Actus

Compagnie des Alpes : Ambition renforcée par ses opérations et résultats du 1er semestre

Malgré un calendrier défavorable pour son pôle ski, le groupe affiche des performances solides au 1er semestre de son exercice 2016-17. Et ne cache pas ses ambitions internationales. 

Massif des Alpes Massif des Alpes

La Compagnie des Alpes a récemment publié ses résultats financiers pour le premier semestre de son exercice 2016-2017 (d'octobre à mars). Le groupe, qui opère à la fois des domaines skiables (Val d'Isère, Tignes, Les Menuires, La Plagne...) et des parcs de loisirs (Parc Astérix, Le Futuroscope, Walibi...) affiche des résultats encourageants avec un chiffre d'affaires pour ce premier semestre établi à 460 M€, en hausse de 3,7% par rapport à l'an passé, en dépit d'un effet calendaire défavorable lié au décalage de Pâques (en avril cette année), période dont l'activité se reportera donc sur les comptes du prochain trimestre.

La croissance de la Compagnie des Alpes est portée par l'activité "Domaines Skiables" du groupe, en progression de 1,7% à 369,8 M€ malgré un calendrier plutôt défavorable (Noël et Nouvel An des dimanches) et un manque d'enneigement en tout début de saison, rattrapé par des performances solides en janvier et février.

De son côté, le département "Destinations de Loisirs", s'il est seulement responsable de 18% du CA total (83,7 M€), continue sa forte croissance (+8,2%) après trois années d'expansion à deux chiffres. Enfin, la division "Développement Groupe", encore marginal (6,6M€) connaît un fort dynamisme lié notamment à son musée Chaplin's World by Grévin, à l'activité de Conseil de sa filiale CDA Beijing en Chine et aux différents contrats signés (Jardin d’Acclimatation, Chine, Géorgie,…).

Sur le premiers semestre comptable, l'Excédent Brut Opérationnel Métier du groupe progresse moins vite que le chiffre d'affaires mais reste orienté positivement (+1,8%). Les coûts des domaines skiables ont augmenté sous l'effet de la masse salariale et des hausses des charges de production de neige de culture. A l'inverse, la profitabilité relativement au chiffre d'affaires progresse nettement dans les autres divisions.

Parmi les faits majeurs du semestre, à noter la finalisation du refinancement de son obligation 2017 (200 M€) et l’amendement de son crédit syndiqué RCF (250 M€). L'endettement net est appelé à reculer de 40% au prochain exercice, et les opérations menées permettront au groupe de bénéficier d'un taux d'intérêt inférieur à 1,5% pour une dette dont la maturité moyenne sera de 12 ans.

L'autre fait marquant est la cession pour 7 millions d'€ du parc d'attraction Fort Fun en Allemagne (265 000 visiteurs par an) au groupe Looping. L'opération est encore en cours de finalisation et doit recevoir l'aval de l'Autorité de la Concurrence allemande ; elle participera au recentrage de la compagnie des Alpes sur les sites à fort rayonnement.

Au regard des bonnes performances financières du groupe, le PDG de La Compagnie des Alpes, Dominique Marcel, ne cache pas ses ambitions de croissance à l'international : "C’est un bon 1er semestre qui démontre à nouveau le bien fondé de notre stratégie. Le groupe est solidement ancré sur deux métiers performants, les Domaines skiables et les Destinations de loisirs [...] L’activité Développement poursuit un travail fondateur sur d’autres relais de croissance, que ce soit de nouveaux formats [...] ou des géographies porteuses comme la Chine, la Turquie et la Géorgie. Ces résultats nous confortent dans notre objectif de devenir le leader français des loisirs à l’international en tablant à la fois sur une croissance sur nos marchés actuels et un développement dans de nouveaux pays."