Analyses

A Roissy, les performances hôtelières entre envol et turbulences

Le Salon du Bourget bat son plein et la plate-forme du Roissy va se doter d'une nouvelle zone hôtelière prévue pour début 2018 ; c'est l'occasion d'un retour sur les performances des établissements déjà présents sur la zone aéroportuaire. Depuis le début d'année, les tendances sont pour le moment très variables selon les mois, du fait de divers facteurs. 

Terminal 1 de Paris CDG Terminal 1 de Paris CDG

En ce début 2015, l'activité des hôtels de Roissy alterne les mois de décollage et de trous d'air. L'absence de tendance durable est liée aux aléas de la conjoncture économique, politique ou encore parfois du calendrier. 

 

En janvier par exemple, la baisse du revenu par chambre disponible de 1,2% s'inscrit dans le contexte des attentats perpétrés contre Charlie Hebdo. La demande a ensuite rebondi en février avec un revenu par chambre disponible grimpant de 15,5% grâce à une hausse conjuguée du taux d'occupation (+3,6 points) et du prix moyen hors taxe (+9,7%). Un important recul des performances a toutefois été enregistré en mars (-10,2%): en effet, sur les trois premiers mois de l'année, l'activité week-end s'est montrée plus fragile qu'en semaine, car certains touristes d'agrément ont pu faire preuve de prudence et reporter leur séjour compte tenu du contexte géopolitique et de sécurité, tandis que l'amélioration du contexte économique en Europe a limité la casse auprès des visiteurs d'affaires, plus présents en semaine.

Le mois d'avril a ensuite été très positif puisque le RevPAR a grimpé de 15.4%, principalement grâce à l'augmentation du prix moyen hors taxe (+14,4%). Mais le mois de mai a été tronqué par les jours fériés et le segment affaires a ainsi été plus durement touché. Ainsi, le RevPAR est en baisse de 7,9%, avec un recul légèrement plus accentué les jours de semaine (-8,1% du lundi au jeudi). Un autre fait notable, qui s'est encore manifesté en mai, est la logique de "débordement" entre les différentes zones de Roissy : les hôtels situés sur la plate-forme ont une activité généralement beaucoup plus résiliente, tandis que l'activité des hôtels de l'Allée des Vergers ou du secteur Sud est plus volatile et s'ajuste plus fortement en fonction des conditions de marché :

 

Après un mois de mai qui a donc été difficile, les premiers chiffres de juin montrent pour le moment une activité qui a enclenché une tendance favorable, notamment les week-end. L'organisation du Salon du Bourget en ce moment (du 15 au 21 juin) devrait permettre aux performances de semaine de pleinement prendre leur envol... Vous retrouverez l'analyse des retombées du Paris Air Show sur Hospitality-On en clôture de l'évènement.