Actus

Le Chinois HNA attaque NH Hotel Group en justice

Via Tagla Espana, la filiale qui gère ses intérêts espagnols, le groupe chinois HNA a déposé plainte contre le NH Hotel Group, qui a débarqué en juin dernier les quatre administrateurs représentant sa participation de 30% dans le groupe hôtelier, au prétexte que son acquisition de Carlson Rezidor constituait un conflit d’intérêt. 

Le board de NH avant sa destitution le 21 juin Le board de NH avant sa destitution le 21 juin

Le 21 juin dernier, à la surprise générale, le représentant d’Oceanwood Capital, Paul Daniel Johnson, actionnaire à hauteur de 12% du NH Hotel Group, de concert avec José Antonio Castro, ancien président de Hesperia Hotels (9% du capital), absorbé par NH après une longue bataille boursière, obtiennent du conseil d’administration la destitution des quatre représentants de HNA Hotels, dont Charles Mobus, le co-président, et la révocation de Federico Gonzalez Tejera, le directeur général de NH. Ils font valoir devant les autorités espagnoles des marchés financiers que la prise de contrôle du Carlson Rezidor Hotel Group par HNA constitue un conflit d’intérêt sur les principaux marchés européens où NH est en direct concurrence avec les enseignes de Rezidor.

Le groupe chinois, via Tagla Espana, a pris le temps de constituer un dossier suffisant pour contester la décision et l’attaquer devant la justice espagnole. Une plainte vient d'être déposée à Madrid pour annuler la fronde des actionnaires et ré-instituer les quatre exclus du conseil. Il considère que l’argument de conflit d’intérêt ne peut être utilisé et qu’il s’agit d’une manœuvre concertée du fonds d’investissement Oceanwood Capital et de ses alliés d’Hesperia, pour les forcer à reprendre leurs participations au prix fort en lançant une OPA sur la totalité du capital.

Depuis le coup de force du 21 juin, la direction générale de Federico Gonzalez Tejera a été partagée au sein d’un triumvirat comprenant, Ramón Aragonés, directeur des Opérations, Rufino Pérez, directeur commercial, et Beatriz Puente, directrice financière. A la justice désormais de trancher qui reprend le groupe en main.