Actus

La direction des achats, moteur de l'intégration du développement durable ?

Comment intégrer le développement durable au sein de la direction des achats des groupes hôteliers ? Peut-on concilier rentabilité et responsabilité ? Cinq experts sont venus répondre à ces questions autour d'une table ronde organisée lors du Global Lodging Forum le 11 avril dernier.  

D. Boidin (DG Achats, SBM Monte Carlo), S. Deibert (Senior VP Achats, Rezidor), Y. Derycke (VP Glob. Strat. Acc., Diversey Care), P. Emprin (D. Achats, Barrière), B. Maret (D. Inter-Hotel Alterola Futuroscope, SEH), C. Tissot (D. Achats, Accor) D. Boidin (DG Achats, SBM Monte Carlo), S. Deibert (Senior VP Achats, Rezidor), Y. Derycke (VP Glob. Strat. Acc., Diversey Care), P. Emprin (D. Achats, Barrière), B. Maret (D. Inter-Hotel Alterola Futuroscope, SEH), C. Tissot (D. Achats, Accor)

  • "A la Société des Bains de Mer, c’est le service achat qui a en charge la responsabilité environnementale de la société." Didier Boidin, Directeur Général des Opérations Hôtelières et des Achats, SBM Monte Carlo
  • "L’achat, ce n’est pas simplement l’achat, c’est toute la chaîne, et c’est là où on essaye d’intervenir le mieux possible vis-à-vis des fournisseurs en leur demandant un cahier des charges très précis." Bernard Maret, Director Inter-Hotel Alterola Futuroscope, SEH
  • "Nous avons un devoir en tant qu’entreprise d’être plus durable, nous n’avons pas d’autre choix que d’être socialement responsable. Aujourd’hui, si une entreprise ne propose pas une offre responsable, je pense que c'est un désavantage pour elle en terme de business." Yves Derycke, Vice President Global Strategic Accounts, Diversey Care
  • "Ce qui peut être compliqué, c’est de faire comprendre aux hôteliers le bénéfice que cela peut leur apporter. Il faut prendre du recul lorsqu'on fait des efforts en matière de développement durable car les retombées ne sont pas toujours immédiates, c’est un investissement à long terme." Scott Deibert, Senior Vice President, Procurement, The Rezidor Hotel Group
  • "Je crois en l'idée que si l'on fait quelque chose de bien pour la planète, nous allons attirer plus de clients." Caroline Tissot, Group Chief Procurement Officer, AccorHotels
  • "Je pense que l’investissement va au-delà du simple aspect financier, c’est aussi l’engagement que l’on prend en tant qu’organisation à continuer nos efforts. Cela fait partie de notre éthique, c’est devenu une sorte de norme et on ne considère pas ça comme un programme spécifique." Scott Deibert, Senior Vice President, Procurement, The Rezidor Hotel Group
  • "Le développement durable dans le domaine du jeu, ce n’est pas un concept qui va de soi. Les machines à sous sont des équipements qui dégagent beaucoup de chaleur, donc on met énormément d’argent dans la climatisation dans les salles de jeu. Si on peut améliorer nos équipements et trouver des solutions pour réduire leur coût, c'est à la fois bon pour la planète et pour notre porte-monnaie." Philippe Emprin, Procurement Director, Groupe Barrière
  • "Aujourd’hui les clients sont à la recherche d’établissements responsables, les clients hôtellerie le demandent, les clients restauration aussi. Nous avons depuis trois ans un des restaurants du resort qui est 100 % bio. Les employés aussi le demandent : aujourd’hui lorsqu’on embauche des jeunes pour travailler dans nos hôtels et nos restaurants, ils seraient fortement choqués si il n’y avait pas en place de mesures environnementales." Didier Boidin, Directeur Général des Opérations Hôtelières et des Achats, SBM Monte Carlo
  • "On travaille énormément avec le bio évidemment, mais on s’attache aussi à travailler au niveau local, avec tout un environnement de PME. On y trouve aussi un intérêt en terme de réactivité. Les entreprises proches sont en effet plus à même de nous apporter des solutions efficaces." Philippe Emprin, Procurement Director, Groupe Barrière
  • "Le souci c’est de trouver des fournisseurs qui puissent répondre à nos exigences. Par exemple on ne peut pas mettre de bœuf à la carte dans notre restaurant parce qu’on n'a pas trouvé de producteur dans la région qui soit capable de nous approvisionner en bœuf bio sans avoir à partir à plus de 150 km. Or nous essayons de privilégier les fournisseurs qui sont dans un rayon de 150 km autour du resort." Didier Boidin, Directeur Général des Opérations Hôtelières et des Achats, SBM Monte Carlo
  • "Le problème dans le développement durable, c’est qu’il y a des achats mais aussi des déchets, qui sont un point important et qu’il faut anticiper. C’est extraordinaire lorsqu’on arrive à transformer nos déchets en matière première." Bernard Maret, Director Inter-Hotel Alterola Futuroscope, SEH
  • "Nous travaillons dur sur le « 0 déchet alimentaire », car lorsqu’on réduit de 20 à  30% les déchets alimentaires dans nos restaurants, nous faisons des économies de 5 à 10 % sur nos coûts liés à l’alimentation, ce qui est énorme." Caroline Tissot, Group Chief Procurement Officer, AccorHotels
  • "Pour moi, le futur en matière de RSE dans notre industrie, c’est l’utilisation ou la réutilisation de matériaux, pour une seconde voire même une troisième vie. Aujourd’hui, nous fabriquons des produits de nettoyage qui réutilisent des ingrédients ou des déchets alimentaires comme le maïs ou la noix de coco." Yves Derycke, Vice President Global Strategic Accounts, Diversey Care
  • "C’est important de faire passer des messages à la clientèle, les moyens techniques ne sont pas suffisants. Chacun doit faire sa part. Nous avons par exemple mis sur les glaces dans les salles de bain de l’hôtel des messages pour rappeler aux clients d’éteindre le robinet quand ils se brossent les dents. C’est une autre façon d’intervenir dans le cadre du développement durable." Bernard Maret, Director Inter-Hotel Alterola Futuroscope, SEH
  • "Concernant les bâtiments, nous nous sommes engagés à ce que en 2020, 1% de nos bâtiments aient une faible teneur en carbone. Nous travaillons avec nos fournisseurs pour réduire la consommation d’énergie et d'eau de 5% par chambre." Caroline Tissot, Group Chief Procurement Officer, AccorHotels
  • "On ne peut pas faire de développement durable sans humain. Il faut partir du bien-être en entreprise, car si on achète bien c’est une chose, mais si de son côté la femme de chambre met deux doses à la place d’une, vous n’avez pas tout à fait réalisé jusqu’au bout vos achats responsables. Donc il faut faire attention, la chaine va jusqu’au salarié, c’est aussi lui qui va être en contact avec les clients." Bernard Maret, Director Inter-Hotel Alterola Futuroscope, SEH