Actus

Qui est le nouvel homme pressé chinois, Wu Xiaohui, président de Anbang ?

Son nom est apparu plusieurs fois à la Une des journaux financiers depuis que Chairman Wu (Wu Xiaohui de son nom complet) s’intéresse de près aux joyaux de l’hôtellerie américaine. Jusqu’à peu très discret, il ne rechigne pas à recevoir ses invités dans la suite royale du Waldorf Astoria, sa prestigieuse acquisition de 2014 pour près de 2 milliards de dollars payés sur les réserves de sa compagnie d’assurance Anbang. Il est également familier de déplacements en jet privé pour signer des deals à travers le monde et élargir les bases de son patrimoine. 

Wu Xiaohui, Président de Anbang Wu Xiaohui, Président de Anbang

A 49 ans, il fait partie de la jeune génération entrepreneuriale chinoise qui a accéléré son ascension en mêlant un comportement de businessman à l’occidental (il était récemment invité devant les étudiants de la Harvard Business School) et des relations étroites avec le pouvoir en place. Il est vrai que le fait d’épouser la petite fille de Deng Xiaoping, le premier dirigeant chinois à inviter ses compatriotes à s’enrichir, permet d’accéder au cœur du cercle du pouvoir politique. D’autant plus, qu’il revendique une parenté avec Chen Xiaolu, fils de l’un des généraux qui ont accompagné Mao dans sa prise du pouvoir. Né dans la province rurale de Pingyang, il a migré assez jeune vers la ville industrielle de Wenzhou comme directeur des achats d’un grand restaurant.

C’est ainsi qu’il aurait rencontré sa première femme, fille du vice-gouverneur de la province. Le jeune employé sait déjà choisir sa famille d’adoption et se sent suffisamment fort pour lancer sa première entreprise, une concession automobile pour SAIC Motors, un partenaire chinois de Volkswagen et General Motors. En moins de 10 ans, il est l’un des meilleurs vendeurs de voitures de la marque et décide d’élargir ses activités en créant une compagnie d’assurance auto. Ce sera le début de Anbang en 2004, qui s’établit à Ningbo, réputée pour abriter un grand nombre de fortunes spéculatives.

Chairman Wu y rencontre cette année-là Zhuo Lian, la petite-fille de Deng Xiaping, et sa carrière prend une nouvelle direction avec son second mariage. Il arrive à associer de grands noms du capitalisme naissant chinois et des grandes firmes pour accroître les activités de son groupe d’assurance. Il reconnaît aisément que son modèle en affaire est Warren Buffet. Il a ainsi levé d’importants capitaux pour financer son développement rapide. Principal assureur chinois dans le secteur automobile, sa rentabilité intrinsèque n’est pas des plus importantes. Il compte davantage sur des «coups» opportunistes pour faire grimper la cagnotte. En moins de dix ans, il l’a haussé dans le peloton de tête des compagnies chinoises, sans être pour autant la plus riche et la plus puissante.

L’homme pressé veut se faire un nom et une réputation. Il n’est pourtant pas à l’abri d’un rappel à l’ordre comme celui de l’autorité de contrôle des assureurs chinois, qui ne veut pas le laisser prendre des libertés avec les autorisations d’investir à l’étranger. Dossier à suivre !