impacté leurs performances, d’autres poursuivaient leur croissance voire accéléraient, notamment les pays de la péninsule ibérique et d’Europe centrale. La tendance globale s’équilibre à l’échelle européenne, avec un RevPAR (revenu par chambre disponible) en légère progression de +0,8%.

Le taux d’occupation des hôtels de chaîne européens s’est élevé à 69,8% en 2016, un niveau stable par rapport à 2015. En effet, selon les données de l’Organisation Mondiale du Tourisme, l’Europe a enregistré 620 millions d’arrivées internationales sur l’année, soit une hausse de 2% qui correspond à la moitié seulement des standards de croissance de ces dernières années. Le contexte d’insécurité découlant des attentats notamment à Paris, Bruxelles et Nice a contribué à renforcer la méfiance de certaines clientèles touristiques internationales (notamment long-courrier) à l’égard des pays concernés. A l’inverse, d’autres pays ont poursuivi sur leur lancée et enregistré une croissance de leur fréquentation, voire battu de nouveaux records en termes d’arrivées internationales, comme le Royaume-Uni ou l’Espagne. Sur le continent dans sa globalité, la hausse de fréquentation comme la croissance de l’offre ont été modérées, conduisant à un taux d’occupation stable. Les prix moyens ont pour leur part été en légère hausse de +0,8%,pour s’établir à 93,7 euros hors taxes. S’il ne faut pas occulter la baisse des prix observée dans certains pays frappés par une conjoncture difficile (France et Belgique, impactées par le risque sécuritaire et une croissance économique plus lente), à l’inverse d’autres pays ont enregistré de très fortes hausses, notamment dans le sud et l’est de l’Europe. L’Italie fait ici exception du fait d’un effet de comparaison par rapport à une année 2015 particulièrement riche en événements (Exposition Universelle de Milan, Biennale d’Art de Venise…),un constat qui s’applique également au Luxembourg (Présidence de l’UE en 2015).Ailleurs, les hausses tarifaires ont été permises par un contexte de taux d’occupation redevenus solides. A l’échelle européenne, la croissance du prix moyen est aussi soutenue par des effets structurels liés à l’essor d’une année sur l’autre du volume des chambres vendues dans les pays à faibles prix moyens, où la croissance est actuellement forte (Espagne, Portugal, Hongrie et République Tchèque).Les hôteliers européens positionnés sur le segment économique ont enregistré la plus forte croissance, avec un RevPAR en progression de +2,2%, principalement porté par le prix moyen (+2,1%). En revanche, l’hôtellerie haut de gamme qui était en 2015 et depuis plusieurs années le moteur de l’industrie hôtelière européenne enregistre de moins bons résultats, avec un RevPAR en repli (-0,1%) en raison d’un taux d’occupation en recul de -0,3 point freinant le prix moyen (+0,3%, à 132,3 euros). Cette dégradation en haut de gamme est imputable à la baisse de la venue de la clientèle internationale long-courrier: la méfiance suscitée à l’encontre de certaines destinations européennes clés a conduit au report de celle-ci vers d’autres horizons.Dans le bassin méditerranéen, certains pays ont enregistré une belle progression de leurs performances par rapport à 2015. C’est notamment le cas de l’Espagne, dont le secteur touristique pèse pour près de 15% de son PIB. Le pays a connu une hausse de +10% de ses arrivées internationales, s’établissant à près de 75 millions en 2016, et la dynamique de croissance du pays est redevenue positive. Les hôteliers espagnols ont donc bénéficié d’une croissance de +12,4% de leur RevPAR, porté par une hausse de +2,7 points du taux d’occupation et de +8,1% du prix moyen. C’est la plus forte hausse à l’échelle européenne. La croissance à doubles chiffres concerne également son voisin portugais, dont le RevPAR est en hausse de +11,1% dû à une hausse conjointe de ses deux indicateurs. La Grèce suit le pas, avec une croissance de +6,9%, le secteur touristique continue à constituer l’un des piliers économiques du pays. Ces destinations ont aussi bénéficié d’un effet de report depuis d’autres pays du littoral méditerranéen, tels que la Tunisie, l’Égypte ou la Turquie, dans lesquels la situation sécuritaire pénalise toujours la fréquentation de la clientèle internationale. De son côté, l’Italie a connu une baisse de -5,5% de son RevPAR, en raison d’une baisse de son prix moyen de -5,6%, tandis que le taux d’occupation est stable (+0,1 point), ce qui est une performance structurellement assez positive compte tenu de la base de comparaison exceptionnelle qu’était l’exercice 2015 en Italie.Les pays d’Europe centrale bénéficient toujours d’une belle dynamique de croissance. Comme en 2015, la Pologne a enregistré un RevPAR en forte progression en 2016 : +10,4% grâce à une hausse conjointe de son taux d’occupation (+2,2 points) et de son prix moyen (+6,9%). La Hongrie et la République Tchèque lui emboîtent le pas, avec des hausses de leur RevPAR de respectivement +9,7% et +7,4%. Les performances de ces deux pays s’accompagnent d’une forte croissance de leur prix moyen, de +5,8% pour les hôteliers hongrois et +4,5% pour les établissements tchèques. Malgré les incertitudes liées à l’avenir économique et touristique du pays suite au referendum en faveur du Brexit, les hôteliers britanniques ont enregistré sur les douze mois de l’année 2016, le plus fort taux d’occupation en Europe, atteignant en moyenne à 79,5%, une performance en légère progression par rapport à l’année dernière (+0,5 point). Le prix moyen y est également l’un des plus élevés du continent, en hausse de +1,4%, à 115,4 euros. La faible valeur de la monnaie britannique est un facteur qui a joué sur ses performances en 2016. Le pays a d’ailleurs connu un record de sa fréquentation touristique internationale, en hausse de +3%.Le marché Luxembourgeois enregistre un recul de ses performances, avec un RevPAR en baisse de -1,1%, en raison d’une baisse de son taux d’occupation (de – 0,7 point) et de son prix moyen (de -0,1%). L’an passé, les professionnels du secteur avaient bénéficié d’une tendance à la hausse, notamment grâce à la présidence tournante du Conseil de l’UE. L’Allemagne et l’Autriche bénéficient de leur côté d’un RevPAR en hausse de respectivement +5,0% et +2,0%, dans la lignée de leur progression de ces dernières années, très régulière. La reprise y avait été bien plus précoce que dans les pays d’Europe du Sud et reste solide ; les marchés secondaires y sont dans une phase d’accélération.Deux pays ont tiré les performances du continent à la baisse. Sur les douze mois de l’année 2016, l’Hexagone enregistre une baisse de son RevPAR de -5,1% par rapport à 2015. Il convient cependant de rappeler que des disparités subsistent entre les performances observées en région et à l’échelle de Paris et de l’Île-de-France. Des événements tels que l’Euro de Football ont même permis à certaines villes hôtes de province d’enregistrer pendant toute la durée de la compétition des indicateurs en forte progression, même si d’autres éléments tels que l’annulation de la Braderie de Lille ou l’absence du Salon international de l’aéronautique Paris-Le Bourget ont pénalisé l’activité. En Belgique la dégradation des performances est encore plus prononcée, avec une chute de -11,8% du RevPAR. Les performances françaises sont plus tirées à la baisse par le prix moyen, en repli de -3,3%, alors qu’en Belgique c’est le taux d’occupation qui en est le principal responsable (-7,6 points).Les performances enregistrées en fin d’année 2016 et en ce début d’année 2017 permettent d’envisager des perspectives favorables pour les hôteliers européens : la France et la Belgique semblent être désormais sur la voie d’un rétablissement progressif, tandis que les autres pays sont dans une dynamique de croissance déjà bien engagée depuis plusieurs années.

This article is reserved for subscribers only

Access all content and enjoy the benefits of subscription membership

Register

Already signed up?

An article

Buy the article

A pack of 10 articles

Buy the pack
Loading...

Vous avez consulté 10 content. Go back home page or en haut de la page.

Access next article.

Sign up to add topics in favorite. Sign up to add categories in favorite. Sign up to add content in favorite. Sign in for free to vote for the application.

Already signed up? Already signed up? Already signed up? Already registered?