Analyses

Ramadan : la nouvelle lune éclipse le soleil des palaces

A l’approche du début du Ramadan, qui s’étend cette année du 28 juin au 27 juillet, MKG Hospitality montre l’impact du jeûne musulman sur l’hôtellerie française, notamment sur l’activité des établissements haut de gamme et luxe de Paris et de la Côte d’Azur dont sont friandes les clientèles moyen-orientales. 

Peninsula Paris Peninsula Paris

En 2014, le Ramadan empiète une nouvelle fois sur la saison estivale des hôteliers français. Le phénomène observé depuis 2010, alors que le jeûne avait commencé au mois d'août, n'est pas sans conséquence sur l'activité des établissements, imposant aux clientèles musulmanes d'être chez elles à cette période de l'année. L'impact est nettement plus marqué sur les performances des hôtels haut de gamme et luxe de Paris et de la Côte d'Azur, habitués à recevoir cette clientèle au fort pouvoir d'achat.

Les données récoltées chaque année par MKG Hospitality montrent ainsi clairement que les touristes moyen-orientaux adaptent leur période de voyage en France au calendrier musulman. Sur les quatre dernières années, le chiffre d'affaires par chambre disponible des palaces de la capitale et de la Riviera a en effet entamé une baisse à l'approche du Ramadan, qui correspond au départ puis à l'absence des clients moyen-orientaux. Ce phénomène est le résultat de la baisse de fréquentation des établissements, suivie de près par la diminution des prix moyens, qui intervient en général une semaine avant le début du jeûne. En termes de tarifs, la chute s'explique par le fait que les clientèles musulmanes fortunées laissent leur place à une clientèle au pouvoir d'achat moins élevé.

En 2013 par exemple, alors que le Ramadan avait commencé le 9 juillet, les indicateurs hôteliers avaient entamé leur baisse aux alentours du 1er du mois, avant de remonter à la fin du jeûne, début août. En revanche, l'activité de la fin de la saison estivale avait pleinement bénéficié du retour des clients moyen orientaux. Cette année, le rebond d'activité devrait ainsi intervenir plus tôt que l'an dernier et profiter aux hôteliers français, haut de gamme et luxe principalement, dès le début du mois d'août, soit après la fin du jeûne prévue pour le 27 juillet.

Georges Panayotis, président et fondateur de MKG Group déclare : "La clientèle moyen-orientale pèse lourd dans le mix-clientèle des palaces, il est donc naturel que son absence se fasse ressentir. Le calendrier du Ramadan fait que cette année l'activité des palaces de juillet va en partie se reporter sur le mois d'août." Les palaces ne s'y sont pas trompés : plusieurs établissements actuellement en travaux, tels que le Peninsula Paris (voir notre article pour le découvrir en avant-première) et le Plaza Athénée, ont programmé leur ouverture au 1er août, soit juste après la fin du Ramadan.

Découvrez les autres analyses et enquêtes exclusives Hospitality-On.