Entretiens

Sweet Inn, le nouveau concept décrit par Paul Besnainou

Le P-dg du nouvel acteur de l’hébergement touristique en Europe présente son concept. A mi-chemin entre l’hôtel et la location d’appartements, Sweet Inn propose des hébergements au cœur des grandes villes avec un service hôtelier sur mesure. Il intègre son propre concept de décoration à des appartements résidentiels loués vides avec des baux de longue durée.  

Appartement Sweet Inn de Barcelone

Appartement Sweet Inn de Barcelone

Appartement Sweet Inn de Bruxelles

Appartement Sweet Inn de Bruxelles

Appartement Sweet Inn de Jerusalem

Appartement Sweet Inn de Jerusalem

Appartement Sweet Inn de Lisbonne

Appartement Sweet Inn de Lisbonne

Appartement Sweet Inn de Paris

Appartement Sweet Inn de Paris

Appartement Sweet Inn de Tel Aviv

Appartement Sweet Inn de Tel Aviv

Lobby Sweet Inn de Paris

Lobby Sweet Inn de Paris


Tout juste lancé sur le marché de l'hébergement touristique, Sweet Inn est un nouveau concept qui veut rassembler le meilleur de l'hôtellerie et de la location de courte durée dans un même produit. La jeune société propose ainsi de louer un appartement tout en bénéficiant de services hôteliers, certains étant compris dans le tarif de base (hôte dédié, literie d'hôtel, produits de toilette consigne, machine Nespresso, tablette, wifi...) et d'autres disponibles à la carte (transfert depuis l'aéroport, Smartphone local, service de ménage, chauffeur privé, pressing et blanchisserie, carte pass restaurant, livraison de paniers repas, location de voiture...). Décrit comme "un hôtel éparpillé dans une ville" par son P-dg Paul Besnainou, Sweet Inn met un lobby à la disposition des clients de ses appartements dans toutes les villes où il est implanté.

Comment est né le concept Sweet Inn ?

Conscient que la location d'hébergements de courte durée est en pleine croissance, nous avons initié le projet Sweet Inn en novembre 2013. Deux années de travail ont par la suite été nécessaires pour lancer le concept, dont une pour le concevoir et définir la stratégie à adopter. Au total, nous avons investi 5 millions de dollars en deux ans pour arriver où nous en sommes. Le réseau Sweet Inn compte 200 appartements dans sept villes : Paris, Rome, Bruxelles, Barcelone, Jérusalem, Tel Aviv et Lisbonne.

Quels sont vos objectifs en termes de développement ?

Nous prévoyons dans un premier temps d'ouvrir trois nouvelles destinations en 2016 : Amsterdam, dès le premier trimestre de l'année, puis Vienne et Berlin. Nous cherchons par la suite à nous développer dans une quatrième ville européenne, comme Londres, avant de lancer notre produit en Asie et en Amérique. Notre objectif est d'atteindre les 450 appartements d'ici la fin de l'année 2016, dont 120 à Paris. Nous opérons actuellement une soixantaine d'hébergements dans la capitale française.

Comment vous différenciez-vous des autres acteurs de la location de courte durée, notamment ceux dits "collaboratifs" ?

Nous sommes plus professionnels que les plateformes collaboratives. Nous louons les appartements vides et non habités à des propriétaires, via la signature de baux commerciaux de trois, six ou neuf ans, puis nous nous chargeons de l'aménagement et de la décoration avant de les mettre sur le marché. Le modèle Sweet Inn est ainsi viable en termes de législation, qu'il s'agisse de la fiscalité ou de l'obligation de mises aux normes de sécurité. Cela nous permet d'offrir une garantie aux clients et de les protéger des dangers de la location de courte durée, tout en leur proposant une expérience locale. Lorsque nous nous implantons sur un nouveau marché, nous cherchons dans un premier temps à nous adapter à la législation en vigueur dans la destination.

Quels sont vos critères de sélection des appartements ?

Nos critères de sélection concernent avant tout l'emplacement de l'appartement, qui doit être central. Nous regardons ensuite l'allure de l'immeuble, dont nous demandons qu'il soit bien entretenu pour un premier contact réussi avec le client. Enfin, l'appartement doit être en bon état et non meublé, afin que nous puissions l'aménager et le décorer selon nos standards de marque. Il est important pour nous d'optimiser les espaces et les couchages.

Quel est votre positionnement sur le marché ?

Notre positionnement est difficile à définir, mais je dirais que nous sommes plutôt haut de gamme. A Paris, nous proposons un prix à la nuit abordable et nos tarifs moyens varient de 130 à 140 euros, pour un appartement d'une chambre et d'une capacité de 4 personnes, à 250 euros pour un deux chambres de 6 personnes, et de 600 à 700 euros pour un appartement plus vaste de trois chambres. Le produit Sweet Inn a initialement été pensé pour une clientèle loisirs, mais nous observons également une demande sur le segment affaires et nous sommes en train d'élaborer une offre adaptée aux clients business.