Actus

En Californie, une ville-fantôme bientôt transformée en cannabis resort ?

S'agit-il d'un projet fumeux ou d'un nouveau segment touristique appelé à décoller ? En Californie, où la consommation récréative de marijuana est désormais légale, un producteur américain coté en bourse serait en passe de racheter entièrement une ville-fantôme. Son objectif: en faire un resort dédié au cannabis... 

Nipton Hotel Nipton Hotel

L'Amérique n'est parfois pas à un paradoxe près : le 8 novembre 2016, tandis que le monde était rivé aux résultats d'une élection présidentielle qui allait voir triompher le conservateur Donald Trump, l'Etat de Californie adoptait par référendum un projet de loi légalisant de la marijuana à usage récréatif. Aujourd'hui, 8 Etats américains sur 50, dont le Colorado, le Massachusetts (Boston), le Nevada (Las Vegas) et l'ensemble des très peuplés Etats de la Côte Ouest (dont la Californie) ont entièrement dépénalisé sa consommation.

Dans ce contexte, les séjours touristiques dédiés à la consommation de cannabis sont un segment s'étant rapidement développé au cours des dernières années, et des agences de voyages spécialisées se sont même lancées sur le créneau. Mais une nouvelle étape pourrait être prochainement franchie : la création d'un resort dédié au cannabis. Après tout, ce n'était sans doute qu'une question de temps dans ce pays où l'on trouve des parcs sur à peu près tous les thèmes, jusqu'à la Bible (au Holy Land Experience, qui propose des attractions comme la découverte du tombeau, un dîner en pleine Cène...).

Le producteur de cannabis American Green, un groupe coté en Bourse, s'apprête à (faire) pousser la logique un peu plus loin en lançant son propre resort "cannabis-friendly". Il vient à cet effet de racheter une ville-fantôme entière, Nipton : 

 

Il s'agit d'une ancienne ville minière fondée en 1905, pendant la ruée vers l'or. Elle se trouve aux portes du désert de Mojave, à proximité de la frontière avec le Nevada, un emplacement qui lui permet d'être à moins d'une heure de route de l'aéroport de Las Vegas et à un peu plus de 3h de Los Angeles. La ville, qui compte une vingtaine d'habitants et s'étend sur 120 acres (environ 50 ha), aurait été rachetée pour environ 5 millions de dollars à son propriétaire qui l'avait mis en vente l'an dernier.

Cette acquisition comprend, outre le terrain de 50 ha, un hôtel de 5 chambres, quelques maisons, un parking de caravaning, un café, une épicerie, une école, des bains minéraux et une ferme solaire. Le directeur du projet, Stephen Shearin, souhaite s'appuyer sur ces équipements et construire de nouvelles structures, pour en faire une ville "modèle", une «destination pro-cannabis accueillante et autosuffisante en énergie» (grâce à la ferme solaire, qui va bénéficier de travaux d'extension). Elle a également vocation à accueillir une communauté permanente de résidents, et la société compte développer des sites de production au sein de la ville. Le premier projet dans les cartons sera d'exploiter une source locale pour produire de l'eau infusée au cannabis, embouteillée dans la ville puis commercialisée. D'autres produits dérivés et services autour du cannabis seront ensuite lancés.

Pour autant, au regard des investissements envisagés, qui s'élèveront selon la société à seulement 2,5 millions de dollars sur les 18 prochains mois, il ne s'agira pas ici du premier resort de masse dédié au cannabis, mais plutôt d'une ville-pilote. David Gwyther, le PDG d'American Green, n'en souligne pas moins la portée : «Nous sommes excités de mener une réelle "ruée vers le vert". La révolution du cannabis qui a lieu ici aux Etats-Unis offre l'opportunité de complètement redynamiser des communautés, comme l’or l'avait fait au XIXe siècle.»