Actus

Les résultats de la SBM sauvés par les plus-values de cession

Avec une diminution des activités Jeux et Hôtellerie, la société SBM Monte-Carlo creuse son déficit d'exploitation pendant la fermeture de l'Hôtel de Paris. La vente d'un paquet d'actions Wynn a permis de sortir un résultat net excédentaire.  

Pour l'exercice qui s'est achevé au 31 mars 2015, la SBM Monte Carlo a enregistré une baisse globale d'activité de 4,2%, pour atteindre 452,4 millions d’euros, dont 196,2 millions pour les Jeux (-6%), 226,4 millions pour l'activité hôtelière (-5%), le solde étant à mettre au compte des locations de boutiques et des paris en ligne via la joint-venture Betclic, en progression.

L'activité hôtelière a souffert des travaux de rénovation entrepris à l'Hôtel de Paris, entraînant sa fermeture quasi complète, avec une réouverture partielle de 40 chambres à compter de décembre 2014 ; et de la fermeture partielle également des Thermes Marins. La direction du groupe se satisfait de la bonne tenue de l'activité des autres établissements hôteliers, dont l'Hermitage et le Monte-Carlo Bay. Le volume des investissements en rénovation et transformation du groupe dépasse les 110 millions sur l'exercice.

Pour autant, le résultat opérationnel est déficitaire de -31,5 millions d’euros contre -11,8 millions d’euros l’exercice précédent. Le groupe arrive à présenter un résultat net consolidé positif de 10 millions d'euros, après la cession de 400 000 actions Wynn Resorts, le partenaire américain de Las Vegas, qui a généré une plus-value de 38,8 millions d'euros. Par ailleurs, pour la première fois, les résultats de la filiale BetClic pour les paris en ligne, sont bénéficiaires.

Les capitaux propres du groupe SBM Monte Carlo ont été renforcés et s'élèvent à 680 millions d’euros au 31 mars 2015 grâce à une augmentation de capital de 215 millions d'euros entièrement souscrite par les actionnaires.

Selon le communiqué du groupe : "L’activité observée depuis le 1er avril 2015 est globalement conforme aux prévisions, bien qu’en retrait par rapport à la tendance observée l’an passé. Le recul de l’activité tient tout d’abord au fait que le mois d’avril 2014 avait bénéficié en matière de jeux de table d’un «aléa très favorable peu susceptible de se reproduire» - d'autre part l'activité hôtelière sera encore affectée par l’impact des travaux de l’Hôtel de Paris et l’exploitation partielle de l’établissement avec 40 chambres au lieu de 182 chambres précédemment. Cependant, le caractère aléatoire et saisonnier de l'activité ne permet pas de faire de prévisions pour l'ensemble de l'exercice".