Enquêtes

Ces sportifs qui se lancent dans l’hôtellerie : effet de mode ou reconversion idéale ?

Ryan Giggs et Gary Neville, deux anciens joueurs de football de Manchester United viennent de lancer au début du mois leur hôtel spécialement dédié au football. Avant eux, d'autres sportifs de haut-niveau se sont lancés dans l'industrie (Rafael Nadal, Andy Murray, etc.). Une démarche qui se veut de plus en plus légitime et réfléchie.  

Hotel Football, Manchester Hotel Football, Manchester

Début mars, Ryan Giggs et Gary Neville, deux anciens joueurs de football de Manchester United, ouvraient leur hôtel spécial football aux abords du stade où ils ont évolué pendant près de vingt ans. Avant eux, d'autres sportifs de haut-niveau avaient investi dans l'hôtellerie. Les tennismen Rafael Nadal au Mexique, Andy Murray en Écosse ou encore Serge Blanco, qui a créé un complexe hôtelier à Hendaye. Et tandis que le club de football de la Juventus de Turin prépare discrètement son propre hôtel, on est en droit de se poser la question : simple effet de mode ou reconversion idéale ?

Les sportifs de haut-niveau connaissent bien le monde de l'hôtellerie

Des plus grands scandales (l'affaire Festina, l'affaire Bastareaud, etc.) aux plus belles célébrations, les hôtels ont toujours été des endroits privilégiés pour les sportifs. Ils alimentent parfois tous les fantasmes médiatiques. A l'annonce de l'arrivée de David Beckham à Paris en janvier 2013 pour six mois, on se souciait plus de savoir où il allait poser ses valises que de savoir où il allait évoluer sur le terrain. C'est finalement Le Bristol qui remportait la mise. Certains sportifs passent toute leur carrière dans les hôtels. C'est le cas notamment des tennismen qui sont constamment en déplacement et jouent chaque semaine à un endroit différent. Alors, les sportifs de haut-niveau peuvent se vanter de connaître très bien l'hôtellerie, d'avoir pu suivre les évolutions technologiques, l'organisation des services, du F&B et les derniers équipements. "Ils ont testé plus d'hôtels que quiconque, leur donnant une compréhension innée de ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas" annonce fièrement sur son site internet GG Hospitality (la société hôtelière créé par Ryan Giggs et Gary Neville).

Se lancer dans le secteur, oui, mais pas n'importe comment !

Afin de se lancer dans le projet Hotel Football dans les meilleures dispositions, Ryan Giggs et Gary Neville ont créé la société de management hôtelier GG Hospitality, s'entourant par la même occasion de professionnels reconnus du secteur. Le managing director de GG Hospitality, Stuart Procter possède plus de vingt ans d'expérience dans l'hôtellerie. Il a notamment occupé le poste de General Manager à The Stafford London, un établissement cinq étoiles. Michael Wignall, Creative Director, en charge du F&B, arbore quant à lui deux étoiles Michelin. Le standing de l'hôtel coïncide forcément avec la réputation du sportif. Faute d'avoir pu amasser des millions d'euros comme Ryan Giggs (une fortune estimée à 215 millions d'euros avec ses gains footballistiques, ses placements, son patrimoine immobilier et ses revenus publicitaires), d'autres sportifs moins célèbres ont du se lancer plus prudemment dans l'industrie touristique. Ainsi, des footballeurs ont investi dans des établissements qu'ils gèrent sous contrat de franchise avec des groupes hôteliers renommés. Toujours ce besoin naturel de faire partie d'une équipe. Edouard Cissé a investi dans sa ville de Pau avec l'ancien rugbyman Stéphane Carella. La Palmeraie Edouard VI est passée sous marque Best Western suite à un contrat de franchise. Le même Carella a investi dans l'hôtellerie haut de gamme avec le basketteur Boris Diaw et l'écrivain Frédéric Beigbeder (Villa Navarre, Pau). Il s'est également lancé dans l'hôtellerie de plein-air avec l'ancien rugbyman Philippe Bernat-Salles (à Parentis-en-Born) et le footballeur Mathieu Valbuena (au Pyla-sur-Mer). Les ex-sportifs profitent ainsi de l'expertise des sociétés, bénéficiant du système de réservations, des ressources en marketing et en communication. Nicolas Ouedec, ancien joueur de l'équipe de France de football et du FC Nantes possède un hôtel qu'il gère lui aussi sous contrat de franchise sous marque Premiere Classe. Situé à Nantes, non loin du stade de la Beaujoire, le football semble bien derrière Mr. Ouedec qui s'occupe de ses activités d'hôtelier avant tout. D'ailleurs, "le taux d'occupation n'est pas tellement boosté par les matchs de football car le club joue surtout en après-midi" nous assure la réception. Il faut donc autant travailler pour être footballeur professionnel qu'hôtelier professionnel.

Les clubs investissent aussi dans l'hôtellerie pour élargir leur activité et générer plus de revenus

On connaissait l'intérêt des groupes hôteliers à créer des établissements autour des stades pour attirer une clientèle passionnée (ex : NH Barcelona Stadium), il faudra maintenant s'habituer à voir les grands clubs s'intéresser à l'industrie hôtelière. Pour combler les dépenses faramineuses en transferts et salaires, les grands clubs souhaitent créer des marques fortes, aussi bien sur le territoire national qu'international. En plus de la billetterie, de l'organisation de prestations pour les individuels et les groupes (visites du stade et du musée dédié au club, services de loges et événements pour les CE), les clubs veulent aller toujours plus loin. Si certains sont entrés en bourse, d'autres préfèrent investir dans l'immobilier et l'hôtellerie (à vrai dire ils font les deux). C'est le cas de la Juventus de Turin qui va créer en 2017 son propre établissement hôtelier, le J-Hotel, destiné aussi bien aux joueurs qu'aux supporteurs du club transalpin. Rien n'a été encore annoncé concernant le mode de gestion de l'établissement. A Londres, le club de Chelsea en Angleterre a signé un contrat de sponsoring avec Millennium & Copthorne Hotels pour l'établissement Millennium & Copthorne Hotels at Chelsea Football Club. Le club et l'hôtel proposent des offres événementielles en commun (nuit d'hôtel, repas et tickets pour accéder au match, réunions dans la salle Di Matteo, du nom de l'ancien joueur et entraineur emblématique du club) alors que l'établissement reste la propriété de Millennium Hotels & Resorts qui gère également l'établissement. L'avenir semble donc prometteur et les groupes hôteliers et les clubs sportifs devraient continuer à se renvoyer la balle.

Crédits photos :
Chambre de la Villa Navarre à Pau ©Villa Navarre
Croquis de la futur chambre du J-Hotel ©Luciano Pia