Actus

Club Med - Fosun, la rencontre d'intérêts communs

A l'occasion d'un forum organisé par la CCI de Paris sur l'investissement chinois, Henri Giscard d'Estaing, P-dg du Club Méditerranée, et Jim Qian, vice-président de Fosun, sont revenus sur les caractéristiques de leur partenariat, suivi d'une acquisition. 

Henri Giscard d'Estaing (Club Med) et Jim Qian (Fosun) Henri Giscard d'Estaing (Club Med) et Jim Qian (Fosun)

L'histoire pourrait être celle d'une simple acquisition d'un groupe français en difficulté par un investisseur chinois aux moyens considérables, celle d'un fleuron du tourisme international qui apporte son savoir-faire et sa notoriété à une entreprise chinoise, certes riche mais encore balbutiante dans l'univers du tourisme. 

Le récit à deux voix qu'en font Henri Giscard d'Estaing et Jim Qian montre que les rapports sont plus complexes, plus subtils en tous cas, et le bénéfice assez largement partagé des deux côtés. Une acquisition se transforme en réussite économique à deux conditions, insistent les deux dirigeants, une longue préparation, en l'occurrence sept années de partenariat commercial dans le respect mutuel des mentalités et cultures respectives ; et le partage d'une stratégie commune à long terme. "Il y a toujours deux temps très complémentaires dans l'approche chinoise", commente le P-dg du Club Med, "le court terme avec la culture des résultats et le développement rapide ; et le long terme qui prime sur le choix des décisions qui doivent forcément s'inscrire dans un plan au minimum à 10 ans". 

Pour sa part, Jim Qian insiste sur le fait qu'il ne s'agissait pas de juste acquérir une entreprise française mais de lui donner les moyens et l'ambition d'être l'un des premiers opérateurs mondiaux dans son secteur. Fosun a anticipé depuis longtemps le tourisme comme un secteur majeur de développement économique, avec d'autres secteurs parallèles comme le bien-être et la santé. La stratégie s'opère effectivement sur les deux niveaux de l'approche chinoise : répondre immédiatement à un marché national du loisir en forte croissance et accompagner la sortie des Chinois sur tous les autres continents et, accessoirement, d'autres populations qui boostent la croissance régulière du tourisme mondial.

"La seule inquiétude réelle qu'il a fallu régler", poursuit Henri Giscard d'Estaing", c'est la gestion de la croissance, que Fosun veut extrêmement rapide et que nous voulons maîtriser pour ne pas perdre en cohérence, en qualité de service, en ressources humaines. Nous nous sommes entendus sur un rythme qui, pour autant, est nettement plus élevé que celui que nous avions anticipé sans notre nouvel actionnaire". 

L'apport de savoir-faire ne serait-il que dans un sens ? Loin s'en faut. Plusieurs intervenants du Forum ont insisté sur l'extraordinaire avancée de la Chine en matière de commerce en ligne. "Les Chinois ont sauté allègrement l'étape du "desktop", explique le président du Club Med. "Le mobile est roi et tout est adapté à une grande facilité de communication et de transaction. Grâce à Fosun et à un partenariat avec Alibaba, nous avons développé en Chine une application qui permet la réservation extrêmement facilement d'un séjour au Club Med. Cette application est aujourd'hui en version Beta dans le monde entier pour bénéficier à l'ensemble de l'entreprise". 

Le Club Méditerranée va aussi profiter de la synergie avec une nouvelle acquisition de Fosun, le Cirque du Soleil. Des ateliers de cirque, animés par des GC (gentils circaciens venus du Cirque du Soleil), vont se mettre en place progressivement dans les Clubs à commencer par les Bahamas et Opio en Provence.