Actus

17 groupes hôteliers soutiennent les congrès à Paris

Une nouvelle édition de la charte d'accueil des grands congrès à Paris a été signée à l'Hôtel de Ville par les représentants de 17 groupes présents en France et par les organisations représentant les établissements sans enseigne. Objectif gagner encore des parts de marché dans une activité fortement rémunératrice pour la capitale. 

Les hôteliers entourent les représentants de l'OTCP et de la Mairie Les hôteliers entourent les représentants de l'OTCP et de la Mairie

Quelques chiffres suffisent à rappeler l'importance économique de l'accueil des congrès dans la capitale, et encore davantage les congrès internationaux : 1 004 manifestations accueillies l'an passé, dont un tiers internationaux et 18 dépassant les 5 000 congressistes, soit au total plus de 760 000 participants, dépensant en moyenne 212 euros/jour pour les Français et 344 euros/jours pour les visiteurs étrangers. Les retombées dépassent largement le milliard d'euros.

Déjà en 2009, l'Office de Tourisme et des Congrès, en association avec la Mairie de Paris et la Chambre de commerce, a initié une charte associant les hôteliers pour mener des actions communes de conquête du marché à partir d'engagements réciproques. Cette nouvelle version de la Charte d'accueil va un peu plus loin dans le nombre de signataires et dans les engagements pris par les uns et les autres.

Pour tous les congrès de plus de 1 000 participants pour lesquels l'équipe dédiée de l'OTCP accompagne les puissances invitantes, les hôteliers signataires s'engagent à donner des prix détaillés valables pendant trois ans ; à réserver 35% de leurs capacités pour les établissements situés à moins d'un kilomètre du lieu de la manifestation et 25% au-delà ; à fixer des conditions de vente claires et précises. Pour sa part la Mairie s'engage à mettre ses salons d'honneur à disposition, à pavoiser les avenues proches de la manifestation, à soutenir officiellement les candidatures via un courrier du Maire... 

L'adjoint à la Maire en charge du Sport et du Tourisme, Jean-François Martins a constaté que dans la période difficile que vit actuellement la capitale, les congrès sont le secteur qui résiste le mieux. La conquête de nouvelles parts de marché est un défi pour assurer un bon niveau prévisionnel d'activité à l'horizon de 5 à 10 ans parfois. Il a rappelé les travaux engagés pour améliorer les conditions d'accueil de ces manifestations : rénovation du complexe de la Porte de Versailles avec un nouveau centre de congrès de grande capacité ; rénovation des installations du Bourget, qui accueillerait le village olympique en cas de victoire de la candidature 2024.