Actus

Le Morgan Hotels Group rentre dans le giron de SBE Entertainment

L'annonce de l'acquisition du Morgan Hotels Group est le dernier épisode d'un "Dallas" dans le monde feutré des boutique hôtels. Après une première tentative contrée par un actionnaire combatif, Sam Nazarian, patron de SBE Entertainment, soutenu d'autres magnats de la finance, met la main sur le groupe fondé par Ian Schrager.  

The Delano Hotel Miami Beach The Delano Hotel Miami Beach

Après plus d'une année de négociations et de rebondissements, le SBE Entertainment Group, propriété de Sam Nazarian, vient de conclure un accord avec les principaux actionnaires et le board, pour racheter l'ensemble des actions disponibles pour $2,25 l'unité (1,80$ au dernier cours), soit un montant total de quelque $82 millions d'euros, mais avec l'engagement de reprise d'une dette supérieure à $700 millions. Il reprend ainsi les contrats de gestion, les marques, dont Delano, Morgan et Mondrian, et trois établissements en propriété, le Hudson de New York, le Delano de South Beach Miami et le Clift. 

C'est un épisode de plus dans la vie mouvementée du groupe fondé dans les années 80 par le pape des nuits newyorkaises, le fondateur du Club 54, Ian Schrager, inventeur du concept même de boutique hôtel. Designer réputé et talentueux, mais piètre homme d'affaires, il n'a eu de cesse de faire grandir son groupe à coup de rachat en s'endettant lourdement aux pires moments du cycle. Il s'est débattu pendant des années pour maintenir son groupe à flot, vendant les murs de ses hôtels, renégociant la dette, tout en développant les marques et les implantations hors des Etats-Unis. Finalement écrasé par le poids de ses engagements non tenus, il a cédé son entreprise rebaptisée à l'occasion comme le Morgan Hotels Group.

La situation a continué de se dégrader, aggravée par les dissensions internes au board et les conflits d'intérêts entre actionnaires puissants. Il y a plus d'un an, l'homme d'affaires et entrepreneur de casinos à Las Vegas, Sam Nazarian, a fait une première offre, soutenue par son ami et co-actionnaire du MHG, Ronald Burkle. C'était sans compter sur l'hostilité féroce que lui vouait le principal actionnaire du groupe hôtelier, Jason Kalisman, qui a tout fait pour faire capoter le deal. 

Les mauvais résultats financiers du groupe et la dégradation du cours de bourse ont fini par faire sauter les dernières résistances. Le SBE Entertainment Group acquiert à bon compte une entreprise fragilisée par ses résultats et ses conflits. Il lui reste la forte notoriété de ses marques et la synergie que peut apporter les autres hôtels SBE sous la marque SLS. Ronald Burkle échange ses actions contre 25% de SBE et en prend la présidence, alors que Sam Nazarian prend les commandes opérationnelles du nouvel ensemble qui compte une vingtaine d'hôtels de luxe de New York à Los Angeles, et Miami à Londres et Istanbul. SBE va investir lourdement dans ses trois propriétés et relancer le développement des marques à l'international.