Actus

Taxe de séjour en Ile-de-France: les députés déposent un amendement

La taxe de séjour de 2 euros en Ile-de-France pour financer les transports en commun, réclamée par le Stif, pourrait être mise en place en septembre prochain.  

Métro, Paris Métro, Paris

Onze députés franciliens ont déposé un amendement en faveur de l'instauration d'une nouvelle taxe de 2 euros sur les nuitées hôtelières en Ile-de-France pour financer les transports dans la région. Cette dernière pourrait être mise en place en septembre 2014. Réclamée par le Syndicat des Transports d'Ile-de-France, la nouvelle taxe permettrait de dégager près de 140 millions d'euros par an pour le financement des transports franciliens. 

L'Union des Métiers et des Industries de l'Hôtellerie (Umih), qui s'était déjà fermement opposé à cette proposition (lire notre article), estime que la nouvelle taxe de séjour remet en cause les travaux réalisés lors des Assises du Tourisme : "l'encre des conclusions des Assises est à peine sèche que certains parlementaires imaginent déjà de nouveaux freins à cette industrie dont le rôle majeur dans l'économie et le poids dans la balance commerciale ont été rappelés par le ministre des Affaires étrangères. Je ne peux pas croire que de telles initiatives puissent aboutir, alors qu'aucune concertation n'ait été menée ni aucune étude d'impact réalisée, et que les conséquences n'aient pas été mesurées. Cela aurait l'effet d'une bombe et constituerait pour les professionnels un camouflet. Les Assises n'auraient été alors qu'un marché de dupes ?", a dénoncé Roland HEGUY.

Le syndicat rappelle par ailleurs que les hôteliers apportent déjà une contribution majeure à l'équilibre des comptes publics et que le produit de la taxe de séjour en Ile-de-France représente pour les hôteliers une charge de 57 millions d'euros par an, chiffres en progression de 40% entre 2008 et 2011. La taxe de séjour à Paris s'élève déjà à 1,50 euro par nuitée dans les 4 et 5 étoiles, 1,30 euros dans les 3 étoiles et 42 centimes dans les établissements économiques.