Actus

Barcelone ordonne la fermeture de 250 appartements 'Airbnb'

Après le plan mis en place en juin dernier dans la seconde ville d'Espagne pour réglementer la location d'hébergements entre particuliers, la mairie annonce avoir fait fermer 254 meublés touristiques proposés sur les plate-formes 'collaboratives'. 

BARCELONE BARCELONE

Barcelone se donne les moyens de ses ambitions en vue de réguler son activité touristique. Après les mesures adoptées en juin dernier visant à encadrer la location entre particuliers et à limiter le nombre d'appartements en location via les plateformes de réservation telles que Airbnb ou Abritel/HomeAway, les premières sanctions viennent de tomber. Depuis début juillet, la mairie de Barcelone a fait appel à 20 fonctionnaires chargés de vérifier la légalité de logements de type meublés touristiques dans la ville. L'équipe a vérifié 509 appartements, dont près de la moitié ne détenait pas de licence. La sanction : 30 000 euros d'amende par propriétaire.

La mairie a par ailleurs mis en place une page sur son site permettant de vérifier - et de signaler dans le cas contraire - la légalité d'un logement touristique: en l'espace d'un mois, elle a reçu 375 plaintes. Plus largement, la municipalité invite par ailleurs les Barcelonais à coopérer dans la détection d'appartements loués illégalement, et a adressé pour cela plus de 800 000 courriers à ses résidents. Près de 10 000 appartements sont aujourd'hui officiellement inscrits comme meublés touristiques dans la ville. Ada Calau, maire de Barcelone, avait déjà participé à la mise en place de mesures restrictives en 2015 afin de lutter contre le tourisme de masse et la hausse des loyers dans certains quartiers.