Enquêtes

A Paris, les Palaces en pleine mutation pour rester compétitifs [carte interactive & vidéo]

Dans un contexte de concurrence de plus en plus forte sur le marché des palaces parisiens, l’état qualitatif des produits est devenu éminemment stratégique. Mais dans ce domaine, les écarts se sont creusés entre les grands noms de l’hôtellerie parisienne. Où en est-on ? Tour d’horizon des dernières rénovations, créations et projets, en carte interactive et vidéos. 

Palaces Palaces

Alors que les palaces de la capitale se livrent une concurrence sans cesse croissante, l’exigence perpétuelle de nouveauté de la part de leurs clientèles stimule les projets architecturaux ambitieux et les travaux de longue haleine. Pour faire face à l’arrivée de nouveaux rivaux, les rénovations d’envergure se sont imposées comme des prérequis indispensables à la survie des palaces existants. Pour les clients, le niveau qualitatif des palaces parisiens ou de ceux qui aspirent à l’être (Ritz, Crillon, Lutetia et Cheval Blanc sont encore en cours de classement ou en travaux) a donc fortement gagné à travers les rénovations ou ouvertures de ces dernières années et à venir. Notre liste des Palaces parisiens en fonction de leur date d'ouverture permet de mieux visualiser cette évolution. Par établissement, les dernières remises à neuf s’échelonnent comme suit :

(Naviguez sur les points pour afficher les informations et lancer les vidéos de présentation des hôtels ou des projets)

 

En 2001, le Four Seasons George V avait ouvert la voie en lançant un programme de rénovation de 80 millions d’euros. Le Palace ouvert en 1928 avait alors frappé les esprits avec ce projet particulièrement ambitieux, voire jugé à l’époque démesuré par certains concurrents et observateurs. Et pourtant, la demande et les performances ont bel et bien suivi au cours de la décennie suivante, et depuis lors ce montant a été très largement dépassé. Ainsi l’Hôtel de Crillon, qui vient de rouvrir ses portes en juillet 2017, a-t-il bénéficié d’un lifting à près de 200 millions d’euros. Et que dire du Peninsula Paris, opération qui comprenait aussi les coûts de reconversion en hôtel du bâtiment, pour lequel la facture totale des travaux s’est élevée à plus de 430 millions d’euros ? Ainsi, le George V qui avait été à l’époque un pionnier était-il devenu l’un des produits les plus datés de la liste des palaces, le conduisant à engager des rénovations (en cours dans 2 étages).

Par la suite, pas moins de quatre Palaces (Shangri-La, Mandarin Oriental, Bristol, Royal Monceau Raffles) avaient ouvert ou bénéficié de rénovations majeures entre 2009 et 2011. L’année 2014 avait ensuite été particulièrement riche avec la remise à neuf du Plaza Athénée, du Peninsula et de la Réserve.

Mais depuis 2016, le Meurice, le Ritz, le Park Hyatt Paris Vendôme et dernièrement le Crillon ont suivi le mouvement et rouvert après des travaux ayant parfois duré plus de trois ans.  Et le mouvement est loin d’être achevé : dans les prochains mois, deux établissements devraient aspirer à rejoindre le club des Palaces : le Lutetia, Rive Gauche, et le Cheval Blanc, installé à l’intérieur de l’ex-Samaritaine. Dans cet univers concurrentiel très dense, et où le cycle de renouvellement des produits s’accélère, les Palaces parisiens sont donc moins que jamais confortablement installés.

En amont du lancement du nouveau site web Hospitality ON, cet article abonné est mis à disposition du grand public. Rejoignez notre communauté pour continuer à découvrir nos prochains contenus exclusifs!