Actus - Mis à jour le

Le conseil interministériel sur le Tourisme annonce la feuille de route

Annoncé récemment lors d’un déplacement à Giverny par le ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, le premier Conseil interministériel sur le Tourisme, tenu à l’Hôtel Matignon le 26 juillet, a débouché sur la feuille de route des deux prochaines années et lancé les dix premières mesures d’urgence pour atteindre l’objectif de 100 millions d’entrées touristiques internationales et de 50 milliards d’euros de recettes en devises à l’horizon 2020. 

Le Premier ministre Edouard Philippe Le Premier ministre Edouard Philippe

Ils étaient quinze ministres et secrétaires d’Etat réunis autour de Jean-Yves Le Drian, pilote désigné de la politique touristique de la France, et d’Edouard Philippe, Premier ministre, qui a nommé au sein de son cabinet un conseiller chargé des questions de Diplomatie économique et de Tourisme, confirmant le schéma envisagé par Vanguélis Panayotis à l'été 2016. Le premier message envoyé aux acteurs du secteur est la prise en compte, au plus haut niveau, de l’importance du Tourisme comme élément de développement économique.

Le second message est celui d’une continuité de l’action engagée au niveau gouvernemental. Ce Conseil interministériel est le premier d’une série qui comptera un rendez-vous tous les six mois pour faire le point sur les actions engagées et lancer les nouvelles mesures. Une feuille de route a été élaborée, avec des étapes déjà identifiées pour les prochains mois :

  • le 10 octobre 2017, la tenue d’un Comité de pilotage autour de la mise en œuvre des quatre premiers chantiers : Accueil, Connectivité, Financement de la promotion et Sécurisation des sites touristiques,
  • courant décembre, l’organisation de la seconde Conférence annuelle du Tourisme, grand-messe pilotée par les Affaires étrangères réunissant plus de 200 professionnels,
  • le 19 janvier, le second Conseil interministériel du Tourisme, consacré à deux autres chantiers majeurs : le plan d’investissement et la simplification administrative,
  • courant avril 2018, nouvelle tenue du Comité de pilotage axée autour de la Promotion internationale et de la Gouvernance territoriale (autour des présidents de Régions),
  • juillet 2018, troisième Conseil interministériel du Tourisme avec la Compétitivité des entreprises et de l’offre française et le Développement numérique à l’ordre du jour,
  • suivi en novembre 2018 par le Comité de pilotage dédié à la Structuration de l’offre en passant en revue toutes les filières porteuses, du tourisme d’affaires au shopping, du tourisme culturel à la montagne en été…
  • décembre 2018, nouvelle édition de la Conférence annuelle du Tourisme qui évaluera les avancées de cette feuille de route avec les professionnels
  • janvier 2019, un quatrième Conseil interministériel orienté sur les questions de Formation, d’Emploi et de Tourisme social,
  • avril 2019, le Comité de pilotage consacrera ses travaux à la mise en œuvre du plan d’innovation technologique et de mise à jour de la sécurisation des sites,
  • juillet 2019, la boucle des deux ans est bouclée par un Conseil interministériel qui repassera en revue les chapitres sur la Qualité de l’accueil, notamment dans tous les points d’accès au territoire, la Promotion internationale et la Gouvernance territoriale.
  • Les services du Premier ministre et des Affaires étrangères insistent sur la réflexion qui a été menée, en partenariat avec Atout France et les grands acteurs représentatifs des filières, pour élaborer une feuille de route qui formalise les actions à initier et les bilans à tirer régulièrement.

Au-delà de ce calendrier, qui va rythmer l’action gouvernementale et l’interaction avec les représentants des collectivités territoriales et des entreprises du Tourisme, toute une série d’actions sont engagées sur le terrain pour stimuler la venue des touristes internationaux et favoriser leurs dépenses moyennes sur notre territoire.

Symboliquement, en s’appuyant sur l’effet immédiat qu’il avait produit auprès des visiteurs chinois, le Gouvernement s’engage comme première mesure concrète à une délivrance des visas en 48h chrono pour les ressortissants de dix pays fortement émetteurs, au premier rang desquels la Russie. Mais on trouve aussi sur la liste : la Thaïlande, les Philippines, le Cambodge, le Laos et la Birmanie, plus l’Indonésie et l’Inde. Avec l’accord des pays membres de Schengen le dispositif sera ensuite étendue à l’Arabie Saoudite et au Vietnam.

Deuxième mesure d’efficacité, sur laquelle se sont entendus les responsables de Paris Aéroports (ADP) et du ministère de l’Intérieur, un franchissement des frontières en moins de 30 mn pour les titulaires d’un passeport Schengen et en moins de 45 mn pour tous les autres ressortissants. Le PDG de Paris Aéroports a déjà fait des annonces dans ce sens pour la période estivale, le dispositif renforcé sera pérennisé toute l’année, tant à Paris qu’à Nice-Côte d’Azur. (Pour mémoire, il n’est pas rare d’attendre 3 heures pour passer le contrôle de sécurité actuellement).

Pour améliorer la première impression que peuvent avoir les visiteurs en parcourant les autoroutes reliant Roissy et Orly à Paris, il sera lancé un appel d’offre auprès d’un prestataire puissant qui s’engage à entretenir, embellir et nettoyer toutes les voies, en contrepartie de la gestion de panneaux publicitaires disposés intelligemment sur ces itinéraires. La question de la liaison RER, en attendant la mise en œuvre de la liaison Roissy Express, non abordée par le Conseil dans sa première réunion, pourra être aussi rapidement sur la table.

Par ailleurs, les services du Premier ministre préparent un plan d’investissement dans les stations balnéaires et de montagne pour relancer la fréquentation, réchauffer les lits froids, et améliorer la qualité de l’offre. Cela passera notamment par une refonte du code de l’Urbanisme, plus que par des mesures fiscales incitatives.

Dans son discours final, le Premier ministre, Edouard Philippe, ancien maire du Havre qui célèbre cette année avec faste son 500e anniversaire, et qui mesure concrètement les effets bénéfiques d’une bonne fréquentation touristique, a énoncé toute une autre série de mesures ponctuelles pour traiter tous les aspects du développement touristique : favoriser les contrats d’apprentissage, plan d’action sur le développement des compétences, accompagnement des collectivités dans l’ingénierie de leurs projets, fluidification des opérations de détaxe aux aéroports, lancement d’une plateforme d’analyse DataTourisme, promotion spécifique de la filière Tourisme culturel, dynamisation du tourisme des Outre-mer à travers les secondes Rencontres spécifiques à ces territoires.

Ce 1er Conseil interministériel du Tourisme a été élargi à une trentaine de représentants à la fois des collectivités locales (grandes métropoles, départements, régions), des présidents de syndicats professionnels (Umih, GNI, …) et de grandes entreprises comme AccorHotels, Air France, ADP ou les Galeries Lafayette. Il se veut le départ d’une action collective et concertée, pilotée et évaluée pour parvenir à des résultats concrets tant en termes de recettes que d’emplois.