Analyses
Tags : Grèce Tourisme

Le tourisme grec menacé par le "non" ?

Alors que les performances touristiques étaient en hausse en Grèce depuis le début de l'année, les difficultés du système bancaire et les tensions géopolitiques ne sont pas la meilleure publicité pour les voyageurs du monde entier. Cela porte actuellement un coup d'arrêt au tourisme dans le pays, même si les acteurs locaux restent confiants sur leur capacité à rattraper ce manque à gagner. 

Touristes à Santorin Touristes à Santorin

Dimanche, les Grecs étaient appelés aux urnes afin de se prononcer par voie de référendum sur le plan proposé par les créanciers du pays, qui vise à régler la dette d'1,5 milliard d'euros due au Fonds Monétaire International. Ils ont été 61% à se prononcer contre, répondant à l'appel du Premier ministre Alexis Tsipras qui estime pouvoir obtenir un meilleur accord. Ce vote marque donc un nouveau tournant dans l'actualité politique et économique du pays et pose une nouvelle fois la question de la sortie de la zone euro de la Grèce.

L'arrivée du référendum a clairement nuit à l'industrie touristique. Les voyageurs se retrouvent en ce moment même dans l'embarras avec la fermeture des banques, qui devait durer jusqu'à dimanche. Cela a impacté les réservations : "Selon les données disponibles des tour-opérateurs, les réservations de l'année dernière se situaient à cette période à hauteur de 120 000 touristes journaliers. Après l'annonce du référendum ces derniers jours, elles ont reculé en moyenne de 30% à 40%. Nous avons donc une baisse de 36 000 à 48 000 réservations chaque jour. Après le référendum, le pays retrouvera un rythme normal, le système bancaire rependra son activité et l'image du pays sera restaurée à l'étranger. Nous estimons qu'il y a encore du temps pour que le taux de réservations accélère et se rattrape par rapport aux pertes de ces derniers jours" avait déclaré Andreas Andreadis, Président du SETE, la Confédération touristique grecque, avant l'annonce des résultats.

Il faut dire que depuis le début de l'année, le tourisme se porte bien dans le pays. Sur les cinq premiers mois de l'année, les hôtels d'Athènes se sont davantage remplis que lors de l'année précédente qui rappelons-le était très prolifique (+4 points à 59,5%). Le prix moyen augmente de 5,5% (à 121,90 €). Cela a permis au revenu par chambre disponible de grimper de 13% sur les cinq premiers mois de l'année selon les données de MKG Hospitality. 

Evolution des performances hôtelières à Athènes entre 2014 et 2015

Alors que la Grèce est rentrée dans la haute saison, il serait dommage que les touristes se détournent de cette destination de peur de se retrouver à sec à cause d'un distributeur automatique récalcitrant.