Actus

Paris : HomeAway va aussi collecter et reverser la taxe de séjour

Les sites Abritel & Homelidays du groupe HomeAway se sont engagés à collecter la taxe de séjour pour le compte de leurs propriétaires utilisateurs, et à reverser les sommes concernées à la Ville de Paris à partir du 1er janvier 2017. 

HomeAway HomeAway

Alors que le débat se fait plus pressant quant à l'encadrement des plateformes d'hébergement collaboratif à l'échelle nationale, les autorités de la capitale auront finalement réussi à convaincre HomeAway de suivre les traces d'Airbnb, en poussant la plateforme à collecter à son tour la taxe de séjour directement auprès de ses utilisateurs. Julien Bargeton, adjoint à la Maire de Paris en charge des finances, et Vincent Wermus, Directeur Général de HomeAway France, se sont rencontrés le 22 avril dernier afin de définir les modalités de l'accord. A travers cette décision, HomeAway s’engage à collecter à partir du 1er janvier 2017 la taxe de séjour pour le compte des propriétaires de logements utilisant ses plateformes et à reverser les sommes concernées à la Ville de Paris. D’un montant de 0.83 euros par nuit et par voyageur adulte, cette taxe correspond à la catégorie "meublés touristiques non classés" telle qu’elle a été définie par le Conseil de Paris.

Pour Vincent Wermus, "en collectant la taxe de séjour en ligne, nous facilitons et simplifions la vie de nos vacanciers et de nos propriétaires. Paris étant la première destination touristique au monde, il nous parait évident de lancer ce projet pilote dans la capitale française, au moment où tout soutien à la promotion touristique de la France est bienvenu après les derniers mois que nous avons vécus." Un avis évidemment partagé par Julien Bargeton, pour qui "cette décision de HomeAway est un pas important et nécessaire pour veiller au paiement par ses utilisateurs de la taxe de séjour. Cette taxe est dans l’intérêt des visiteurs qui se rendent dans la capitale, puisqu’elle contribue à financer les investissements conduits par la Ville de Paris en faveur du secteur touristique."