Actus

Sweet Inn boucle une levée de fonds de 20 millions d'euros

Le groupe Sweet Inn accélère son développement et annonce la réalisation d'une levée de fonds de 20 millions d'euros. 

sweet inn sweet inn

La start-up Sweet Inn, qui propose un concept innovant positionné entre l'hôtellerie et la location d'hébergements implantés au coeur de grandes villes avec un service hôtelier sur-mesure, vient de réaliser une levée de fonds de 20 millions d'euros. Cette opération a été conduite par le fonds israélien Qumra Capital en partenariat avec le fond BRM et suivi par les investisseurs La Maison et M.I.3.

A l'occasion de cette annonce, Paul Besnainou, CEO de Sweet Inn dévoile de sérieuses ambitions : "Nous n'avons pas vocation à nous faire racheter pour rejoindre un autre groupe, mais bien à fédérer nous-mêmes des acteurs locaux pour devenir l'un des principaux acteurs mondiaux du secteur, grâce à notre modèle économique qui génère dès aujourd'hui des bénéfices opérationnels".

Il compte notamment sur l'arrivée de ces nouveaux partenaires pour se donner les moyens d'une plus grande couverture géographique. "Ces nouveaux actionnaires nous donnent les moyens d'accélérer notre développement mais aussi et surtout de participer à la révolution digitale en marche, avec le développement des technologies de rupture qui en découlent et qui promettent une reconfiguration profonde de cette industrie. Les fonds injectés permettront en particulier à sweetinn.com de développer les outils technologiques les plus pointus dans les domaines du Yield Management de la Big data ainsi que des programmes de fidélisation. Notre équipe technologique et de marketing digital va passer de 30 à 80 personnes d'ici la fin de l'année."

La société franco-israélienne a été créée en 2014 et dispose actuellement d'un portefeuille de près de 350 appartements implantés à Paris, Rome, Bruxelles, Barcelone, Lisbonne, Tel Aviv et Jérusalem. Le groupe souhaite quadrupler son offre dans les deux prochaines années, avec un premier objectif de 500 unités à la fin 2017. La start-up souhaite se renforcer sur ses marchés existants et s'ouvrir à trois nouvelles destinations : Amsterdam, Madrid et Milan.

"Compte tenu de l'évolution des réglementations plus restrictives dans de nombreuses villes", explique Paul Besnainou, "nous sommes approchés par des institutionnels ou des investisseurs privés qui n'auront plus la possibilité d'utiliser Airbnb et les autres pour distribuer leurs produits. Ils se tournent vers notre modèle économique qui s'avère plus pérenne et plus économique sur le long terme."